Refusez de nourrir les zombies

Rédigé le 21 avril 2018 par | Crypto Monnaies, Investissement Imprimer

Cette semaine, Bill Bonner a fait son coming out sur les cryptomonnaies : Le bitcoin, ça marche !

Les Vénézuéliens (malheureux cobayes d’un paradis terrestre selon Jean-Luc Mélenchon) se ruent dessus pour échapper à l’hyperinflation qui leur pourrit la vie.

Oui, peut-être voyons-nous sous nos yeux émerger une nouvelle monnaie platonicienne.

Platon pensait qu’une monnaie pouvait n’être qu’une convention sociale. Aristote pensait que la monnaie devait posséder une valeur intrinsèque pour conserver sa valeur dans le temps. L’Histoire a jusque-là donné raison à Aristote

Cette semaine, je me suis consacrée à rédiger une brève histoire de la monnaie, de Sumer au bitcoin. Car pour comprendre où nous nous dirigeons, savoir d’où nous venons est utile. Nous venons de très loin, de -3000 avant JC.

La constante qui se dégage de ces plus de 5 000 années est que les Etats et les gouvernements – loin d’être les garants de la monnaie – souhaitent la contrôler pour mieux tricher.

Lorsque cette histoire en 10 épisodes sera complète, vous pourrez la retrouver sur le site de La Chronique.

Si une cryptomonnaie s’imposait par l’usage, ce serait une monnaie adossée à une « convention sociale » qui ne dépendrait d’aucun Etat ou gouvernement.

Car le problème des monnaies sans valeur intrinsèque contrôlées par l’Etat est qu’elles se révèlent toujours incapables de stocker de la valeur dans le temps, puisque l’Etat finit toujours par vouloir plus d’argent qu’il n’en prélève.

Une preuve actuelle de tricherie ? Tenez, la voilà :

Livret A

Le Livret A, votre épargne financière garantie par l’Etat, rapportera moins que l’inflation. C’est ce qu’on appelle gentiment l’érosion monétaire.

La grande innovation de notre époque est que les gouvernements n’ont plus besoin de votre argent pour se financer et nourrir leurs zombies. Ils n’ont donc pas besoin de vous rémunérer.

Mario Draghi – John Law du XXIème siècle – rachète la dette d’Etat et distribue tous les mois 60 milliards d’euros aux zombies.

Transposez cela à la pierre. Imaginez que l’Etat construise 60 millions de logements sociaux tous les 10 ans. Pensez-vous que vous pourriez réclamer un loyer sur votre propre investissement en immobilier locatif ?

Mais la bonne nouvelle de notre époque est que vous pouvez échapper à cela. Vous n’êtes pas contraint de mettre votre épargne au service de la survie des zombies (déjà, malheureusement, une grande partie de vos impôts y pourvoit).

Vous pouvez aider l’économie réelle en lui prêtant directement (crowdlending). Vous pouvez devenir directement actionnaire d’entreprises en croissance sans passer par une banque (crowd equity).

Peut-être même qu’un jour vous pourrez vous affranchir des manipulations monétaires en utilisant des cryptomonnaies et pas seulement en ayant un peu d’or.

Moutons

Nous vivons donc une époque formidable et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Laissez un commentaire