La retraite : une belle idée, sous condition de ressources

Rédigé le 4 octobre 2016 par | Richesse Imprimer

Vous mettez de côté une partie de votre revenu tous les mois, puis vous laissez « pousser » ce capital dans une enveloppe défiscalisée.

40 ans plus tard, le moment venu, c’est la belle vie ! Vous « tapez » dans votre cagnotte et profitez de l’existence.

Pas de travail, pas de stress, les enfants volent de leurs propres ailes… Vous voyagez, jouez au golf, profitez enfin de vos journées… le bonheur.

La retraite, c’est une grande et belle idée… Mais ce n’est plus réaliste.

Avant le XXeme siècle, la retraite était une denrée rare. La plupart des gens travaillaient tant qu’ils pouvaient, puis se retiraient dans la maison de leurs enfants.

La seule génération qui aura « vécu ce rêve » est la génération de mes parents. Ils ont acheté de l’immobilier dans les années 1960, et surtout 1970 alors que les taux réels (taux d’emprunt diminué de l’inflation, NDLR) étaient fortement négatifs du fait de la très forte hausse des prix. La dette s’évaporait en ce temps-là… et les prix de l’immobilier ont été multipliés par 10…

Surtout cette génération bénéficie d’une excellente retraite versée par l’Etat. Avec laquelle elle peut vivre. Cela ne sera plus jamais le cas pour ma génération et les générations futures.

Pour ces générations, la retraite est un mensonge… un grand mensonge.

D’une façon générale, un ménage moyen part à la retraite avec un capital de 250 000 euros – 300 000 euros en moyenne.

C’est là que les choses se gâtent. Pour atteindre un revenu de 60 000 euros annuel avec un capital de 300 000 euros, il faut dégager un rendement de 20%.

20% régulièrement tous les ans !

20%… Je ne vais pas dire que c’est impossible, mais c’est hautement improbable. Bien trop risqué à mon goût.

La plus grande erreur que font les retraités, c’est d’abandonner tous leurs revenus actifs…

Voici ce que je vous conseille de calculer :

Evaluez la somme d’argent que vous devez avoir économisée pour la retraite et qui, placée aux rendements actuels, dégagera annuellement un rendement suffisant pour subvenir à vos besoins

Retirez de ce capital les actifs qui ne génèrent pas de rendement (votre maison ou les bijoux de votre épouse, par exemple). Ne retenez que le capital qui créera de la richesse. C’est que j’appelle « l’actif net disponible », ou AND.

Bien. Ce capital supposé, placé à un taux de 2,50% vous permet-il de dégager un revenu net après impôt pour vivre correctement ?

C’est précisément cette question qu’il faut vous poser

Dans la majorité des cas, la réponse est non.

Les courtiers et les banquiers ne vous le diront jamais, et les analystes de marché non plus. Ils ne vous le diront pas car cela ébranle le mythe selon lequel la solution à tous vos problèmes financiers serait d’investir sur les marchés boursiers

Investir dans les actions ne peut vous procurer l’argent nécessaire à votre retraite que si votre capital accumulé est suffisamment important. S’il vous faut 60 000 euros par an, sachant que les rendements sont à 2,50%, votre capital doit être de 2 400 000 euros.

Si vous n’avez que 500 000 euros ou un million d’euros, gagner tout juste quelques points de pourcentage sur un portefeuille d’investissement ne résoudra pas votre problème.

Il n’y a qu’une seule solution viable : il vous faut davantage de revenus dès maintenant

Vous devez augmenter vos revenus en recourant à d’autres moyens qui ne soient soumis en aucun cas à la volatilité auxquels les marchés sont exposés.

Alors, comment allez-vous procéder pour y parvenir ?

Comment allez-vous faire pour augmenter vos revenus, dès maintenant, à cette étape de votre existence ?

La réponse ne va peut-être pas vous plaire… mais vous devez créer une deuxième source de revenus. Et c’est suffisamment important pour y consacrer une heure ou deux, chaque jour.

J’ai une bonne nouvelle pour vous.

J’organise une formation en ligne de quatre jours à l’attention de ceux qui souhaitent construire un patrimoine : « Comment créer un patrimoine de un million d’euros en sept ans« .

Tel est l’objectif. Oui, il est ambitieux. Il est aussi réaliste.

Dans cette formation j’explique :

Cette formation sera diffusée une seule et unique fois. Il n’y aura aucune rediffusion possible.

Pour accéder pendant quatre jours à cette formation en ligne que je vous offre gracieusement, il faut être sur la liste des Invités.

Alors n’attendez pas un instant pour réserver votre place : cliquez ici.

Je vous dis à très bientôt. Nous rentrerons alors dans le vif du sujet !

Mots clé :

Mark Ford
Mark Ford
Rédacteur en chef du Club des Créateurs de Richesse

« Je m’appelle Mark Ford et suis un millionnaire autodidacte. Je suis né à Brooklyn, à New York, où je vivais dans un minuscule appartement avec mes parents et mes trois frères et sœurs. Mon père était professeur de lycée, il gagnait environ 10 000 dollars par an…

J’ai rejoint le bénévolat (Peace Corps) quand j’étais un jeune homme… j’ai dormi sur des sols boueux dans des huttes africaines… et lorsque mon premier enfant est né, je gagnais moins de 9 000 euros par an. J’ai réalisé que quelque chose devait changer. Et c’est à ce moment que j’ai décidé de gagner sérieusement ma vie.

Depuis mon adolescence “rêveuse”, j’ai passé 39 ans à étudier et pratiquer les secrets pour devenir financièrement indépendant.

J’ai commencé avec le business des services, les toitures, la pose de piscine, la peinture en bâtiment. Ensuite j’ai évolué vers les restaurants, clubs de santé, clubs d’arts martiaux, deux agences de voyage et deux galeries d’art.

En fait, j’ai lancé des business dans tous les secteurs que vous pouvez imaginer – et j’ai collaboré dans bien plus encore. A la fin, mes clients me payaient jusqu’à 2 000 dollars l’heure pour que je les conseille sur leur business – et c’était justifié puisqu’une seule de mes idées pouvait transformer leur entreprise à la peine en entreprise à succès.

Aujourd’hui, je dispose de 50 millions d’euros…

Mais j’ai toujours eu une passion : enseigner. C’est à cela que j’aime passer du temps en ce moment : apprendre aux gens à devenir riche (j’ai beaucoup de chance : je n’aurais plus jamais à me soucier de l’argent désormais, et je peux me permettre de me consacrer aux projets qui m’intéressent).

Il y a des gens qui écrivent leurs Mémoires lorsqu’ils arrivent à l’âge de la retraite. D’autres se lancent dans des activités philanthropiques… Pas moi…

Je veux être reconnu pour avoir aidé un maximum de gens à devenir riche. C’est ce que j’aime faire. Et j’en ai déjà aidé des dizaines, si ce n’est des centaines durant toute ma carrière.

Mais maintenant que je me dirige vers l’âge de la retraite, j’ai décidé de me consacrer entièrement à cela pour le reste de mes jours en créant le Wealth Builder Club (Club des Créateurs de Richesse). Je transmets aujourd’hui toute mon expérience et mon savoir-faire aux membres de mon club qui sont de plus en plus nombreux et qui viennent du monde entier. Je les aide à bâtir leur fortune.

J’en suis fier. Cela fait aussi de moi un retraité heureux, qui se sent utile aux autres. »

Laissez un commentaire