Tag Archives: marché obligataire

Junk bonds en euro… Dépêchez-vous, y’en aura pas pour tout le monde !

| |

Dommage que le Zimbabwe ne fasse pas partie de la Zone euro car dans le climat actuel, ses émissions obligataires s’arracheraient comme des petits pains !…

La hausse des taux d’intérêt et le cauchemar du carry trade

| |

C’était à la une de tous les sites boursiers après les 2% de hausse des places européennes mardi : tous les soucis du moment et de l’été se sont envolés en l’espace d’une nuit…

Marché obligataire : par ici la sortie !

| |

“Nous savons que ça doit se produire. Et quand ce sera le cas, nous sortirons”. La personne qui prononçait ces mots à Londres la semaine dernière était un gestionnaire de fonds professionnel parlant de ce qui est probablement l’information financière la plus importante de votre vie…

Le marché obligataire est-il en train de s’infléchir ?

| |

Il n’y a pas beaucoup de vrais héros. La plupart des gens qui passent pour des héros sont simplement des crétins qui se donnent de l’importance… des imposteurs et des hommes de paille. Roosevelt. Lincoln. Bernanke…

Les taux grimpent — que vont faire les marchés… et la Fed ?

| |

Un baby-boomer né après-guerre n’a vécu qu’un seul cycle de taux d’intérêt complet. Les taux ont atteint un plus bas après la guerre… tandis que les Etats-Unis étaient confrontés à la plus grande falaise fiscale de leur histoire…

Tension sur les T-Bonds, le S&P 500 vacille

| |

Nous n’allons pas tenter de vous expliquer les raisons des errements du CAC 40 mercredi entre 3 790 et 3 835. Personne ne s’y risquerait, en fait, tant la séance fut décousue et volatile…

Une carrière toute tracée

| |

Ce matin, nous n’avons pas le temps de penser — ni d’écrire. Nous avons un discours à prononcer. Notre point de vue, c’est que le marché haussier actuel des obligations va prendre fin — un jour…

La question à 1 000 points d’indice

On dirait que la belle saison touche à sa fin pour les marchés. Les signes d’agitation se multiplient ; les bonnes statistiques ne sont plus si bonnes, les mauvaises non plus…

Le marché obligataire et la Fed éclipsés par la Chine

| |

Tous ceux qui réfléchissent perdent de l’argent depuis septembre dernier… et c’est bien normal. La Fed a en effet mis au point une machinerie financière qui subvertit toutes les règles de bonne gouvernance économique ayant fait leur preuve à travers les siècles…

La Fed unanimement divisée, Wall Street en pleine schizophrénie

| |

Ce que la conférence de presse de Ben Bernanke avait fait, la publication des minutes de la Fed l’a défait. Les membres de la Réserve fédérale apparaissent en effet très divisés sur la poursuite ou la réduction de la taille du QE3…

Malgré les actions de la Fed, les bons du Trésor US vont dans la mauvaise direction

| |

▪ “L’économie américaine passe en mode recul”, titrait le Financial Times la semaine dernière. C’était la grande nouvelle de la semaine dernière : l’économie US a décliné de 0,1% au dernier trimestre 2012.

Pourquoi la crise de la dette n’a — pour l’instant — aucun effet visible

Les corrections sont-elles bénéfiques ? Oui. Elles éliminent les erreurs… le bois mort… les entreprises faibles… les investisseurs peu doués… les maladroits… et les mutations malheureuses. Ce qui survit est mieux adapté aux conditions actuelles.

Un conseil aux banquiers centraux

▪ Nous n’offrirons pas de prédictions pour la nouvelle année dans ces lignes. Comment diable pourrions-nous savoir ce qui va arriver ?

A la place, nous offrons des conseils. Et nous dormons sur nos deux oreilles, conscient du fait que personne ne les suivra — de sorte qu’ils ne seront jamais mis en application.

Marché actions ou marché obligataire, d’où viendront les profits ?

| |

▪ Bonne nouvelle. On est tous sauvés ! Le ratio dette publique-PIB de la Grèce sera abaissé à 124% d’ici 2020, selon les termes d’un nouvel accord signé entre la Grèce, ses créanciers et le Fonds monétaire international. La première étape de cet accord sera de réduire le ratio à 175% d’ici 2016. Si ces objectifs sont atteints, la Grèce verra sa dette allégée de 40 milliards d’euros.

L’euro faible, une voie vers l’enfer sur le marché obligataire

La planche à billets et donc l’euro faible sont la seule façon de sortir de la crise actuelle : les intervenants de l’émission radio dans laquelle j’intervenais vendredi étaient unanimes. Et ils ne sont pas les seuls à tenir ce discours…

Les obligations souveraines françaises sont sur une très mauvaise pente

▪ Les rendements obligataires français montent en flèche. C’est ce qu’on pourrait appeler une mauvaise nouvelle pour la France… et pour le reste du monde.

Marché obligataire : la dette des Etats-Unis ne vaudra pas mieux que celle de la Grèce

▪ Les marchés financiers européens sont en train de se casser la figure plus vite encore que la campagne présidentielle de Donald Trump. La plupart des places boursières du Vieux Continent ont chuté de 2 à 3% avec l’explosion des rendements obligataires. La baisse de 151 points du Dow Jones n’est rien du tout, en comparaison.

Six raisons implacables nous hurlent “attention danger” : protégez-vous

Depuis trois mois et demi, je recommande de prendre des bénéfices, de dégager du cash, de vous positionner sur l’or physique et de mettre en place des couvertures pour neutraliser vos pertes en cas de retournement des marchés.

Baromètres en plâtre et calculettes en guimauve

| |

En ce qui concerne le chômage réel, Wall Street se fie à une calculette en guimauve où certaines touches s’écrasent sous la pression sans qu’aucun chiffre n’apparaisse à l’écran. Les chômeurs en fin de droit, pfuitt, envolés ! Les demandeurs ayant renoncé à pointer toutes les semaines, plouf, plouf, comptés pour zéro ! La masse salariale qui n’augmente pas, c’est comme si on tapait sur "+/-"

CAC 40 : mes convictions et valeurs préférées pour 2011 (1)

| |

Après une année 2010 sans réelle tendance, je pense que l’année 2011 offrira au CAC 40 une sortie haussière de cette zone, avec un potentiel d’appréciation d’au moins 15%. Pour autant, il conviendra d’être rigoureux dans vos prises de position. Je vous détaille ici mes convictions personnelles et mes valeurs préférées

Remontée des taux longs = sortie de crise ? (2)

| |

Barack Obama a récemment annoncé un compromis fiscal qui vise à prolonger les baisses d’impôts mises en place par l’administration Bush. La finalité de cette "extension fiscale" est évidemment de soutenir la croissance. D’ailleurs, le célèbre fonds obligataire PIMCO a rapidement revu à la hausse ses prévisions de croissance pour l’économie américaine la semaine dernière

Avertissement : des choses "pas marrantes" s’annoncent !

| |

Le processus de zombification est profond. Il change la nature de ce que la plupart des gens considèrent comme la "richesse". Plutôt que de vouloir posséder une entreprise faisant des profits, ou de prêter à une société qui accroît le capital, une grande partie de ce qui passe pour de la richesse est en fait une réclamation au gouvernement. C’est une promesse, de la part des politiciens en place, de dépouiller l’avenir au profit du présent

Remontée des taux longs = sortie de crise ? (1)

| |

Le fait marquant de la semaine dernière réside assurément dans la remontée des taux longs. Si dans un premier temps cet élément est favorable aux marchés actions — l’argent se reporte sur d’autres classes d’actifs présentant un rapport rendement/risque plus attrayant –, ce mouvement n’en est pas moins à l’encontre de ce que souhaitait M. Bernanke avec son QE2

Le marché obligataire est-il en train de céder ?

| |

Eh bien, il se pourrait que le marché obligataire soit finalement en train de céder. "Les gens se retirent, choqués par la vitesse de la hausse des rendements", déclare un "stratégiste" cité dans le Financial Times. Les acheteurs obligataires fuient la scène du crime de Bernanke. Le rendement du bon du Trésor US à 10 ans a atteint les 3,33% mercredi dernier… soit un point de pourcentage de plus que son plancher d’octobre

Quand le marché obligataire craquera-t-il ?

| |

Vous en avez probablement assez de l’entendre, cher lecteur. Nous le disons et le répétons depuis près de 10 ans. Les Etats-Unis suivent les traces du Japon. Ils resteront dans ses traces — durant une dépression longue, lente et douce — aussi longtemps qu’ils le pourront. Non seulement ça, mais les autorités financières américaines font exactement ce qu’on fait les Japonais. Et ils obtiennent le même résultat — un pays de zombies