Mensonges sur la monnaie, l’euro et l’austérité

Rédigé le 15 février 2017 par | Banques Centrales, Simone Wapler Imprimer

Pour beaucoup de gens, la prospérité d’un pays tiendrait à la monnaie. Rien n’est plus faux : en réalité la prospérité d’un pays tient à la gestion que les citoyens délèguent à leur gouvernement.

Peu importe la monnaie que vous utilisez, les habitants d’un pays mal géré restent pauvres. Vous pouvez, par exemple, bénéficier d’une manne pétrolière et la détruire avec une gestion désastreuse. Regardez le Venezuela, le Brésil, l’Algérie…

Vous pouvez constater que les pays prospères ont une monnaie forte et inversement. La monnaie n’est que le reflet de la gestion. Mais il ne suffit pas de tricher avec la monnaie pour bien gérer. Ceux qui le prétendent sont des escrocs.

La concurrence est bonne aussi pour la monnaie

Les pays prospères acceptent souvent une certaine concurrence monétaire. Ainsi en Suisse – un petit pays avec beaucoup de frontières – vous pouvez payer vos achats en euro dans la plupart des grandes villes, ou même dans des pompes à essence en rase campagne. Il faut pénétrer profondément dans le pays pour qu’un commerçant vous refuse des euros. Avant l’euro, les Suisses acceptaient des francs français, des deutsche marks, des lires italiennes, des pfennigs autrichiens…

Des profits à trois chiffres grâce à ce secteur surprenant !
Cliquez ici pour découvrir une industrie en plein envol… et qui pourrait rapporter des plus-values sans précédent aux investisseurs qui sauront se positionner à temps.Pour en faire partie, c’est par ici.

Une bonne monnaie ne craint pas la concurrence. Les plus mauvaises monnaies la redoutent, c’est pourquoi les gouvernements les décrètent inconvertibles ; ceci permet d’enfermer les gens dans leurs frontières et d’éviter qu’ils puissent se livrer à de fâcheuses comparaisons. Autre solution : imposer un taux de conversion (cas du dinar algérien, par exemple). En général, le marché noir se charge de remettre les pendules à l’heure.

Le contrôle de la monnaie par des politiciens professionnels rend toutefois possible toutes sortes de tours de passe-passe et d’effets bonnetot. Une monnaie faible ou une dévaluation permet de brader la valeur ajoutée des citoyens naïfs en leur faisant miroiter un « avantage compétitif » : les étrangers paieront moins cher votre travail, vantent les économistes et les grands argentiers. La belle affaire ! La création monétaire permet de faire naître de l’inflation, impôt arbitraire qui ne demande ni débat ni vote et qui prive les gens de leur gain de productivité. Car le capitalisme honnête consiste à produire plus avec moins : il est donc déflationniste (les prix baissent). L’inflation permet par conséquent de priver les gens du fruit de leurs efforts en les taxant plus.

De souverains et fieffés mensonges

La magie du verbe politique et l’inculture économique et monétaire des électeurs font des ravages. Ainsi une « monnaie souveraine » ou le « pouvoir régalien de la monnaie » sont agités par des vendeurs de lendemains qui chantent comme la solution de nos maux économiques. A l’inverse, une monnaie que nous ne contrôlons pas serait la cause de nos souffrances, en raison d’une austérité imposée par une méchante Allemagne rêvant de régner sur une Europe unifiée à la schlague.
[NDLR : Connaissez-vous cette discrète et redoutable arme d’auto-défense qui peut vous sauver en cas d’agression ? Elle tient dans la poche, elle est aussi efficace qu’une arme à feu et s’emporte partout. Pour l’utiliser, vous n’avez pas besoin de prendre des cours de self défense. Pour la connaître, cliquez ici.]

Ce que n’aurait pas réussi à faire la Seconde Guerre mondiale, l’euro le réussirait… Préparez-vous à faire figurer Kommandantur plutôt que Commissariat sur les plans si nous continuons à subir les méfaits de l’euro. Caricatural ? Pas tant que ça dans l’esprit de Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, François Asselineau, Philippe de Villiers, Nicolas Dupont Aignan et autres souverainistes de droite et de gauche qui vous vantent leurs services complets… Avec eux, le meilleur gouvernement, c’est 100% du PIB entre les mains de l’Etat, ce qui suppose également 100% de contrôle sur la monnaie.

L’austérité ? Seulement pour les contribuables mais pas pour la Parasitocratie

Qu’en est-il de cette prétendue austérité imposée par l’Allemagne ? Quelque chiffres et commentaires issus d’une récente note de Natixis, signée de Patrick Artus et intitulée « Le grand malentendu : les Français croient qu’il y a eu austérité ».

Plus d'impôts mais plus de dépenses publiques - monnaie
Source Natixis

« Certes la pression fiscale, sur les ménages et sur les entreprises, a beaucoup augmenté, mais pas au point de compenser la hausse des dépenses publiques, et, en conséquence, la France n’assure pas sa solvabilité budgétaire »

Traduction : beaucoup d’impôts, mais encore plus de dettes et de déficit.

« Le modèle social de la France consiste essentiellement en des dépenses sociales, en particulier de retraite très élevées, financées par des impôts très élevés sur les entreprises ; ce modèle favorable aux retraités est destructeurs d’emplois. »

Traduction : l’argent (impôts et déficit, donc dette publique) part surtout dans le versement des retraites. Taxer pour payer des retraites ne nous enrichit pas.

Mon commentaire : la distinction impôts sur les sociétés ou sur les gens est une distinction comptable. Les impôts sont finalement toujours payés par des gens. Plus une entreprise est taxée, moins elle a d’argent à distribuer à ses dirigeants, ses actionnaires, ses employés ou à réinvestir.

« Même si le pouvoir d’achat des salariés a peu progressé, la compétitivité-coût de l’industrie française est très dégradée par rapport à celle de pays à niveau de gamme comparable, comme l’Espagne »

Traduction : les salaires n’augmentent pas (puisque les entreprises payent plus d’impôts) et malgré ce sacrifice, à qualité comparable, les produits français sont plus chers que les produits espagnols. Tout a foiré…

Ma conclusion : en réalité, il y a bien eu austérité puisque nous payons plus d’impôts, ceux qui sont en activité n’ont eu que peu de progression de salaire et nous constatons beaucoup de progression du chômage. Mais cette austérité, ces efforts, ont été stériles.

Que vient faire l’euro là-dedans ? Rien. Strictement rien. En revanche des choix désastreux comme un système de retraite 100% par répartition et 100% contrôlé par l’Etat, une administration obèse, une pression fiscale parmi les plus élevée au monde, un code du travail psychorigide fondé sur la lutte du travailleur face à l’entreprise esclavagiste, la lubie du partage du travail conduisant à imposer à tous les 35h00, la haine des riches symbolisée par l’impôt sur la fortune… pèsent lourd. Pour les souverainistes, une monnaie 100% contrôlée par l’Etat permettrait de compenser ces mauvais choix. Vaste fumisterie.

Plutôt que de déléguer toujours plus de gestion à l’Etat (comme le voudraient les souverainistes) ou à des instances supranationales (comme le voudraient les Européistes), si nous pensions à déléguer moins pour retrouver de vraies marges de manoeuvres ?

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’oeil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

6 commentaires pour “Mensonges sur la monnaie, l’euro et l’austérité”

  1. La vaste fumisterie c’est le système de retraite par capitalisation ! Car lui aussi dépend des générations suivantes ! A la différence près, étant que ceux qui doivent gérer les retraites par capitalisation sont dans une logique de BENEFICES, donc ils réduisent les montants des pensions pour se mettre la marge dans leurs poches ! Ce qui n’est pas le cas des fonctionnaires qui doivent gérer les retraites par répartition, seuls les frais de gestion sont facturés au meme titre des retraites par capitalisation, mais par répartition il n’y a pas d’actionnaires qui viennent facturés des bénéfices à mettre dans leurs poches. Mémé Wapler ne vous dit pas tout !

  2. C’est bien pour ça que les congénères de la mémé Wapler ont fui l’Euro avec le Brexit…. L’Euro un poison que la mémé Wapler ne compte pas s’infliger elle-même pour les anglais … Et la souveraineté de l’Angleterre un bien précieux que la mémé Wapler compte bien préserver…. Finalement la mémé Wapler kiffe grave la souveraineté mais pas pour les autres.

  3. Je me souviens d’un article de Bill Boner «  » » Monsieur les allemands sortaient les premiers » »…. Ben ils s’est avéré que ce soit les anglais, puis les seconds seront sans aucun doute les Pays-Bas…. La France aimerait que l’Allemagne sorte la première mais notre pays n’est pas en position de force pour pousser les allemands vers la sortie, c’est même l’inverse qui se produit ! De plus c’est Angela qui dispose du pantalon et des paires de boules, quant à nos politiciens doivent se contenter d’une petite culotte pour enrober le petit minou, c’est ainsi ! Seule Marine a de la testostérone parmi nos candidats aux présidentielles !

  4. Dis donc Bga80, « mémé Wapler » ce n’est ni très correct, ni très courtois. Tu as totalement le droit d’avoir tes opinions et de les défendre mais un minimum de politesse ne nuit pas. Serais-tu macho en plus, vu que tu ne dis pas « pépé Boner » ? 80, c’est ton année de naissance ? Pas encore 40 ans, mais déjà plein de certitudes. Sache qu’une société qui ne respecte plus ses ainés n’est pas généralement un endroit où il fait bon vivre. Mais tout cela n’est pas bien grave, je te souhaite de vivre vieux, on verra alors ce que tu penses du respect dû aux anciens.

  5. Jpd Je n’apprécie pas la grossièreté vis à vis de S. Wapler ni les âneries qui émaillent le discours de ce monsieur . En revanche je conteste formellement l’affirmation de Simone Wapler, selon laquelle le modèle social français reposerait sur des dépenses très élevées (c’est exact) et « en particulier des retraites importantes financées par les impôts » .C’est cette dernière affirmation que je conteste si l’on ne précise pas qu’il s’agit des retraites du secteur Public (fonctionnaires et assimilés et régimes spéciaux des entreprises publiques type SNCF).qui pèsent fortement sur les comptes publiques.
    Je rappelle que les retraites du secteur privé restent dans la logique « contributive » de 1945, c’est à dire payées par l’entreprise et son salarié mais que l’ Etat a totalement pris la main sur la gestion de la retraite « sécurité sociale » au point d’en faire son outil de redistribution sociale par des mesures diverses permettant de s’attirer des sympathies électorales. Au final, du fait des compensations sur le plafonnement des retraites sur des revenus au dessus du plafond ,l’addition sur les comptes de l’ Etat est relativement contenue.
    Enfin les retraites complémentaires, non seulement ne bénéficient d’aucun subside de l’ Etat (on le voit par la quasi faillite des Caisses complémentaires et le gel des pensions depuis trois ans) mais au contraire, ont été ponctionnées par l’insuffisance des versements de la « soulte » lors de l’intégration il y a quelques années d’une partie des personnels venant précédemment de certaines entreprises publiques.
    Il convient donc de ne pas faire d’amalgame retraites publiques et retraites du secteur privé.
    En effet, l’Etat prend en charge tous les ans l’insuffisance des cotisations des- ses propres salariés pour servir les pensions de ses retraités dont le nombre s’accroit très fortement au cours des dernières années. Selon un récent article du Figaro cette charge aurait représenté près de 60 milliards d’euros hors régime spéciaux pour l’année 2014, sachant que l’augmentation d’année en année est particulièrement dynamique, ce qui amènerait pour cette année 2017, en fonction des attentes à près de 70 milliards. Cette somme équivaut à environ 95% de la totalité des impôts sur le revenu des personnes physiques en France !
    Voilà donc la précision que je voulais apporter à Madame Wapler en rappelant que les retraités du secteur privé qui représentent plus des deux tiers de tous les retraités français ne sont nullement à charge de l’Etat et ne sont donc en rien responsables de l’excédent des dépenses publiques, bien au contraire
    Bien à Vous

  6. En quoi est ce grossier le terme  »Mémé » ? Des millions et des millions d’enfants ont appelé et appellent encore leurs grand-mères : Mémé !

Laissez un commentaire