La réforme du système monétaire mondial

Rédigé le 24 juin 2016 par | Article, Banques Centrales, Guerre des monnaies Imprimer

Selon les nouveaux chiffres du FMI, la masse monétaire mondiale est actuellement de 10 900 milliards de dollars. Sur ce montant, 6 800 milliards peuvent être alloués aux monnaies nationales. Les réserves de change sont détenues par les banques centrales pour soutenir leur propre devise. Si nécessaire, la banque centrale peut vendre une partie de ses réserves pour soutenir sa propre devise sur les marchés de change.

Monde - Réserves allouées par devise pour le T4 2015

Fin 2015, la part de la valeur du dollar dans les réserves mondiales était de 64% et celle de l’euro de 19,9%. La livre sterling et le yen étaient chacun à 4,9%.

Officiellement, la part du renminbi (RMB) n’apparaîtra dans les statistiques officielles qu’à partir de cette année. Le 26 février 2016, le FMI a décidé d’inclure le RMB dans le panier de Droits de tirage spéciaux (DTS) et les banques centrales pourront publier leurs avoirs en RMB détenus dans leurs réserves à partir du 1er octobre 2016.

Imaginez que nous puissions vaincre la malédiction du vieillissement et éliminer tous risques de maladie de notre existence… … en les supprimant directement de notre ADN Impossible ?Pas selon cette petite biotech de Boston, dont la découverte stupéfiante pourrait bouleverser le paysage médical et pharmaceutique dans les années qui viennent…Cliquez ici pour tout savoir.

Les discussions économiques bilatérales actuelles entre les Etats-Unis et la Chine visent à l’internationalisation de la monnaie chinoise. A court terme, la faiblesse du yuan, tombé à son niveau le plus bas depuis cinq ans face au dollar, est inquiétante.

La part de l’euro dans les réserves de change mondiales est de 19,9%, au plus bas depuis la création de la monnaie unique dans la Zone euro

La part de l’euro dans les réserves de change mondiales est de 19,9%, au plus bas depuis la création de la monnaie unique dans la Zone euro. Le plus haut niveau a été atteint juste avant le début de la crise financière, avec 23%. La part du dollar dans les réserves de devises a également chuté de cinq points de pourcentage depuis la crise.

Forte dynamique pour le yuan

L’organisation Swift publie chaque mois une liste des monnaies d’après leur utilisation pour les paiements transfrontaliers.

Devises utilisées pour les opérations financières dans le monde (en%)

En haut de cette liste on trouve l’USD (41,9%), l’EUR (30,7%), suivi par le GBP (8,4%) le JPY (3,2%) le CAD (1,8%) et l’AUD (1,6%).

Dans ce classement, le yuan chinois (CNY) a pris la sixième place (la 13ème il y a un an). Il représente seulement 1,82% de la totalité des paiements, mais affiche une forte dynamique. Début 2015, il a même été classé à la cinquième place.

En 2017, le yuan pourrait être librement convertible, et on estime que sa part de marché devrait s’élever à 25% d’ici 2020. Le classement des monnaies en fonction de leur part dans les paiements internationaux est également très différent de celui fait en fonction des PIB nationaux.

Les poids des pays dans l’économie mondiale mesurés par leur PIB sont donc différents du poids de leur monnaie dans le système mondial de réserves de change — et différents de la part que ces monnaies prennent dans les paiements internationaux.

Bien sûr, ces différents pourcentages ne peuvent pas être exactement les mêmes, mais les écarts sont devenus si grands que les tensions et les frictions font naître des tendances protectionnistes et ralentissent la dynamique du développement économique. Le rôle dominant du dollar va diminuer dans les prochaines années.

Quid de l’or ?

Les banques centrales détiennent une partie de leurs réserves monétaires en or. La Chine et la Russie ont considérablement augmenté leur stock d’or dans leurs réserves en devises au cours des derniers trimestres. Les vendeurs ont été principalement les fonds occidentaux. Officiellement, la Chine détient 1 797 tonnes (1 054 il y a un an) et la Russie 1 460 tonnes (t) d’or (1 208 il y un an) soit respectivement 2,2% et 15% de leurs réserves en devises.

Les Etats-Unis détiennent 8 133 t (71,6%) et l’Allemagne 3 381 t (68,9%). La France et l’Italie détiennent environ 2 450 tonnes chacune. Actuellement, les banques centrales de la Zone euro détiennent en tout 10 789 t d’or comme « réserve de sécurité ».

Au regard des achats continuels des banques centrales, une question se pose : se préparent-elles déjà à un changement du rôle de l’or dans le système monétaire mondial ?

Conclusion

L’or serait mieux considéré comme devise que comme métal. Le métal précieux représente une valeur universellement reconnue, mais une réforme du système monétaire mondial, avec une proportion adéquate d’or, peut prendre encore des années.

Les candidats potentiels à une dévaluation parmi les monnaies de réserve sont le yuan et le yen. Les devises des Etats-Unis (absurdement endettés) et de la Zone euro (où règnent des tensions permanentes) ne sont pas une alternative sérieuse à l’or.

Mots clé :

Eberhardt Unger
Eberhardt Unger

Le Dr. Eberhardt Unger est un économiste indépendant, fort de plus de 30 ans d’expérience des marchés et de l’économie. Vous pouvez retrouver ses analyses sur le site www.fairesearch.de

Laissez un commentaire