roulette-casino-perdant

Pourquoi sommes-nous « dépossédés » ?

Rédigé le 12 septembre 2018 par Simone Wapler | Epargne, Krach boursier imminent 2018, Richesse

Le système monétaire et financier est conçu pour organiser un transfert de richesse dont les gouvernements sont complices. Depuis 2008, ce transfert s’accélère. Aujourd’hui encore, dix ans après la crise financière de 2008, les medias relaient des bilans et ce qui a changé. Les Echos titrent « l’interminable combat de la réglementation » […]

crédit

La folie collective abonde autant que le crédit

Rédigé le 11 juillet 2018 par Simone Wapler | Dette, Simone Wapler

10 ans après la crise financière mondiale, les folies collectives se multiplient comme les dettes et le crédit…

bitcin, risque

Si le risque n’existe plus, l’assurer devient inutile

Rédigé le 9 avril 2018 par Simone Wapler | Banques Centrales, Bitcoin et autres cryptomonnaies, Crypto Monnaies, Simone Wapler

L’épargne est devenue inutile, le système financier n’en a plus besoin pour créer du crédit. Le risque de défaut semble avoir disparu…

le bitcoin, responsable de la prochaine crise financière

Prochaine crise financière à cause du bitcoin, vraiment ?

Rédigé le 6 mars 2018 par Nicolas Perrin | Banques Centrales, Bitcoin et autres cryptomonnaies, Crypto Monnaies, Dette, Guerre des monnaies

Improbable que les cryptomonnaies créent des crises financières comme le prétend Macron. En revanche, il est très probable que la dette d’Etat soit cette fois le détonateur…

crise financière

Politique monétaire : et si les banques centrales ne pouvaient plus jamais revenir en arrière ?

Rédigé le 27 novembre 2017 par Nicolas Perrin | Banques Centrales, Dette

La normalisation de la politique monétaire des banques centrales paraît improbable. A la prochaine crise financière, il faudra que les prêteurs prennent leurs pertes…

dow jones

Le Dow à 50 000 points ! Et pourquoi pas ?!

Rédigé le 22 septembre 2017 par Bill Bonner | Banques Centrales, Bill Bonner

La Fed fait semblant de vouloir normaliser sa politique monétaire mais la normale n’est plus supportable. Au premier signe de crise financière, la Fed reviendra en arrière…

banques

Le bal des banques zombies

Rédigé le 9 juin 2017 par Simone Wapler | Dette, Simone Wapler

Neuf ans après l’éclatement de la crise financière, les banques insolvables le sont toujours. Comme avant, le contribuable reste « garant en dernier recours »…

banque

Les charmes et les limites de la banque low cost

Rédigé le 6 avril 2017 par Nicolas Perrin | Cash - Cashless

La concurrence aux banques traditionnelles s’intensifie et les frais bancaires baissent. Mais avec ces alternatives, votre trésorerie sera-t-elle à l’abri en cas de nouvelle crise financière ?

Comment le dollar et la dette ont tout changé

Rédigé le 22 février 2016 par Bill Bonner | Bill Bonner, Defaut américain, Epargne

Pas une personne sur 1 000 ne le réalise, mais la devise américaine a changé le 15 août 1975. Après cette date, même les gouvernements étrangers étaient dans l’incapacité d’échanger leurs dollars contre de l’or à taux fixe.

Les conséquences bien réelles d’une crise bancaire

Rédigé le 13 mars 2015 par Bill Bonner | Bill Bonner, Epargne, Inflation, dettes et récession

Le 15 septembre 2008 fut un mauvais jour pour Wall Street. Lehman Bros. déclara faillite. Le Dow perdit plus de 500 points. Putnam Investments ferma un fonds monétaire de 12,3 milliards de dollars. Mizuho Trust and Banking divisa ses prévisions de gains par deux…

De la crise au Mexique à la crise en Asie

Rédigé le 9 décembre 2013 par La rédaction | Epargne, Inflation, dettes et récession

En 1994, la Fed a augmenté le taux des fonds fédéraux de 3% à près de 6%, provoquant une débâcle du marché obligataire. Les bons du Trésor US à 10 ans ont grimpé de moins de 5,5% fin 1993 à plus de 8% en novembre 1994. A leur tour, les marchés actions et obligations des émergents se sont effondrés…

La crise financière n’était pas un accident

Rédigé le 6 décembre 2013 par La rédaction | Epargne, Inflation, dettes et récession

Observateur éloigné mais néanmoins intéressé par l’histoire et les marchés d’investissement, je suis fasciné par la façon dont les grands événements qui trouvent leur origine dans des tendances long terme sont souvent expliqués par des causes court terme…

Chaos neigeux et chaos financier, mêmes causes, mêmes effets !

Rédigé le 10 décembre 2010 par Philippe Béchade | Epargne

10 centimètres de neige sur l’Ile-de-France ou 10 mille milliards de créances douteuses s’abattant sur Wall Street ou la City ont des choses en commun : cela sème un fameux chaos et met en lumière le déni de la réalité, l’amateurisme et l’inconséquence qui règnent au plus haut niveau. Une magnifique parabole du krach du système financier survenu deux ans auparavant

Peindre et réfléchir

Rédigé le 23 août 2010 par Bill Bonner | Epargne

Je commence à me méfier des excès d’activité. Tous ces gens qui ont des diplômes dans la finance et le commerce…Ils sont allés à Wall Street et ont travaillé comme des forçats. Fonçant à Cleveland pour passer un accord… se précipitant à Londres pour une réunion… le téléphone portable dans une main, le Blackberry dans l’autre… A quoi est-ce que ça servait ? La Bourse de Wall Street est censée allouer efficacement les capitaux de manière à ce que l’économie de libre échange puisse progresser. Mais ce qu’ils faisaient, en fait, c’était créer une sorte de Bulle de la Finance — essayant de faire autant d’opérations que possible pour gagner des commissions. Et toutes ces opérations impliquaient l’injection de nouvelles dettes dans le système"

Le bateau ivre de la finance

Rédigé le 8 mars 2010 par Bill Bonner | Epargne

En général, les prêteurs recherchent ce qu’ils appellent "la couverture" de la dette — la dette comparée aux revenus. Si l’on prend les revenus US dans leur ensemble, on s’aperçoit que la dette fédérale américaine représente actuellement un peu plus de 80% du PIB. Mais ce chiffre augmente rapidement. Il dépassera les 100% dans deux ou trois ans seulement. Et alors ? Tant qu’on a un revenu suffisant pour couvrir tout ça, pas de quoi s’inquiéter, non ? D’accord, considérons les choses sous cet angle. Sauf que ce n’est guère brillant là non plus. L’impôt sur le revenu ne génère que 43% du budget. Les autorités obtiennent un peu plus grâce aux impôts sur les sociétés et autres… mais le déficit est énorme… représentant entre un tiers et la moitié de toutes les dépenses

L'homme le plus stupide d'Amérique

Rédigé le 5 mars 2010 par Bill Bonner | Epargne

John Edwards gagna le titre de "l’homme le plus stupide d’Amérique" quand la presse eut vent qu’il trompait sa femme et se lançait dans la course à la présidence en même temps. Mais en 2007-2008, Edwards avait encore plus de défis quotidiens. En janvier 2007, l’industrie financière estima la valeur de Lehman Bros. — une compagnie qu’elle connaissait bien — à 48 milliards de dollars. Le 15 septembre 2008, l’offre s’effondra à zéro. Alors vinrent de plus inquiétantes nouvelles : la compagnie d’assurance la plus importante du monde, AIG, faisait faillite. Martin Sullivan l’avait mise au tapis, disaient les analystes. Elle avait besoin d’un renflouement de 85 milliards de dollars

Spectacle public à Wall Street

Rédigé le 18 janvier 2010 par Bill Bonner | Epargne

L’économie réelle est toujours en déflation. Un marché de l’immobilier morose. Un marché de l’emploi à la traîne. Voilà pour le décor. Et ça durera probablement des années. C’est contre ce processus naturel de désendettement et de dépression que luttent les autorités — nos héros… aggravant la situation ! Au lieu de prendre la responsabilité de leurs théories idiotes… au lieu de reconnaître qu’elles ont causé la bulle avec des taux d’intérêt artificiellement bas… puis complètement échoué à comprendre ce qu’elles avaient fait… elles accusent Wall Street.

Le bal des hypocrites

Rédigé le 15 janvier 2010 par Philippe Béchade | Epargne

Interrogé le 13 janvier par la Commission d’enquête américaine sur la crise financière (FCIC ou Financial crisis inquiry commission), Lloyd Blankfein à déclaré : "Goldman Sachs n’avait fait que son travail, en toute légalité… et c’est le seul critère qui importe aux yeux de ses clients"