Dette et taux d’intérêt : un monde sens dessus-dessous

Rédigé le 16 avril 2014 par La rédaction | Epargne, Inflation, dettes et récession

Sur le plan économique, nous vivons actuellement dans un monde bizarre : « sens dessus-dessous » ! Epargner est puni, faire des dettes est récompensé. Dans une économie nationale digne de ce nom, ce devrait exactement le contraire…

Comment l’épargne dans les banques sert à financer la dette des Etats

Rédigé le 6 août 2013 par Isabelle Mouilleseaux | Epargne, Inflation, dettes et récession

Au Portugal, les fonds de pension portugais vont dorénavant pouvoir investir jusqu’à 90% de leur capital dans les obligations d’Etat domestiques. Fini le sain principe de diversification qui n’autorisait pas ces fonds à placer plus de 55% de leurs avoirs dans la dette souveraine…

Faiblesses structurelles et travaux de soutènement

Rédigé le 15 juin 2013 par Françoise Garteiser | Inflation, dettes et récession

Des craquements et des grincements de fort mauvais augure se font entendre dans les murs ; ici et là, des fissures apparaissent… et l’on peut même se prendre parfois un peu de poussière de plâtre dans l’oeil quand on lève la tête pour examiner le plafond…

Les obligations souveraines françaises sont sur une très mauvaise pente

Rédigé le 18 novembre 2011 par Eric J. Fry | Inflation, dettes et récession

▪ Les rendements obligataires français montent en flèche. C’est ce qu’on pourrait appeler une mauvaise nouvelle pour la France… et pour le reste du monde.

Les détenteurs d'obligations souveraines font la loi sur les marchés

Rédigé le 3 décembre 2010 par Philippe Béchade | Epargne

A notre avis, le plongeon de lundi dernier constituait une sorte d’avertissement adressé à Bruxelles et à la BCE. Les détenteurs privés de dettes souveraines n’accepteront pas de voir leurs investissements menacés d’une restructuration — comme par exemple, un moratoire sur les intérêts versés ou un allongement de la maturité

Crise obligataire : qui va renflouer l'Etat-providence ?

Rédigé le 3 novembre 2009 par Dan Denning | Epargne

La mise en faillite sous "Chapitre 11" de CIT l’autorise à passer par une restructuration sous la protection des tribunaux. Les détenteurs d’obligations pourraient s’en sortir sans trop de casse. En revanche, le Trésor américain a déjà perdu 2,3 milliards de dollars de l’argent du TARP qu’il a injecté dans l’entreprise. Et les plus gros perdants, ce sont les petites entreprises