France Stratégie manie la faucille et le marteau

Rédigé le 18 octobre 2017 par | Liberalisme, Simone Wapler Imprimer

Le droit de propriété est ouvertement méprisé. L’intérêt général et l’utilité publique sont brandis comme prétextes mais la réalité sordide est le paiement des impôts.

France Stratégie a LA solution au problème de la dette française : nationaliser les terrains des propriétés privées.

L’idée peut sembler grotesque, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut l’écarter. Bien au contraire…

Après tout, nous sommes le pays où s’est imposée l’idée selon laquelle si tout le monde travaille moins, le pays sera plus prospère.

Nous sommes un pays où l’Etat contrôle 57% de l’économie mais où une majorité s’estime écrasée par un libéralisme sauvage et débridé.

Nous sommes le pays où une loi est récemment passée obligeant les annonceurs à indiquer si les photos commerciales qu’ils utilisaient étaient retouchées, ce qui montre l’estime du législateur dans le bon sens populaire.

— Exclusivité —

Bill Bonner et Jim Rickards réunis pour la première fois en France

Bill et Jim se rencontrent !

Faillite du système, taux négatifs, crise bancaire… Bill et Jim vous disent tout — y compris leurs stratégies et conseils pour protéger votre épargne.

Cliquez ici pour découvrir cet entretien unique.

Attention, révélations choquantes !

Donc nous sommes un pays où les idées les plus idiotes ont de l’avenir, surtout si elles luttent contre le libéralisme sauvage, débridé et inhumain qui nous opprime quotidiennement.

Vous ne pouvez donc pas mépriser l’idée de France Stratégie.

France Stratégie

Après moult baratin préliminaire pour chauffer le lecteur, la solution de France Stratégie figure en page 9, 1ère colonne :

« La soutenabilité d’une dette publique excessive pourrait être crédibilisée en rééquilibrant comptablement le bilan patrimonial de l’Etat, par la voie d’un transfert d’actifs depuis le bilan des agents économiques privés résidents, ce transfert étant assimilable à un impôt exceptionnel sur le capital.« 

Ce qui signifie : l’Etat va vous voler quelque chose pour faire croire à ses créanciers étrangers qu’il peut payer sa dette qui ne pose aucun problème.

« Concrètement, une façon de procéder consisterait en ce que l’Etat décrète qu’il devient copropriétaire de tous les terrains construits résidentiels, à hauteur d’une fraction fixée de leur valeur, et que ce nouveau droit de propriété est désormais incessible. En conséquence, l’Etat deviendrait créditeur d’une somme annuelle, correspondant à une part de la fraction de la rente immobilière associée à la copossession du terrain.« 

Ce qui veut dire : l’Etat va vous voler les terrains bâtis parce que comme ils sont bâtis, justement, il y a une rente qui y est attaché.

« Concrètement, cette rente immobilière elle-même équivaut à une partie du loyer qu’un propriétaire touche lorsqu’il loue son bien, celle qui relève de la rémunération du droit d’occupation du sol (actif non produit), l’autre partie correspondant au paiement par le locataire d’une consommation de service de logement, lié à l’occupation de la maison ou de l’appartement loué (actif produit). »

Enoncé plus rapidement : vous devenez locataire de l’Etat (qui ne nous veut que du bien et vous protège de l’ultra-néo-libéralisme sauvage et déchaîné qui vous opprime). Donc vous allez payer un loyer ou remonter une partie du loyer que vous touchez.

Notez l’emploi répété de « concrètement » : ce n’est pas un machin fumeux mais pratique dont on vous parle.

Voilà.

Maintenant, vous demandez-vous peut-être songeur, qui est France Stratégie ?

Un « laboratoire d’idées public », c’est-à-dire un fromage pour parasitocrates payés par vos impôts. En haut du site figure une petite Marianne bleu-blanc-rouge qui est la marque infaillible que c’est vous qui payez ces gens-là pour avoir leurs merveilleuses idées concrètes.

France Stratégie

« Héritière du Commissariat au Plan fondé en 1946, créée par décret le 22 avril 2013, modifié par décret le 24 mars 2017, France Stratégie participe et témoigne des évolutions et transformations de la société française depuis plus de 70 ans. », nous indique aussi le site.

Ce fromage emploie 180 personnes et est doté d’un budget de l’ordre de 15 M€, peut-on lire dans un document d’évaluation.

Et si on privatisait France Stratégie, histoire de commencer par la seule chose qui permettrait de réduire la dette publique : supprimer les dépenses stupides ?

Mais, pensez-vous peut-être, cette spoliation pourrait être retoquée par la Cour européenne des droits de l’Homme.

d

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Cette instance est au-dessus des droits nationaux et même du droit communautaire qui statue sur la conformité du droit à la « Convention européenne des droits de l’Homme ».

Les petites étoiles jaunes en haut à gauche signifient que cet organisme aussi fonctionne avec vos impôts (et ceux des autres Européens).

La lecture de l’article 1 du Protocole n°1 qui garantit le droit à la propriété en Europe est, hélas, décourageant, même si le début est prometteur :

« Toute personne physique ou morale a droit au respect de ses biens. Nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d’utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international.

Les dispositions précédentes ne portent pas atteinte au droit que possèdent les Etats de mettre en vigueur les lois qu’ils jugent nécessaires pour réglementer l’usage des biens conformément à l’intérêt général ou pour assurer le paiement des impôts ou d’autres contributions ou des amendes.« 

L’utilité publique, l’intérêt général, le paiement des impôts…

Votre droit de propriété commence là ou s’arrêtent les besoins de l’Etat.

Pas de chance, ses besoins sont immenses ! [NDLR : si cette lecture vous donne l’envie de partir en ermite au fond des bois, pourquoi ne pas envisager de devenir propriétaire forestier ? Découvrez ici les avantages de cette classe d’actif qui reste sagement à l’écart des folies des banques centrales.]

Mots clé : - - - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

9 commentaires pour “France Stratégie manie la faucille et le marteau”

  1. <<Et si on privatisait France Stratégie, histoire de commencer par la seule chose qui permettrait de réduire la dette publique : supprimer les dépenses stupides ?<< Je suis d'accord. Dommage, je n'ai pas d'influence dans la sphère qui gouverne. Article de bon sens. Merci.

    Plus d'infos sur : http://la-chronique-agora.com/france-strategie-propriete-liberalisme/
    Copyright © Publications Agora

  2. Mis dos au mur par une équation budgétaire insoluble, France Stratégie publie une étude iconoclaste et ironique.. et tous les commentateurs tombent dans le panneau ! La grossièreté de l’expropriation intégrale est tellement énorme que personne ne la perçoit.
    Par ailleurs, j’ai bien lu les réactions à mon premier commentaire sur la répartition des impôts et je persiste. Il suffirait de dévier quelques pourcents de mes cotisations sociales pour réduire le déficit budgétaire annuel à 0. Encore quelques pourcents, et la France commence à réduire sa dette. Je précise que ma consommation de prestations sociales, financées par les dites cotisations, est quasiment nulle, même à 5. Mais quand on commence à suggérer que les retraités nous coûtent vraisemblablement 800 Mds€ (hors loyers/rachats immo bullesque), c’est la levée de boucliers.
    La solution envisagée dans cette étude existe déjà: elle s’appelle ‘taxe foncière’. Certains ménages payent déjà plus de TH+TF que d’IR. D’autres pas encore…

  3. Pour faire accepter l’inacceptable, il suffit de faire émettre une idée par un groupe pseudo indépendant: think tank financé par des entreprises privées, comités stratégiques publics/privés financés par l’impôt.
    Cela évite aux pouvoirs économiques et politiques de se mettre en avant.

    A force de répéter et de promouvoir cette idée dans des media complices, elle devient au fil du temps plausible, puis envisageable, surtout si ses promoteurs sont assez malins pour trouver des boucs émissaires (en l’occurence les odieux propriétaires qui ne paient ni loyer, ni intérets d’emprunts).

    A terme, après avoir bien bourré le mou à la populace, l’idée de départ finira par trouver une application concrète (par exemple, par un surcroit d’impôt pour compenser l’avantage de ne pas payer de loyer)….

  4. Les assignats.

    En 1789, les finances Royales sont catastrophiques, avec une dette évaluée à plus de 5 milliards de livres et il faut de toute urgence trouver de l’argent. Le député Talleyrand propose l’idée de confisquer les biens du clergé ! C’est ainsi que le 2 novembre 1789, l’Assemblée nationale constituante décide que tous les biens du clergé seront mis à la disposition de la nation, ces biens seront dorénavant des biens nationaux destinés à être mis aux enchères pour remplir les caisses de l’Etat. La vente de tant de biens prend plus d’une année, c’est un délai beaucoup trop long pour remplir les caisses de l’Etat car elles sont vides et la faillite arrivera bien avant que tout ne soit vendu. C’est ainsi qu’il est décidé de créer l’ouverture de la caisse de l’extraordinaire ainsi que la fabrication de billets dont la valeur est assignée sur les biens du clergé : le 6 décembre 1790, l’ASSIGNAT est né.

    Le fonctionnement de l’assignat est simple, comme il est impossible de vendre tout de suite les biens du clergé, des billets seront émis et représenteront la valeur de ces biens. Toute personne qui désire acheter des biens nationaux doit le faire avec des assignats. Elle doit donc se les procurer auprès de l’Etat. C’est ainsi que la rentrée d’argent frais se fait. Une fois la vente effectuée, les assignats doivent être détruits par l’Etat, ainsi la rentrée d’argent est bien plus rapide que s’il fallait attendre que tous les biens soient véritablement vendus. Les premiers billets ont une valeur de 1000 livres, une grosse coupure qui n’est pas destinée à la population. La valeur totale de cette émission sera de 400 millions de livres. Le problème majeur de l’émission d’assignats, est qu’il ne faut pas qu’il y ait plus d’assignats en circulation que la valeur des biens nationaux.

  5. « l’Etat ne nous veut que du bien et vous protège de l’ultra-néo-libéralisme sauvage et déchaîné qui vous opprime »

    Je ne comprend pas, est-ce de l’ironie ? Pouvez-vous préciser votre pensée ?

  6. Bonjour,
    Vous avez écrit:
    « l’Etat… qui ne nous veut que du bien et vous protège de l’ultra-néo-libéralisme sauvage et déchaîné qui vous opprime »

    Pouvez-vous expliquer car je ne comprends pas cette assertion ?
    Pensez vous que l’état nous « protège de l’ultra-néo-libéralisme » ?

    Cordialement
    Eric Rouméas

  7. C’est clair on est dans une dictature communiste qui nous oblige de préciser quand on fait de la publicité mensongère ! c’est un scandale, une atteinte odieuse à la liberté d’entreprendre !
    Et le premier des « fromages parasitocrates payés par vos impôts » (j’optimise ma fiscalité sur certains îlots attractifs) n’est autre que Che Guemacron !
    Vivement qu’il n’y ait plus d’Etat ! tout ira tellement mieux

  8. Non Nico ce n’est pas une dictature communiste qui se met en place. C’est plus une démarche pétainiste: il s’agit surtout, pour le banquier Macron, de se servir de l’Etat Français (enlevé à l’issue d’une débâcle des dites « élites » françaises comme en 1939) , pour bien déformer la Nation française afin qu’elle puisse redevenir comme en 1940/44 la fille ainée de l’Allemagne (redevenue prussienne depuis sa réunification et donc, comme en 1939, l’exemple à suivre pour la nomenklatura française même si ce n’est que de psittacisme de crétins bureaucratiques ). D’où la recentralisation déjà engagée sous Hollande (personne, à part les élus locaux, n’a conscience des implications qui commencent à venir sur l’Impôt) afin de bien pouvoir tenir le pays couplée à la stigmatisation de la propriété privée immobilière propre à ces petits bourgeois de la classe moyenne certainement visés parce qu’ils sont aussi, malheureusement pour eux, les vecteurs de la Démocratie dont toute nomenklatura prise dans une situation incertaine ne peut que se méfier (voir la Russie de Poutine)…maintenant qu’ils se sont donné le droit de pouvoir venir perquisitionner chez tout un chacun au nom de la sécurité espérons qu’ils ne reconstitueront pas une Milice pour venir exproprier ceux qui paierons mal leurs impôts…

  9. « Et si on privatisait France Stratégie »:cela ne changerait rien.Tous les think tanks privés sont sponsorisés par de grosses boites qui se rattrapent financièrement avec le lobbyisme.Donc nous les finançons indirectement

Laissez un commentaire