3 453 jours de marchés haussiers

Rédigé le 22 août 2018 par | Indices, marches actions, strategies, Simone Wapler Imprimer

Le marché haussier démarré en mars 2009 est le plus long de l’histoire boursière. Gloire aux banquiers centraux et longue vie aux zombies !

Wall Street vit le plus long bull market de son histoire titre aujourd’hui Les Echos. Le S&P 500 a progressé de 322% depuis son point bas de mars 2009. Il a aligné 3 453 jours sans connaître de baisse de plus de 20%.

sp500

Qui l’eut cru en mars 2009 ? Certainement pas moi.

Lorsque la Fed a à nouveau baissé ses taux puis s’est lancée dans le quantitative easing, c’est-à-dire de la création monétaire pure à l’usage exclusif de l’industrie financière, j’ai eu la naïveté de penser que « le marché » ne mordrait pas à l’hameçon. Je me suis lourdement trompée.

Car même en mars 2009, le ratio cours sur bénéfice de l’indice S&P 500 était encore élevé par rapport au point bas atteint lors des krachs précédents, les mauvaises dettes n’avaient pas été purgées, les faillites n’avaient pas assaini le tissu économique.

Par conséquent, rajouter encore de la dette pour étendre les maturités des mauvais crédits existants et prétendre que les dettes seraient un jour honorées paraissait une politique hasardeuse.

Ce secret n’a JAMAIS fuité hors de Wall Street…

… Jusqu’à aujourd’hui

Il a rapporté des fortunes aux insiders de la finance – et aujourd’hui, vous pouvez en profiter à votre tour. Cliquez ici pour tout savoir.

A chaque fois que j’évoquais mes doutes auprès d’investisseurs professionnels je m’entendais répondre « qu’importe, il y a de l’argent ».

J’ai donc arrêté de poser ces questions il y a déjà des années puisque le bilan des banques centrales ne cessait de grossir et que les taux directeurs étaient nuls ou négatifs.

Dans ce dernier cas, cela signifie que les banques commerciales sont payées par les banques centrales pour prêter de l’argent qui n’existe pas. C’est pour cela qu' »il y a de l’argent » qui atterrit d’abord entre les mains des institutionnels.

Les investisseurs institutionnels n’investissent pas leur propre argent, ils investissent pour le compte de tiers et généralement de fonds de pension.

En cas de krach, ils ne perdent pas leur propre argent. Ils toucheront moins de commissions et se justifieront en disant qu’ils ont limité la casse dans des circonstances exceptionnelles. Comme dirait Nicholas Taleb (1), ils ne « jouent pas leur peau » contrairement aux investisseurs particuliers.

Qui sont les actionnaires de Tesla ?

Tesla, une entreprise zombie qui ne fait que des pertes, valorisée 55 milliards de dollars, affiche 28 milliards de dollars de passif. Tesla prétend devenir le champion de la voiture électrique autonome. Pourquoi Tesla – qui n’a jusqu’à présent pas réussi à s’imposer – réussirait-il mieux qu’un constructeur automobile classique qui maîtrise déjà les moteurs hybrides ? Mystère.

Qui sont les actionnaires de Tesla ? Des investisseurs particuliers, des petits porteurs qui aiment rêver que David le nain vert et écolo va terrasser les géants Goliath d’Amérique, d’Asie et d’Europe et sont prêts à lui fournir des pierres pour sa fronde ? Pas du tout.

Ce sont majoritairement des institutionnels qui achètent l’action du zombie Tesla.

Actionnariat institutionnel de Tesla

actionnariat

Source Nasdaq

Puisqu’il y a de l’argent, on peut nourrir n’importe quel zombie. Rien n’a vraiment d’importance. [NDLR : Si vous pensez le contraire et qu’il vaut mieux se montrer sélectif, voici comment vous pourriez engranger des plus-values en profitant de la grande collision technologique qui se produira cette année. Cliquez ici pour la découvrir.]

Oui, nous connaissons le plus long marché haussier de l’histoire boursière. Il me rappelle une vérité que j’avais oubliée : les arnaques monétaires durent toujours bien plus longtemps que ce qu’on pense.

John Law a lancé la première banque centrale en France en 1716, la première monnaie fiduciaire en 1717, a effectué les premières opérations de quantitative easing en rachetant la dette française sur les marchés, couvert ses montages complexes par la Compagnie d’Occident et finalement fait faillite en 1720.

« Si Law revenait parmi nous, 300 ans après son premier séjour terrestre, il aurait quelques motifs de satisfaction.

On retrouve en effet dans l’histoire économique et monétaire de l’après-guerre, en particulier depuis 1971, la plupart des ingrédients qui ont fait la réussite et l’échec de son système : la démonétisation de l’or, une bulle d’actifs entretenue par une politique de taux bas en totale déconnexion de l’économie réelle, des émissions d’actions et de billets qui, sans toujours atteindre la sophistications de nos produits dérivés, n’avaient de contrepartie que dans la titrisation de dettes anciennes et nouvelles »

Nicolas Buat, John Law, La dette ou comment s’en débarrasser

On a appelé à tort la crise de 1720 bulle du Mississipi. En réalité, il ne s’agit pas d’une bulle spéculative comme celle de la tulipe. Il s’agit d’abord d’un système monétaire vicié.

« Il y a de l’argent », mais ce n’est pas de l’argent sain.

(1) L’ouvrage Jouer sa peau explique ce concept en détails : il est disponible ici.

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Laissez un commentaire