Un petit gouvernement selon Napoléon

Rédigé le 12 juillet 2018 par | Patrimoine, Simone Wapler Imprimer

Plutôt que de vouloir le bien des gens malgré eux et vouloir les taxer pour les corriger, un gouvernement idéal devrait leur faire confiance.

Ce qu’il y a de bien avec l’été, c’est que les journalistes sont en vacances. Du coup, il y a moins d’actualités, que ce soit de vraies informations, des fake news ou des statistiques bidons…

On peut donc lire et réfléchir avec des choses plus intéressantes.

Nous avons évoqué la folie collective par opposition au bon sens individuel avec l’aide de Nietzsche.

Ici à la Chronique, nous croyons à la suprématie du bon sens individuel sur les fumisteries collectivistes. Nous sommes optimistes : nous ne croyons pas que l’Homme soit systématiquement un loup pour l’Homme ou qu’il faille des lois pour le défendre contre lui-même.

Bill Bonner évoque dans sa chronique du jour la fabrication du citoyen modèle par le Deep State (l’équivalent américain de notre Parasitocratie).

Le bipède est toujours jugé rétif par les autorités qui veulent son bien et souhaitent le transformer.

Mais l’Homme est-il naturellement bon ou mauvais, fou ou rationnel ? S’il est rationnel et pas naturellement poussé au vice, pourquoi ne pas lui donner sa chance ?

URGENT

Chine/USA : Trump s’apprête à dégainer « l’arme nucléaire »

La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine est déclarée… et s’accélère : Trump pourrait sortir l’artillerie lourde dans les jours qui viennent – et VOUS pourriez faire partie des gagnants.

Un gain à trois, voire quatre chiffres est possible, en un seul trade.

Cliquez ici pour tout savoir.

Je suis tombée par hasard sur une réflexion de Napoléon dans quelques pages du Mémorial de Sainte-Hélène. Napoléon vit en exil dans cette île lointaine. Fidèle parmi les fidèles, Emmanuel de Las Cases a accompagné l’empereur déchu, partagé son isolement et noté les pensées de celui avec lequel il s’entretenait tous les jours.

« La perversité est toujours individuelle, presque jamais collective.

[…]

Un philosophe a prétendu que les hommes naissaient méchants : ce serait une grande affaire et fort oiseuse que d’aller rechercher s’il a dit vrai. Ce qu’il y a de certain, c’est que la masse de la société n’est point méchante ; car si la très grande majorité voulait être criminelle, et méconnaître les lois qu’est-ce qui aurait la force de l’arrêter ou de la contraindre.

[…]

Il n’y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir les retenir dans l’ignorance ; car plus ils sont éclairés plus y aura de gens convaincus de la nécessité des lois, du besoin de les défendre, et plus la société sera assise, heureuse, prospère.

[…]

Mon seul code, par sa simplicité, a fait plus de bien en France que la masse de toutes les lois qui m’ont précédé (1). »

Que penserait de nos jours Napoléon des milliers de pages des différents codes et réglementations incompréhensibles censées réglementer, redresser des comportements jugés déviants ?

De quel Droit, se réclament ces législateurs ?

En fait, tout prend un autre éclairage lorsqu’on sait que les comportements jugés déviants ou les inégalités estimées injustes ne sont pas punies autrement que par la taxe et l’impôt. L’Etat s’enrichit, les citoyens coupables ou non s’appauvrissent.

Bill Wirtz s’est intéressé à la taxe sur la « malbouffe » censée améliorer la « santé publique » et qui n’améliore que la trésorerie de l’Etat.

Récemment, Le Figaro se faisait l’écho des travaux de deux fiscalistes qui concluaient que les droits de succession, impôt très impopulaire, n’améliorent pas la mobilité sociale.

« Les choses qui paraissent évidentes ne sont pas toujours vraies et, dans le cas qui nous intéresse, les travaux de l’économiste britannique Gregory Clark présentés dans son livre The Son Also Rises nous donnent quelques raisons d’être sceptiques. En effet, dans ce livre qui a fait sensation lors de sa parution, Clark défend la thèse que partout dans le monde et à toutes les époques la mobilité sociale est très faible et qu’elle ne dépend quasiment pas de la nature des institutions politiques et sociales.

[…]

Clark a même montré que, en Angleterre, les descendants des conquérants normands étaient toujours surreprésentés à Oxford et Cambridge, près de 1 000 ans après la victoire de Guillaume le Conquérant à Hastings ! Le principal mérite de Clark est d’avoir élaboré une théorie qui explique cela de manière convaincante.

[…]

Il a également montré que la mobilité sociale n’était pas plus forte en Suède qu’aux Etats-Unis, en dépit des différences considérables entre les modèles sociaux de ces deux pays.

[…]

Clark montre que la mobilité sociale est exactement la même, c’est-à-dire remarquablement faible.

Si Clark a raison et que même des bouleversements politiques et sociaux aussi radicaux que la fin de la féodalité et la révolution industrielle en Angleterre n’ont eu pour ainsi dire aucun effet sur la mobilité sociale, il est peu probable que les droits de succession aient le moindre impact. »

[NDLR : Détournements d’héritage… abus de faiblesse… héritiers réservataires mécontents… non-respect des obligations contractuelles… primes exagérées… requalifications fiscales… actions en justice… contrats frauduleux… Vous avez prévu, avec votre assurance-vie, de laisser quelque chose à vos proches, de les protéger, mais les faux-pas peuvent vous coûter très cher. Notre fiscaliste vous révèle comment vous protéger et protéger vos proches dès maintenant. Cliquez ici pour en savoir plus.]

Il serait donc plus simple de vouloir tendre vers un petit gouvernement plutôt que de vouloir forger des citoyens modèles.

Un gouvernement modèle devrait se contenter de lois simples, applicables à tous, compréhensibles par tous et rester de taille modeste. Le problème de Napoléon ce fut l’Empire mais sa réussite, ce fut effectivement le Code civil.

(1) A l’appui de ces propos, Las Cases cite des statistiques comparées de condamnations à mort en Angleterre et en France entre 1801 et 1811. En 10 ans, les condamnations à mort par million d’habitants ont été divisées par 3 en France alors qu’elles ont été multipliées par 2 en Angleterre.

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Mots clé : -

Laissez un commentaire