Les limites de « l’argent des autres »

Rédigé le 11 avril 2017 par | Dette, Simone Wapler Imprimer

Les étrangers sont à nouveau pris de doutes quant à la capacité de la France à financer ses folies et les taux sur la dette française remontent, s’émeut Les Echos du jour.

Récapitulons : l’Etat-providence français se finance surtout avec « l’argent des autres » et non avec les impôts, même si vous trouvez que vous en payez beaucoup.

L’argent des autres, c’est la dette de l’Etat français, ses obligations souveraines. Il a deux provenances :

Toutefois, nos étrangers doutent à nouveau. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont des programmes économiques très similaires qui visent à transformer la France en Venezuela (le pétrole en moins) et avec eux, le remboursement de la dette en euro n’aura pas lieu.

Mort de l’euro : le 7 mai 2017, ne votez pas…Avant d’avoir tous les faits !Cliquez ici pour retrouver une analyse inédite de Simone Wapler — et les placements qu’elle vous recommande pour adapter et protéger votre épargne.

Le sympathique Mélenchon prévoit de dépenser 273 Mds€ car, pour cette variété d’animal politique, plus on dépense d’argent public (l’argent des autres) plus les pauvres sont riches. Son modèle, c’est Hugo Chavez.

Du coup, les taux d’emprunt allemand et français sont repartis en grand écart. Là où on prête pour 0,211% sur 10 ans à l’Allemagne, on demande 0,929% à la France.

taux français

Bah, moins de 1%, ça vous paraît peut-être très raisonnable ; si, vous avez un crédit sur le dos, il vous coûte probablement beaucoup plus cher. Pour 1% d’intérêt, allons-y pour le « revenu universel » à crédit et autres joyeusetés…

En fait, en creusant les chiffres, c’est en réalité fou. La France est surendettée. Notre pitoyable croissance (et par conséquent nos nombreux chômeurs) vient du fait qu’au lieu d’investir, nous payons les intérêts d’un énorme fardeau de dette qui est devenu le deuxième poste de dépenses de l’Etat.

Si on nous demande 1%, puis 2%, puis X% d’intérêts, tout s’écroule car toutes les recettes fiscales de l’Etat y passeront. C’est comme si un ménage surendetté, dont les intérêts absorbaient plus de la moitié de ses revenus, voyait ses taux d’emprunt augmenter plus vite que ses revenus.

Les électeurs de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon s’imaginent que tout cela se résoudra puisque nous sortirons de l’euro et que la France leur distribuera de l’argent gratuit…

On change la monnaie, mais l’arnaque va rester la même (pour toutes les explications, c’est ici). Il faudra toujours « l’argent des autres » pour financer les folies de ces deux candidats.

Avec une petite différence toutefois : les « autres » étrangers ne paieront plus. Il ne restera que les « autres » nationaux pour assumer le tout. Nationalisation de l’épargne, tranches marginales à 100%… Vous constaterez vite que l’argent des autres, c’est en réalité le vôtre. N’oubliez pas : le signe sur la monnaie peut changer mais l’arnaque reste la même.

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Un commentaire pour “Les limites de « l’argent des autres »”

  1. Bonjour,

    Comme toujours, votre article est trés pertinent!

    Mais une question me taraude: tant que le taux d’intérêt à 10 ans de la France (0.93%) est inférieur au taux moyen de la dette française (4 ou 5% je crois), la France a tout à y gagner à emprunter pour renouveler son stock de dettes afin de baisser le coût moyen de celui-ci.
    Le seul risque n’est-il pas que juste que le niveau de dette croissant de la France (98%) ne fasse peur aux investisseurs ?
    Merci de votre réponse

Laissez un commentaire