Quelle est notre mission ?

| |
leadimg

▪ Nous nous sommes posé une grave question, hier.

Quelle est notre mission au sein de La Chronique Agora ?

La réponse est simple. Nous essayons de relier les points. Nous essayons d’interpréter le monde de l’argent. Nous essayons de comprendre ce qui se passe.

Les lecteurs alertes auront reconnu qu’il y a là plus de points communs avec la philosophie qu’avec l’économie moderne.

C’est vrai.

La seule sorte d’économie qui vaille quoi que ce soit est philosophique, non mathématique ou scientifique. Elle est philosophique — comme l’histoire ou la littérature — dans le sens où elle tente simplement d’observer et de comprendre, non de manipuler les gens comme s’ils étaient des clous à 10 centimes pièce.

L’autre sorte d’"économie" — l’économie moderne, "scientifique" — est une fraude. Non seulement elle prétend comprendre les mécanismes économiques… mais être capable de les améliorer. Les économistes modernes s’y efforcent depuis près de 100 ans — planifiant, organisant, théorisant, contrôlant, ajustant, pontifiant, forçant, fixant les prix, contenant les taux d’intérêt et commettant d’autres actes de vandalisme économique. Durant cette période, personne n’a jamais pu constater la moindre once de succès confirmé.

Mais — en supposant que vous êtes toujours avec nous, bien entendu… pourquoi se donner la peine d’essayer de comprendre les choses ? Personne ne s’en soucie. Personne n’aime les philosophes. On a forcé Socrate à boire du poison. On a poussé Nietzsche à la folie. Wittgenstein a perdu la tête tout seul.

Les gens sensés n’ont aucun usage pour la philosophie et les philosophes. Ce qu’ils veulent, ce sont des hommes d’action. Larry Summers ! Ben Bernanke ! Alan Greenspan ! Oui… ils veulent des imbéciles qui ont une grande g***le… des gens qui "feront quelque chose", aussi idiot que ce soit.

Oups… Voilà que nous délirons comme un fou furieux.

Revenons-en à nos moutons. Où en étions-nous ? Ah oui… Notre mission : essayer de comprendre.

Mais pourquoi ? Bonne question, cher lecteur, vous êtes vraiment en pleine forme, aujourd’hui.

D’abord parce que nous voulons un avantage… Nous voulons comprendre des choses que les autres ne comprennent pas. Pourquoi ? Peut-être parce que ça nous donne un sentiment de supériorité. C’est le but de tous les hommes honnêtes… se sentir supérieurs à leurs concitoyens. Heureusement, il n’est guère d’y parvenir dans l’Amérique moderne.

Mais il y a une autre raison…

Plus on comprend ce qui se passe vraiment, meilleures sont nos décisions d’investissement de long terme. Ou pas. Certaines personnes pensent qu’il ne faudrait même pas essayer. Selon elles, on n’en sera jamais capable. On ne fait que se mentir à soi-même, en pensant savoir quelque chose qu’on ignore. Par ailleurs, les efforts consacrés à la tâche pourraient être mieux employés en recherches boursières.

Ces gens ont peut-être raison. Mais nous essayons de relier les points depuis longtemps. Nous n’allons pas arrêter maintenant. Ce qui ne signifie pas que nous les relions toujours de la bonne manière. Mais nous continuons malgré tout. Et nous espérons que vous ferez partie du voyage.

Author Image for Bill Bonner

Bill Bonner

Bill Bonner est le fondateur et président d'Agora Inc., une maison d'édition publiant des lettres d'information confidentielles – probablement l'une des plus brillantes au monde. Auteur de la lettre e-mail quotidienne The Daily Reckoning (450.000 lecteurs... ), il intervient également dans La Chronique Agora, directement inspirée du Daily Reckoning.

La passion de Bill Bonner pour la finance, les voyages et les grandes idées lui a permis d'engranger des succès incontestables pour son entreprise. Il a débuté en 1979, avec la publication des lettres d'information International Living et Hulbert's Financial Digest. Puis Agora Publishing a connu une croissance très importante, et s'est spécialisée dans la publication de lettres confidentielles sur la finance, la santé, le développement personnel et les voyages. Depuis le début des années 1990, Agora Publishing s'est encore développée. Le siège social est à Baltimore, mais aujourd'hui, Agora compte des bureaux à Paris, Londres, Waterford (Irlande), Melbourne, Johannesburg, Madrid et New-Delhi.

Agora compte aussi des maisons d'éditions se spécialisant dans la littérature classique et académique : Pickering & Chatto à Londres, et Les Belles Lettres à Paris.

Un commentaire
Laissez un commentaire »

  1. Athelstane Gebhardt sur 07 déc 2013 à 8:40

    Je vais vous aider car vous me faites de la peine.

    Bien que je sois né dans la religion catholique, j’en suis arrivé à la conclusion de simple bon sens que Jésus de Nazareth a été descendu de la croix pas complètement mort. Le christianisme est basé sur une colossale méprise.

    Pourtant, la seule réponse à votre question sur l’état du monde, qui tienne à peu près la route, est la suivante : nous sommes à la fin des temps (ce qui ne signifie pas la fin de l’humanité, mais plutôt la fin de notre civilisation occidentale judéo-chrétienne helléno-centrée.)

Laissez un commentaire

En soumettant votre commentaire, vous acceptez de respecter notre politique de commentaires.