L’or, en acheter ou pas ?

Rédigé le 4 juin 2016 par | Epargne Imprimer

Parlons un peu d’or, tiens.

Le métal jaune confirme décidément son retour… ne serait-ce que par l’abondance d’informations contradictoires à son sujet.

Au sein des Publications Agora elles-mêmes, on n’est pas toujours d’accord — sur l’objectif de cours, notamment.

▪ Jody Chudley, par exemple, s’inspire d’un investisseur « célèbre » (j’hésite sur le mot à mettre entre guillemets, « célèbre » ou « investisseur », quand on sait que Jody parle d’Oussama ben Laden…) pour prévoir un premier seuil à 4 500 $ l’once d’ici 2020 :

« En fait, si l’or a démarré un nouveau marché haussier, notre expérience depuis 1970 laisse penser que nous arriverons facilement au prix de 3 000 $ l’once dans les prochaines années comme l’avait indiqué Ben Laden.

Une hausse qui équivaut à la moyenne des cinq dernières (451%) verrait le prix de l’or atteindre près de 4 500 $ l’once dans les trois à quatre prochaines années ».

Rassurez-vous, Jody ne compte pas uniquement sur les prédictions d’un terroriste pour prévoir l’évolution du métal jaune. Il se base également sur les statistiques de durée des marchés baissiers et haussiers — vous pouvez retrouver l’intégralité de son article en cliquant ici.

Jim Rickards, Byron King et le Dr Eberhardt Unger sont trois autres rédacteurs qui prédisent un bel avenir à l’or — pour des raisons aussi élémentaires que convaincantes, d’ailleurs :

« L’or reste attrayant car il représente une valeur universellement reconnue. Alors que le monde se noie dans un océan de dette, notre système de papier monnaie est au bord du gouffre et n’est plus fiable », disait par exemple le Dr Unger il y a quelques jours.

▪ Et puis est arrivé Eric Fry, qui a semé une belle pagaille avec son article d’hier, selon qui :

« En ce moment, les gestionnaires de hedge funds achètent de l’or comme jamais depuis ces 10 dernières années. C’est là un signe que le grand rally de l’or de cette année pourrait bientôt faire une pause ».

Je vois la perplexité se peindre sur votre visage, cher lecteur. Une pause ? Alors qu’on vous rabâche que l’or va atteindre les 4 500 $, voire les 10 000 $ à plus long terme ?

Eh oui ! Mais rien de tout ça ne devrait vous surprendre : il est rare qu’un marché haussier se fasse entièrement en ligne droite (ou alors… il y a de quoi se méfier). Des revers, des retours, des reculs sont toujours à prévoir — Simone Wapler elle-même le disait la semaine dernière : l’or, c’est comme les huîtres, il y a des bons et des mauvais mois !

La conclusion de tout cela ? C’est à Eric qu’elle revient… mais elle serait sans doute reprise en choeur par le reste de l’équipe : « achetez au plus bas » !

▪ Pour terminer, je vous invite à lire, relire et méditer mon article préféré de cette semaine, signé Simone Wapler, sur le libéralisme — disponible ici. Des pistes pour une réflexion importante sur la liberté, les échanges et… la responsabilité, qu’on a tendance à oublier, dans nos sociétés moderne.

Nous reviendrons plus en profondeur sur ces thèmes, qui méritent d’être approfondis, explorés et même… définis, comme nous le demandait un lecteur ce matin.

Pour citer Bill : « restez à l’écoute ! »

Meilleures salutations,

Françoise Garteiser La Chronique Agora

Françoise Garteiser
Françoise Garteiser
Directrice de la rédaction pour La Chronique Agora

Françoise Garteiser est Directrice de la rédaction pour La Chronique Agora. Elle se charge de la diffusion de cette lettre d’information contrarienne et politiquement incorrecte. Du choix des textes au respect de la ligne éditoriale – en passant par la traduction des notes provenant de nos partenaires à l’étranger et des interventions ponctuelles au sein de la lettre quotidienne, elle s’assure qu’aucun grain de sable ne vient empêcher le bon fonctionnement des rouages de La Chronique Agora. Vous pouvez également retrouver Françoise Garteiser toutes les semaines dans La Chronique du week-end, billet d’humeur envoyé le samedi.

Mots clé :

Laissez un commentaire