La tranquille révolution de N26, Revolut, Morning et consorts

Rédigé le 11 janvier 2018 par | Investissement Imprimer

Lentement mais sûrement, la rente des banquiers est attaquée par les Fintechs. Mieux que les spots publicitaires, le bouche-à-oreille des clients satisfaits.

Nous avons vu que les banques traditionnelles peinent à répondre à la déferlante des fintechs. Bien conscientes du fait que le matraquage de leurs clients par l’augmentation des frais ne pourra pas durer éternellement, les banques sortent de nouvelles offres… dont on peine à décerner le caractère révolutionnaire.

Quand les banques financent les fintechs

Parier sur les jeunes pousses de la fintech pour réduire le risque de se voir balayées avec les industries du monde d’avant, telle semble être l’option envisagée par de plus en plus de banques traditionnelles.

La solution la plus répandue consiste à racheter de jeunes pousses. Ainsi le Crédit Mutuel Arkéa s’est-il offert 86% de Leetchi en septembre 2015. La Banque Postale a quant à elle fait l’acquisition de 100% KissKissBankBank en juin 2017. Mais d’autres stratégies prennent forme.

Déterminé à se « transformer […] en la banque du futur », le groupe néerlandais ING accélère sa mutation digitale en se rapprochant de start-ups de la technologie financière au travers de deux axes : des partenariats et un fonds de capital-risque doté de 300 M€.

La Société Générale pousse la logique encore plus loin en prenant le problème à sa racine. Plutôt que prendre le risque de voir proliférer des concurrents hostiles en provenance de son sein, la banque privilégie la création de start-up en interne.

Ainsi, les équipes d’employés dont le projet aura été validé auront la possibilité de quitter leur poste pour dédier 100% de leur temps de travail à leur projet… en interne, donc !

« Organiser la concurrence en interne plutôt qu’elle ne vienne de l’extérieur », c’est toute l’idée de l’intrapreneuriat, comme on peut le lire sur L’Usine Digitale. La banque pourrait consacrer 150 M€ par an à ce projet.

Si vous avez du mal à vous y retrouver dans cette jungle, je vous recommande la lecture du rapport « Réalité et perspectives des néo-banques en France et à l’étranger » publié (en français) par Syrtals Cards en octobre 2017. Vous y retrouverez notamment un tableau récapitulatif des plus grosses néobanques par nationalité, avec les fintechs françaises, anglaises et allemandes.

Le RIB arrive enfin chez Morning

Du côté de la start-up toulousaine Morning, on propose enfin aux clients de bénéficier d’un RIB et d’un IBAN. L’utilisation de cette banque mobile n’est par conséquent plus limitée aux paiements entre particuliers. Rappelons que Morning se distingue de la concurrence grâce à ses offres destinées aux enfants mais surtout aux tuteurs de personnes sous tutelle ou curatelle, qui peuvent ainsi octroyer une certaine autonomie aux personnes dont ils assurent la protection.

Hush, le projet de banque mutualiste qui permet de gérer ses cryptos

On relèvera également le lancement de Hush, le nouveau projet de banque mobile d’Eric Charpentier. Le fondateur de Morning, qu’il avait quittée après son rachat par banque Edel, souhaite lever entre 15 et 20 M€ au travers… d’une Initial Coin Offering.

Comme on peut le lire sur La Tribune, il s’agit de « réinventer la banque mutualiste à l’heure de l’expérience mobile », en lançant « la première offre bancaire régulée, mutualiste et tokenisée [sous forme de jetons, ndlr] pour des services simplifiés, conçue pour disposer et utiliser son argent en devises et/ou en cybermonnaies. ».L’ICO se déroule entre le 11 décembre et le 21 janvier. [NDLR : N’achetez pas un seul bitcoin, ne partcipez pas à une seule ICO avant d’avoir lu ce message et découvert comment investir vraiment profitablement dans les cryptomonnaies.]

N26 allie expérience utilisateur et toujours plus de sécurité

N26 ne prétend pas encore gérer les cryptos, mais cela ne l’empêche pas de s’orienter vers toujours plus de sécurité.

Depuis cet été, la néobanque allemande intègre le protocole 3DSecure aux transactions qu’elle juge risquées. Le client doit valider la transaction par un simple clic dans son application mobile dans les cinq minutes, sans quoi la transaction se voit annulée.

Autre avancée consacrée fin octobre : N26 est désormais compatible avec Apple Pay. Comme l’explique Numerama, rien de bien sorcier au niveau de l’installation : « pour ajouter votre carte N26 à votre compte Apple, il vous suffit de vous rendre dans l’application Wallet, de cliquer sur Ajouter une carte bancaire et de suivre les étapes. »

Voilà de quoi réjouir les détenteurs d’iPhone, alors que la grande majorité des banques traînent les pieds.

N26 compte plus de 500 000 clients, dont plus de 100 000 en France.

Revolut veut devenir une banque… la première à gérer les cryptos !

Revolut a dépassé N26 en termes de volume de clients : la start-up britannique compte en effet plus d’un million de clients en Europe, dont plus de 150 000 en France, et ce sans dépenser un seul euro en campagne publicitaire, et sans système de parrainage.

Son service français a récemment emménagé à Station F, pour côtoyer d’autres start-up.

Comme je vous l’écrivais au mois d’août, Revolut n’est pas une banque mais un service de transfert d’argent en devises. Néanmoins, ceci pourrait bientôt ne plus être vrai.

En effet, Revolut « a déposé une demande de licence bancaire européenne, qu’elle espère décrocher au premier semestre 2018 », indique cBanque. La start-up suit ainsi le sillage de N26 qui avait effectué cette démarche en juillet 2016. Elle pourrait donc bien avoir sous le coude des services complémentaires à son offre aujourd’hui limitée à un compte de paiement accompagné une MasterCard.

C’est ce que confirme ce communiqué traduit par cBanque : « suite à une énorme demande de notre communauté, les cryptomonnaies, Apple Pay, Android Pay, l’assurance voyage payée au jour le jour, et les investissements en actions et en obligations seront également bientôt disponibles ».

Néobanques vs banques traditionnelles : vers qui se tourner ?

Alors qu’Orange Bank connaît des débuts « laborieux » selon les termes de BFM, Revolut engrange en ce moment plus de 3 000 nouveaux clients par jour (contre 3 000 par semaine pour N26) et ce… sans aucun battage médiatique !

Stéphane Richard aura beau promouvoir sa marque en buvant des cafés dans des spots publicitaires, rien de tel que le bouche-à-oreille enthousiaste pour engranger de nouveaux clients.

La révolution technologique ne s’arrête pas là ! Prochainement, je vous parlerai des dernières avancées technologiques en matière de systèmes de paiement et je vous donnerai quelques nouvelles de « la société sans cash« .

Nicolas Perrin
Nicolas Perrin

Nicolas Perrin est l’auteur de l’ouvrage de référence « Investir sur le Marché de l’Or : Comprendre pour Agir ». Diplômé de l’IEP de Strasbourg, du Collège d’Europe et titulaire d’un Master 2 en Gestion de Patrimoine, il est conseiller en gestion de patrimoine indépendant en région lyonnaise et à La Réunion.

Mots clé : - - - -

Un commentaire pour “La tranquille révolution de N26, Revolut, Morning et consorts”

  1. Revolut est hs en ce moment pas d’inscription possible et liste d’attente chez curve (un peu différent mais nouveau service a succes).

    Allez voir :

    http://curve.vip/DKPNL

    Gilles

Laissez un commentaire