Attention aux bonimenteurs de la Silicon Valley…

Rédigé le 6 octobre 2017 par | A la une, Banques Centrales, Desinformation Imprimer

A long terme, les règles du marché, comme la pesanteur, finissent toujours par s’appliquer. Pour les entreprises, c’est « marche ou crève », des bénéfices ou la mort.

A quoi bon se mettre à travailler…?

Pour faire une fortune de nos jours, le jeune sortant de son école devrait tout de suite se rendre au pays de la facilité… de la prospérité… de la richesse… un eldorado sur la côte des Etats-Unis du nom de San Francisco.

La ville et les alentours regorgent d’entrepreneurs, de créatifs et de génies à la poursuite de leur fortune. Les financiers de Wall Street, les familles de milliardaires et autres y ouvrent des bureaux pour profiter de la « création de valeur » sur place.

Investir son épargne dans des obligations ne rapporte rien de nos jours. Les bons du Trésor à 10 ans, ici en France, payent des taux de 0,7% environ (à date de début octobre 2017).

Pour obtenir un revenu de 1 000 euros par mois, avec un taux de 0,7%, vous avez besoin d’investir 1 714 290 euros.

Les taux d’intérêt n’ont presque jamais dans l’histoire connu des niveaux aussi faibles. L’épargne ne paye pas !

Taux longs

Sans capital ni diplôme, et avec simplement des idées et un minimum de capacité à parler le langage des start-ups et des financiers, le jeune cherchant à faire fortune peut co-créer un mastodonte valant 1 Md€ ou plus… même s’il ne génère aucun revenus.

Depuis le début de l’histoire humaine, les entreprises suivent la logique « marche ou crève. » Le marché — la capacité à tirer un profit d’une activité — sert d’arbitre pour l’existence d’une entreprise ou d’un commerce. La loi du marché, la nécessité de faire des bénéfices, explique pourquoi McDonald’s vend ses hamburgers à 10 € et non 10 centimes. Elle explique pourquoi les cinémas mettent plutôt à l’affiche des ‘blockbusters’ d’Hollywood en 3D que des vidéos de propagande de la Corée du Nord avec sous-titres en croate.

Bref, le marché — la nécessité de dégager des profits — décide en général de la survie d’une activité… ou non. Par contre, pour les rêveurs et génies de la Silicon Valley, les demandes de marché ont changé. Comme si la gravité avait disparu de ce lieu petit à petit, entraînant nombre de changements.

Sans les lois de la physique pour nous restreindre, les maisons flotteraient peut-être à trois mètres du sol ; au lieu de fondations en pierre ou en ciment, nous bâtirions peut-être sur du papier mâché.

Hélas, les lois de la nature ne le permettent pas. Une structure sans fondations finit toujours par s’affaisser. L’arbre sans racines meurt.

De même, la loi du marché — le besoin de générer des profits — n’a pas disparu. Elle est simplement aux abonnés absents. Tôt ou tard, elle reviendra se venger, remettant à plat nombre de « projets de génie » et de fantaisies aux alentours du Golden Gate Bridge.

Uber et Tesla jouent contre la montre…

Uber prévoit de faire son introduction en bourse d’ici 2019 ; ce sera alors le jackpot pour ses créateurs et financiers. D’autres comme Tesla parviennent à afficher des valorisations en bourse de milliards d’euros (49 Mds€ pour la compagnie d’Elon Musk), malgré un historique de pertes année après année. Snap Inc. a perdu 1,9 Md€ de janvier à mai 2017… mais vaut presque 15 Mds€ en bourse.

Netflix a perdu 1,4 Md€ en 2016. En avril 2017, la société a annoncé un objectif de pertes de 1,7 Md€ sur l’année : la capitalisation boursière atteint tout de même 66 Mds€.

Des exemples comme Google et Facebook montrent comment certains peuvent, même après des années de pertes, générer des profits de taille… et Amazon, après 20 ans d’existence, a enfin affiché un bénéfice ces années-ci. Néanmoins, l’action s’achète autour de 277 fois ses bénéfices annuels en 2017 (selon Nasdaq.com). Les investisseurs devront attendre près de trois siècles pour voir leur retour sur investissement. Personne ne compte attendre ce temps là, bien sûr, mais les investisseurs pensent voir le prix de l’action grimper encore plus et pouvoir s’en sortir avec des plus-values.

[NDLR : en ce moment, l’hystérie contamine les cybermonnaies, bitcoin et autres. Profitez de la folie de cette ruée vers l’or en spéculant sur les fournisseurs de pelles et pioches, la technologie blockchain. Découvrez ici les valeurs les plus prometteuses.]

En général, le prix des actions ne dépasse pas 20 fois leur bénéfice annuel; Amazon a donc du chemin à faire pour revenir à la normale.

Avec la disparition de la gravité sur le prix des actions, sur les rêves des financiers et des entrepreneurs, sans la présence du danger dans les marchés, une génération arrive à maturité et se dit : le chemin vers la fortune n’a pas de virage ni de mystère… en route vers la Californie…! Chacun connaît les problèmes de la France, la masse de paperasse, et la lourdeur des charges et des impôts.

En France, Blablacar, Criteo, et d’autres surfent sur cette vague

Les start-ups Criteo (un service de publicité en ligne), Blablacar (une appli de covoiturage), et Vente-privée.com (vente de biens en ligne) vaudraient plus d’un milliard d’euros.

Leetchi a vu le jour en 2009 — un service pour partager les paiements « en groupe, » comme les repas, les billets, ou les cadeaux d’anniversaire. Par la suite, en 2015, son créateur Céline Lazorthes l’a vendu à Crédit Mutuel Arkéa à une valorisation de 50 M€.

Macron a annoncé 10 Mds€ de financement pour les start-ups au salon Viva Tech en juin 2017. Il voudrait simplifier les règles et réduire les impôts…

Tôt ou tard, « marche ou crève » va faire son retour…

Sans revenus et sans profits, une entreprise ne peut pas durer.

Les factures, les salaires et les loyers demandent de l’argent.

En ce moment, la générosité du marché fait vivre nombre de projets, mais pour combien de temps ?

Un jour, les marchés vont se rendre à l’évidence : nombre des « génies » d’aujourd’hui ne valent rien en termes de création de valeur. Le marché congédiera alors nombre des « génies » d’aujourd’hui…

Les rêves et les idées ne remplacent pas le concret. Lorsque le compte en banque arrive à zéro, les lumières s’éteignent. Les règles du marché ont la persistance de la gravité. Elles finissent toujours pas s’appliquer.

Le nombre de start-ups s’accumule, les génies lèvent des millions d’euros pour poursuivre un projet. Les financiers les leur donnent en s’attendant à pouvoir, par la suite, sortir leurs fonds avec des gains.

A nombre de reprises, les gens ont cru voir les arbres grimper jusqu’au ciel… mais l’histoire nous apprend à garder un peu d’incrédulité.

Mots clé : - - -

Henry Bonner
Henry Bonner

Après un master de physique aux Etats-Unis, Henry Bonner a travaillé dans une entreprise spécialisée dans le financement de projets d’exploration minière, en Californie. Il a passé plusieurs années à étudier les comptes d’entreprises, des projets d’exploration, et à échanger avec des entrepreneurs du secteur des matières premières.

Laissez un commentaire