Des frontières, des douanes et des taxes

Rédigé le 3 février 2018 par | Article Imprimer

Bill Bonner se moquait cette semaine de la nouvelle guerre de Washington contre les lave-linges.

« Une manoeuvre hardie de la part du président américain : imposer des taxes douanières et des frais d’importation sur les machines à laver, réfrigérateurs et panneaux solaires fabriqués à l’étranger.« 

Qui suscitait ce commentaire :

« La notion de Nation protectrice de ses ressortissants est centrale dès qu’on parle commerce ».

Oui, la Nation protectrice ou la Patrie…

Mais il y a un problème avec cette idée douillette.

Pour les libéraux, l’individu est central et non pas la nation, la société, un Etat et son gouvernement. Tout simplement parce que nation, société, Etat ne sont que la conséquence de la décision d’individus.

Dans la pétition des fabricants de chandelle, Frédéric Bastiat pourfend lui aussi le protectionnisme :

« Vous repoussez les théories abstraites ; l’abondance, le bon marché vous touchent peu. Vous vous préoccupez surtout du sort du producteur. Vous le voulez affranchir de la concurrence extérieure, en un mot, vous voulez réserver le marché national au travail national.

« Nous venons vous offrir une admirable occasion d’appliquer votre… comment dirons-nous ? votre théorie ? non, rien n’est plus trompeur que la théorie ; votre doctrine ? votre système ? votre principe ? mais vous n’aimez pas les doctrines, vous avez horreur des systèmes, et, quant aux principes, vous déclarez qu’il n’y en a pas en économie sociale ; nous dirons donc votre pratique, votre pratique sans théorie et sans principe.

« Nous subissons l’intolérable concurrence d’un rival étranger placé, à ce qu’il paraît, dans des conditions tellement supérieures aux nôtres, pour la production de la lumière, qu’il en inonde notre marché national à un prix fabuleusement réduit ; car, aussitôt qu’il se montre, notre vente cesse, tous les consommateurs s’adressent à lui, et une branche d’industrie française, dont les ramifications sont innombrables, est tout à coup frappée de la stagnation la plus complète. Ce rival, qui n’est autre que le soleil, nous fait une guerre si acharnée, que nous soupçonnons qu’il nous est suscité par la perfide Albion (bonne diplomatie par le temps qui court !), d’autant qu’il a pour cette île orgueilleuse des ménagements dont il se dispense envers nous.

« Nous demandons qu’il vous plaise de faire une loi qui ordonne la fermeture de toutes fenêtres, lucarnes, abat-jour, contre-vents, volets, rideaux, vasistas, oeils-de-boeuf, stores, en un mot, de toutes ouvertures, trous, fentes et fissures par lesquelles la lumière du soleil a coutume de pénétrer dans les maisons, au préjudice des belles industries dont nous nous flattons d’avoir doté le pays, qui ne saurait sans ingratitude nous abandonner aujourd’hui à une lutte si inégale.

Frédéric Bastiat, Journal des économistes, octobre 1845

L’individu doit rester central. C’est lui et lui seul qui paie au final les impôts, taxes, droits de douane.

Mais alors, me direz-vous, ô lecteur critique, « à quoi bon des frontières » ?

C’est très simple : les frontières permettent de mettre des systèmes politiques et juridiques en concurrence. Cela permet, par exemple de constater que l’organisation de la République Fédérale Allemande était supérieure à celle de la République Démocratique Allemande. Ou encore, qu’il vaut mieux vivre en Corée du Sud qu’en Corée du Nord.

Les individus, la concurrence : voici les deux principes permettant de raisonner sainement. Les lois doivent être faites pour tout le monde et non pour « protéger » tel ou tel groupe.

Quant à celui qui pense que l’homme est un loup pour l’homme et qu’il faut arracher les dents de tout le monde, je le renvoie aux Allemagne et aux Corée. Où les loups sont-ils les plus nombreux ?

Frédéric Bastiat est peut-être l’économiste français le plus connu à l’étranger après Thomas Piketty (hélas). L’un se préoccupait d’équité, l’autre se préoccupe d’égalité, ou plutôt d’inégalité.

Mais toutes les inégalités ne sont pas inéquitables et la seule garantie de l’équité est que les lois s’adressent à tous…

Cher lecteur, ne vous affolez pas, je ne vais pas vous infliger la lecture de la prose de Piketty.

En lieu et place, je vais vous proposer un extrait du dernier livre de Nassim Taleb qui parle, justement, de Piketty

Nassim Taleb

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

7 commentaires pour “Des frontières, des douanes et des taxes”

  1. Mme Wapler:
    Toujours pleine d’humour et je l’apprécie .
    Mais revenons au libéralisme. Qu’elle est la merveilleuse invention des Mondialistes ? Faire produire à bas prix, dans des pays à faible niveau de vie car sans protection sociale, pour revendre avec un confortable bénéfice dans des pays à forte protection sociale. Tout en imposant des accords commerciaux dont ils tirent bénéfice grâce au manque de scrupules de gouvernants Parasites.
    Est-ce produire de véritables richesses ?
    Ne voit-on pas que l’inéluctable conclusion sera de niveler les peuples du monde entier au plus bas niveau social possible, à la misère et à la révolte, puis à une guerre facile à fomenter, où les plus riches s’enrichirons davantage encore.
    Et c’est ce qui est en train de se produire, vos chiffres le prouvent. C’est l’appauvrissement général, sauf pour les 1%, y compris dans les pays qui s’en sortent plutôt bien (Allemagne …)
    Est-ce bien là le but du libéralisme ?
    Je vous cite: « Les individus, la concurrence : voici les deux principes permettant de raisonner sainement. Les lois doivent être faites pour tout le monde et non pour « protéger » tel ou tel groupe.
    Plus d’infos sur : http://la-chronique-agora.com/frontieres-douanes-taxes/
    Copyright © Publications Agora
    Et je vous approuve. A condition que les lois soient les mêmes pour tous les concurrents, y compris dans des pays concurrents par le commerce.

  2. suite: Vous l’avez deviné, je ne suis pas un économiste. Je me sers seulement de mon bon sens pour essayer comme vous de « joindre les points » et discerner au delà des bonnes paroles, les faits qu’on nous cache.
    Je compte sur vous pour me fournir en chiffres, tableaux et graphiques.
    Pour continuer dans l’humour, mettons qu’un jour, les mondialistes importeront en Chine du riz transgénique US et aux USA des armes chinoises. Ils seront prêts alors à faire cultiver des bananes par les esquimaux grâce à des prairies photovoltaïques. Pourvus que ça rapporte !

  3. Seduisant! mais NON …
    L’individu n’est pas forcement central mais l’organisation sociale a son importance et sa legitimité.
    L’individu n’est pas forcement déraciné , sans culture , sans histoire ni lien avec sa terre et adhere a une zone politique qu’il a contribué a batir… Les frontieres vous en avez certainement autour de votre propriete… et a votre habitat , pouvez vous faire sans?
    Enfin Le protectionnisme n’est qu’un outil et peut s’ajuster a certains domaine et pas a d’autre donc l’article de Bastiat est caricatural et utopique, Comment appliquer une logique finalement democratique de proximite ? afin de favoriser le local , le legitime , l’efficace (les liberaux ne calcul jamais les couts sociaux et ecologiques…) et l’economie reelle , pas celle sans frontieres fantasmée au nom d’un Ideal qui n’a jamais existé et qui n’existera qu’avec une dictature mondiale de la marchandise?
    Protectionnisme » veut dire strategie visant a se proteger , n’avez vous jamais besoin de protection?
    Que font nos concurrents? devons nous etre et rester des pigeons internationaux?

  4. Oui fermont les frontières et finissons en avec ces marchandises bon marché et cette main d’oeuvre qualifiée et ces milliers de robot qui met à mal nos ateliers, artisans et lavandières.
    Arrêtons de financer les pauvres du Sud de la France et les Corses.
    Arrêtons de partager nos richesses tirées de l’or blanc avec les bureaucrates de Bruxelles et Paris.
    A mort Peugeot, Renaud et cie, vive Lazareth !

    Rendons à la Savoie ses frontières

  5. FRANK , votre propos est incomprehensible , si cetait pour etre drole ca ne semble pas l’etre , ni intelligent puisque vos arguments ne sont pas intelligibles… etes vous pour ou contre le protectionnisme? meme « intelligent » car en effet il peut etre stupide et sterile mais en tt cas necessaire car tous les pays le pratique voir meme tout organisme vivant en fait …

  6. Domage que vous ne comprenez pas mon intervention, et personnellement je me trouve très drôle, tout comme je me trouve intelligente. J’en viendrais presque à regretter qu’il n’y ai pas une loi qui sacralise mes interventions, je lui donnerais le nom de loi pour lutter contre les fakesnews.

    Je n’ai rien contre le protectionnisme, mais je ne comprends pas son fonctionnement et son utilité.

    1/ quel périmètre géographique ?
    L’individu, le couple, la famille, le quartier, la commune, le département, la région, l’état, le continent, la communauté religieuse, la langue, la couleur
    2/ quel périmètre opérationnel ?
    Ce que je peux, pourrais ou devrais produire

    Cas pratique
    Votre voisin ne supportant pas de ne rien faire et pour se rendre semble-t-il populaire dans la rue, produit des courgettes en grande quantité et les donnes à l’ensemble du voisinage rendant inutile l’achat de ce légume à la supérette. La supérette arrête son approvisionnement au maraîcher mettant en péril son exploitation.
    Une rumeur circule que le maraîcher a couché avec la femme de votre voisin et que ce dernier déstabilise le marché de la courgette pour le faire disparaître.

    Est il nécessaire et si oui à quel moment la communauté doit-elle mettre en place un protectionnisme intelligent pour éviter la disparition du maraîcher ?

    Vous avez trop longtemps hésité et le maraîcher à fait faillite. Il a ouvert un foodtruc et profite du pouvoir d’achat qui a senciblement augmenté dans le quartier. En effet les habitants bénéficie d’une production abondante de courgettes sans dépenser un sou. Il utilise lui même ces courgettes dans la composition d’un certain nombre de ses plats.

    Toute bonne chose ayant une fin, le voisin généreux divorse et quitte la région.
    Un habitué du foodtruc, qui a réduit ses achats car une partie de son budget passe dans l’achat de courgettes qui ont cette année bien augmenté demande au restaurateur pourquoi il ne reprend pas la production.
    Le restaurateur décline l’idée préférant de loin travailler au chaud dans sa camionnette.

    A travers cet exemple imagé, j’ai essayé de partager avec vous ma vision simpliste de l’économie sans protectionnisme.
    Les prix montent, c’est la possibilité de produire le service.
    Les prix baissent, c’est la possibilité de se reconvertir en profitant de l’augmentation du pouvoir d’achat.

    Je n’aurais pas assez d’une vie de travail pour réaliser tous mes rêves.
    Merci à ces milliers de chinois qui produisent des vêtements bon marché et qui me fond économiser tant de temps.
    Merci à ces robots qui me permettent de laver mon linge sans passer 3h au lavoir.
    Merci à tous ceux qui me permettent de vivre en travaillant 10h par semaine.

  7. c’est interressant mais vous repondez a coté… tout ne se vaut pas sur un marché soi disant libre a la concurrence pur et parfaite tout comme les intentions des acteurs sur un marché…
    vous ne voyez pas les consequences sociales ni ecologiques : l’exemple chinois n’est que du gagne petit puisque le cout du chomage ici et environnemental la bas sont aussi reels et immesurables mais si cenait que ca…
    2/ justement vous ne dites pas que la chine et tous les pays qui cartonne et fonctionnent pratique justement le protectionnisme qui n’est en fait qu’un rapport de force et lexpression dune volonte politique ce que le « marché  » n’a pas…
    3/ j’ai parlé de « protectionnisme intelligent » et d’outil donc ca depend ce que vous en fait! ( exemples qui fonctionne comme l’australie la nouvelle zelande ect) mais au moins il y a une expression legitime et democratique qui peut defendre un minimum une volonté populaire locale par exemple le goupe de viszegrad contre l’ue actuellement.
    4/ faites vous semblant de balayer l’argument d’une frontiere protectrice autour de votre patrimoine , votre logelment? vos libertes individuelles? ou vous le faites expres…est ce l’innovation techno et le libre marché avec IA et smart phones and co qui protegeront votre liberté individuelle? ou votre volonté politique? Parlez vous toutes les langues du monde n’avez pas d’histoire pour ne pas comprendre l’interet de l’enracinement geographique et culturelle? …

Laissez un commentaire