Du nouveau sur le front des devises

Rédigé le 7 mars 2016 par | Article, Guerre des monnaies Imprimer

Chuck Butler

J’adore la façon dont les Chinois trouvent toujours à répondre aux étrangers qui disent des bonnes ou des mauvaises choses sur eux en faisant avec le renminbi le contraire de ce à quoi se seraient attendus les marchés. La semaine dernière n’a pas fait exception. L’agence de notation Moody’s a abaissé la perspective de la Chine de « stable » à « négative », citant des facteurs de risque comme la hausse de la dette publique et la diminution des réserves de change du pays. A cette nouvelle, les Chinois ont décidé de donner au renminbi une bonne appréciation !

Si vous êtes Français, ce message vous concerne

L’incroyable confession d’une spécialiste financière reconnue, auteur de 4 « best-sellers » économiques.

ATTENTION : ce qu’elle a à vous dire pourrait absolument tout changer pour votre épargne et votre mode de vie dès cette année.

Cliquez ici pour en savoir plus… et n’attendez pas pour agir.

Il y a un an, j’avais émis pour mes lecteurs américains une hypothèse — ou plutôt j’avais lancé une considération qui n’avait pas encore de déclinaison concrète. Il y a un an, j’avais dit que les spéculateurs mettaient une forte pression sur la couronne danoise pour casser son lien avec l’euro et selon moi cela suffirait pour que ce scénario ait lieu. Peu de temps après, la pression a reculé et on n’en parle plus aujourd’hui. Je m’en suis souvenu en lisant un article de Bloomberg, expliquant comment la banque centrale danoise pense avoir la capacité illimitée d’empêcher une autre attaque spéculative sur sa monnaie.

Si j’étais un trader sur les devises et que vous étiez une jeune femme… HA ! Non, en fait, si j’étais un trader sur les devises courageux, je considérerais ce commentaire de la banque centrale danoise comme un défi. Mais ce genre de traders sur les devises sont tous partis dans le soleil couchant. A présent, tout ce que nous avons c’est un tas de… Non, je ne veux pas m’engager sur ce terrain. Ce que nous avons aujourd’hui ce sont des gentils traders qui rentrent parfaitement dans le moule.

Ces derniers jours, l’une des devises les moins performantes est le yen japonais

Yen et réal affaiblis

Ces derniers jours, l’une des devises les moins performantes est le yen japonais. Il est temps que les traders reprennent leurs esprits et cessent avec toute cette bêtise à propos du yen qui aurait atteint « une juste valeur ». Il faudrait qu’ils arrêtent de fumer la moquette ! Alors que le yen abandonne une partie de ce que l’on appelle ses gains en tant que monnaie « refuge », les monnaies « à risque » (dollar australien, dollar néo-zélandais, dollar canadien, réal) sont en hausse. Cela signifie aussi que, pour l’instant, l’hémorragie des actions a cessé.

On parle à nouveau de possibilité de destitution au niveau de la présidence au Brésil et cela a aidé à renforcer l’appréciation du réal. La banque centrale brésilienne (BCB) n’a pas touché à ses taux mais le réal continue d’augmenter par rapport au dollar, et cela est fortement lié aux possibilités de destitution. L’actuelle présidente Rousseff a tout fait pour affaiblir le réal et si elle est destituée, ce sera une manne tombée du ciel pour le réal.

Le tout-puissant dollar est attaqué

L’or a cessé son mouvement oscillatoire quotidien depuis que les traders ont fini par comprendre le message. « Si vous voulez faire monter le prix de l’or, vous devez le faire par toutes petites hausses, sinon, nous le ferons tomber ». Ils ont donc fait grimper le prix de quelques dollars en quelques dollars ces derniers jours.

Cela nous amène à la Chine et à la Russie qui achètent tout l’or physique sur lequel ils peuvent mettre la main. Mes amis du GATA m’ont envoyé un article publié dans la Pravda et sur le site web du journal qui raconte comment, en janvier, la Russie a acheté 688 000 onces d’or. La Chine a acquis 520 000 onces (tous deux par le FMI). Enfin, l’article citait cette phrase du journal allemand Die Welt :

« C’est là une attaque larvée contre le tout-puissant dollar. Le président russe Poutine achète beaucoup d’or en essayant de ne pas trop attirer l’attention. Si les cercles politiques craignent une nouvelle guerre froide entre Moscou et l’Occident, cette guerre a déjà éclaté dans le secteur financier ».

Mots clé :

Laissez un commentaire