Petite liste de calamités de rentrée

Rédigé le 5 septembre 2018 par | actu géopolitique, Croissance, pays émergents, Guerre Commerciale, Inflation, dettes et récession Imprimer

Alors que les écoliers ont retrouvé le chemin de l’école, les marchés s’apprêtent eux aussi à reprendre les choses sérieuses…

Les raisons de s’inquiéter sont nombreuses. Tensions commerciales, populismes, situation des pays émergents : les fissures se multiplient et pourraient finir par enrayer la belle dynamique des marchés.

Etats-Unis, Chine : je ne t’aime pas, moi non plus

Alors que se profilent les élections de mi-mandat, Donald Trump doit plus que jamais consolider sa base électorale. Pour ce faire, tous les moyens seront bons.

Dans sa dernière interview à Bloomberg, le président américain a parfois paru très serein, soutenant régulièrement que son « pays n’a jamais été aussi robuste financièrement ».

Il s’est aussi, comme souvent, montré très offensif, désignant par exemple le traité de l’OMC comme « le pire accord commercial de l’histoire ». Il a même menacé de quitter l’organisation si celle-ci ne se restructure pas.

Après avoir critiqué la politique monétaire de la Fed, Donald Trump s’est également employé à calmer le jeu avec Jerome Powell, « un homme que j’apprécie et que je respecte », a-t-il assuré.

Bref, le chef de l’exécutif américain est content de lui et peu importe les secousses que sa politique pourrait produire. Car il a également réaffirmé sa volonté d’imposer de nouvelles taxes douanières sur 200 Mds$ de produits chinois. La menace n’est certes pas neuve, mais sa mise à exécution semble imminente.

FTS !

Simone Wapler a une approche pour le moins… directe… de la situation actuelle – et sa stratégie pour vous protéger l’est tout autant.

Découvrez le surprenant slogan qui se cache derrière ces trois lettres, et les conseils qui vont avec, en cliquant ici.

 

Last but not least, Donald Trump a reproché à la Chine son attitude dans le dossier de la Corée du Nord, estimant qu’elle ne facilitait pas ces négociations.

Les marchés ne s’y sont pas trompés, et si on ne peut pas parler véritablement de vent de panique, la dynamique, déjà poussive en cette fin d’été, semble progressivement laisser la place à une certaine morosité.

L’Europe au bord de l’explosion

La situation est toutefois peut-être plus préoccupante encore en Europe. Le Vieux Continent est en effet à la fois attaqué de l’intérieur et par ses « partenaires ». Certains « amis » sont devenus des ennemis !

L’Italie est ainsi sur le point de proposer un budget explosif et les pressions fusent de toutes parts. Les partis-d’extrême droite se regroupent afin de provoquer un renversement lors des prochaines élections européennes.

Profitant de la montée des populismes et des frictions internes, les grandes puissances comme les Etats-Unis et la Chine, qui n’ont aucun intérêt à composer avec une union forte, soutiennent ce climat délétère.

Donald Trump est même allé jusqu’à proposer l’achat d’obligations souveraines italiennes si Rome devait avoir besoin d’aide… alors qu’à ce jour, c’est totalement impossible (du moins directement) !

NDLR :  [Dans son dernier ouvrage, En marche vers la faillite, notre spécialiste de la politique américaine, Jim Rickards, vous explique comment le Deep State et l’élite mondiale courent à la catastrophe. Cliquez ici pour vous procurer ce livre et surtout découvrir comment investir profitablement dans ce contexte.]

En ce qui concerne le Brexit, la situation semble par ailleurs désespérément bloquée et un « No deal » est devenu probable.

Dans ce contexte, et alors que le président Macron, leader pro-européen, est au plus bas dans les sondages, les élections européennes pourraient bien revêtir une dimension inédite.

Peur sur les pays émergents

Du côté des Etats émergents maintenant, le Venezuela n’est plus qu’un fantôme et l’inflation flirte avec… 1 000 000%. Dans un discours pathétique, Nicolas Maduro a appelé les millions de ses compatriotes qui fuient vers les pays voisins à revenir au bercail.

« Arrêtez de laver les toilettes à l’étranger et revenez vite dans votre patrie », a notamment déclaré le président vénézuélien, dont le déni face à l’extrême gravité de la crise est troublant.

Au cœur de cette défaillance, c’est bien la monnaie qui est la clef. Le bolivar a été dévalué de 96% et le gouvernement a même imposé une cryptomonnaie, le petro, indexé comme son nom le suggère sur le pétrole. Le salaire minimum a quant à lui été multiplié par… 34.

C’est l’Amérique du Sud dans son ensemble qui est actuellement en proie à des difficultés. Ainsi, alors que les Brésiliens sont prêts à réélire un détenu en la personne de Luiz Inácio Lula da Silva à la présidence, la Banque centrale argentine a relevé son taux directeur à 60% (!).

Plus largement, l’indice des devises d’Amérique du Sud affiche une baisse de 18% depuis le début de l’année. Or les banques espagnoles sont lourdement engagées sur ce front.

Graphique devises d'Amérique latine

La Turquie est en grande difficulté

Je finirai ce tour (non-exhaustif) des risques de la rentrée par ce qui me semble être l’un des sujets les plus inquiétants.

Quoique très minimisée voire occultée par les médias dits mainstream, la crise turque a tous les ingrédients pour devenir selon moi l’épicentre d’une déferlante dévastatrice.

Sur le plan monétaire et économique, la livre turque a chuté de près de 40% depuis le 1er janvier, tandis que l’inflation affiche une augmentation de 16% et paraît hors de contrôle.

Pour d’obscurs motifs idéologiques (voire religieux ?), le président Recep Tayyip Erdogan s’oppose en effet à une montée des taux. Nommé à la tête du Trésor bien que totalement inexpérimenté, son gendre ne fait rien non plus pour rassurer les marchés.

Entre un président arrogant et à l’ego démesuré, une dette hallucinante par rapport au PIB et une politique monétaire incohérente, tous les ingrédients sont réunis pour un cocktail explosif… qui plus est dans une région qui ressemble de plus en plus à une cocotte-minute.

L’Europe s’est dite prête à aider Ankara via le FMI. La Chine est également un soutien de poids d’Erdogan et continue d’investir dans le pays. Sur le plan géopolitique, un sentiment commun à la Russie et à l’Iran, ciblés eux aussi par Donald Trump, pourrait au surplus faire naître des alliances de circonstance.

Vous le voyez, la sérénité ne saurait être durablement de mise et si l’on ne sait jamais qui va gagner une guerre économique entre deux pays, le marché, lui, a toujours raison à la fin.

 

 

Jérôme Revillier
Jérôme Revillier

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Mots clé : - -

2 commentaires pour “Petite liste de calamités de rentrée”

  1. Vous dites à la fin: « le marché, lui, a toujours raison à la fin. » Ah bon? Je constate plutôt le contraire.

    Quant au mot populiste il faut arrêter de l’utiliser car galvauder ce terme à toute occasion c’est dénigrer les personnes concernées. Qui est populiste, les peuples qui râlent ou les deux trois illuminés des multinationales et de la presse qui ont construit un Macron populiste? Un exemple pris tout à fait au hasard, mais pareil aux USA, en Equateur, Brésil, en Grande-Bretagne, au sein des Banques centrales, etc. 😉

  2. Pour les médias destinés à influencer les électeurs, la pire calamité semble être la perte de confiance envers Macron, le grand protecteur des ultra riches contre les vilains qu’ils exploitent et les écolos qui s’insurgent de leur cynisme.
    Pour un Martien, la pire calamité pourrait être l’extraordinaire accumulation de personnages ubuesques, mégalomanes, paranoïaques et absolument incompétents, à la tête de nombreuses états plus ou moins ruinés et corrompus. Cela ressemble étonnamment à l’histoire du fou qui joue avec des allumettes sur un baril de poudre.
    Rappelons que le roi Ubu est un personnage si autoritaire, cruel et fantasque, que son monde marchait sur la tête. La seule qualité de ce personnage est qu’il est qu’il est imaginaire, contrairement à ceux qui lui ressemblent.

Laissez un commentaire