Inauguration du Marigot Trump 

Rédigé le 20 janvier 2017 par | Banques Centrales, Deep State, Simone Wapler Imprimer

Je m’apprête à quitter la ville de « big government » avant la folie du jour J.

Le marigot de Washington grouille déjà de sécurité en cette veille d’inauguration. Les kiosques de l’aéroport de Dulles sont remplis de mugs, porte-clés, tee-shirts et autres gadgets commémoratifs.

Donald Trump va passer du statut de « président-élu » au statut de « président ».

Sera-t-il absorbé par le marigot, embourbé par le Deep Sate ? Va-t-il – au contraire – mener la politique dont il a esquissé les grandes lignes à coup de Tweets abondamment commentés ? En quoi cela va-t-il changer nos vies à nous autres Européens ?

Trump

Autrefois, l’argent limitait l’influence de la politique sur la vie économique. Mais aujourd’hui, il n’y a plus de limite puisque l’argent (le crédit) peut se produire en quantité infinie.

Le problème de l’argent bidon produit en quantité infinie est qu’il concurrence notre argent, celui qui nous a demandé un effort pour être gagné ou conservé. L’argent fabriqué par le système financier n’est pas de même nature que le nôtre  ; pourtant rien ne permet de les distinguer.

ERIC LEWIN

Cher Lecteur,

Ici Eric Lewin. Je vais vous montrer aujourd’hui comment, avec 200 euros, vous pourriez multiplier vos gains et gagner cinq fois plus en étant retraité qu’en restant en activité…

… Oui, 200 euros au départ suffisent.

Difficile à croire… je sais. Et pourtant, j’applique cette méthode depuis des années — et je peux témoigner qu’elle fonctionne.

Voici comment.

Lorsque la Fed achète des Bons du Trésor américain, elle donne de l’argent qui n’existait pas à celui qui détenait ce Bon du Trésor. Ensuite, l’Etat fédéral américain paye gentiment les intérêts qu’il doit à la Fed. Puis, en fin d’année, la Fed reverse diligemment les intérêts perçus à l’Etat fédéral. Il s’agit donc bien de pure création monétaire.

Donald Trump a besoin que la machine à créer de l’argent se remette à ronfler. Des murs, des ponts des routes pour desservir des usines prêtes à accueillir des robots pour produire local : tout cela coûte de l’argent… Or Janet Yellen, au lieu de vouloir appuyer sur le bouton print comme le voudrait Donald Trump, semble déterminer à ralentir la machine, comme si elle craignait un bourrage papier.

surplus

De son côté, par un processus assez similaire, Mario Draghi imprime en moyenne 60 milliards d’euros par mois. Il a « acheté » pour 1 326 milliards d’euros de dettes des gouvernements de l’Eurozone. Chacun de ces euros rentre en concurrence avec les vôtres.

L’économie et la politique sont intimement liées par cet « argent du système ». Des esprits superficiels nomment cette organisation « mondialisation », « libéralisme », « ultra-libéralisme », « capitalisme financier »,… Mais ces expressions sont futiles et inadaptées.

Il s’agit en réalité d’une escroquerie. Elle organise un gigantesque transfert, elle vampirise l’économie réelle au profit de la Parasitocratie, c’est-à-dire des représentants des pouvoirs politiques, monétaires et financiers qui permettent ces distorsions.

Imaginons que votre euro mensuel ne soit pas en concurrence avec les 60 milliards d’euros mensuels de Mario Draghi.

Si vous décidiez de l’épargner, il pourrait prétendre à un taux d’intérêt bien supérieur aux taux actuels. En effet, l’épargne étant bien plus rare, les investisseurs qui en recherchent seraient prêts à payer plus cher. Les 1 600 milliards d’euros placés en assurance-vie rapporte 2% par an alors que la moyenne historique des taux d’intérêt est de 5%. Chaque année, les détenteurs d’assurance-vie en France sont donc volés de 3% d’intérêt, soit 48 milliards d’euros. L’assurance-vie est directement détruite par les politiques et magouilles monétaires du système. C’est pourquoi nous recommandons une extrême prudence avec votre contrat d’assurance-vie et avons rédigé tout un dossier pour vous dire quoi faire et comment assurer au mieux votre contrat.

Si vous décidiez d’acheter un bien immobilier, une action, un terrain, là encore votre euro ne serait pas en concurrence avec les clones de Mario Draghi. Moins d’acheteurs seraient capables de s’aligner et donc le prix à payer serait moins élevé.

« La monnaie est devenue un instrument politique et non pas économique »a rappelé Bill Bonner à notre groupe de réflexion cette semaine. Quel que soit le bord des politiciens qui se présentent à vos suffrages, soyez certain qu’une chose les rassemble : ils veulent le contrôle de la monnaie et ils en veulent plus pour distribuer l’argent à leurs amis en priorité.

Je vois votre oeil s’illuminer de convoitise. Vous pensez qu’en votant pour X ou Y, vous deviendrez leur « ami » et que vous profiterez ainsi des cadeaux promis? C’est oublier qu’en politique, il n’y a pas d’échange gagnant-gagnant. Ce qu’on vous donne a été pris, de force, à un autre. La politique ne peut pas créer de richesse, contrairement aux échanges libres et volontaires.

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Laissez un commentaire