Ce faux argument qui pèse contre l’or

Rédigé le 6 juillet 2016 par | Or & Matières Premières Imprimer

L’auteur du Nouveau plaidoyer pour l’or revient sur les trois principaux arguments contre l’or agités par les institutionnels et les économistes dits monétaristes. Aucun de ces arguments ne tient vraiment la route très longtemps.

Ces dernières semaines, l’or a connu une forte volatilité.

La Fed qui revient sur son calendrier de hausse des taux directeur

Le vote en faveur du Brexit…

Alors aujourd’hui, j’aimerais jeter un regard particulier sur l’or : ce qu’en disent ses détracteurs.

En partant d’un plus-bas d’environ 250 $ l’once, mi-1999, l’or a enregistré un rally de plus de 600% avant d’atteindre un plus-haut autour de 1 900 $ l’once en août 2011.

Malheureusement, ce rally est apparu de plus en plus instable en bout de course.

Gold or
Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Dès janvier 2011, l’or était aux environs des 1 400 $ l’once. Sur l’intégralité du rally, une hausse de près de 500 $ s’est produite sur les sept derniers mois. Ce type de progression hyperbolique n’est presque jamais tenable.

Sans surprise, l’or a nettement chuté de ce plus-haut, pour passer au-dessous des 1 100 $ en juillet 2015.

Il affiche toujours un gain d’environ 350% sur 15 ans. Mais l’or a cédé 45% ces quatre dernières années. Ceux qui ont investi pendant le rally de 2011 sont sous leur prix d’achat, et nombre d’entre eux ont renoncé à l’or, écoeurés. Pour ceux qui étudient le marché de l’or depuis longtemps, le sentiment n’a jamais été aussi négatif.

Pourtant, c’est bien en période de sentiment extrêmement baissier que l’on déniche les investissements les plus remarquables… si vous savez vers où, et quoi, regarder.

En ce qui concerne l’or, le vent a déjà tourné, en début d’année.

Aujourd’hui, je vous révèle les trois principaux arguments que les économistes conventionnels invoquent à l’encontre de l’or… et les raisons pour lesquelles ils se trompent totalement.

Il n’y a pas assez d’or pour soutenir le système monétaire

Vous avez peut-être déjà souvent entendu le premier argument. Les « experts » disent qu’il n’y a pas assez d’or pour soutenir le système financier mondial. L’or ne peut adosser la totalité de la monnaie-papier, des actifs et passifs du monde entier, ainsi que les bilans de toutes les banques et institutions financières sur Terre.

Ils disent qu’il n’y a pas assez d’or pour soutenir cette masse monétaire, que cette dernière est trop vaste. Cet argument est totalement absurde. C’est vrai, la quantité d’or est limitée. Le plus important, c’est qu’il y a toujours assez d’or pour soutenir le système financier. Mais il est également important d’en fixer le cours correctement.

Il est vrai qu’au cours actuel, soit environ 1 300 $ l’once, si vous deviez réduire la masse monétaire pour correspondre aux réserves d’onces d’or physique évaluées à 1 300 $ l’once, cela représenterait une forte réduction. En fait, cela provoquerait de la déflation.

Mais pour éviter cela, il suffirait d’augmenter le cours de l’or. Autrement dit, vous prenez la quantité d’or existante, vous fixez le cours à 10 000 $ l’once, et l’or suffit alors largement à soutenir la masse monétaire existante.

Autrement dit, une quantité donnée d’or peut toujours soutenir une masse monétaire donnée, si le cours est fixé correctement.

Si l’on peut débattre de ce que serait un cours de l’or approprié, on ne peut contester le fait qu’il y ait suffisamment d’or pour soutenir le système monétaire. J’ai fait ce calcul assez simple. Vraiment, il ne s’agit pas de mathématiques complexes.

Prenez simplement la masse monétaire mondiale, la quantité d’or présente dans le monde, divisez l’une par l’autre, et vous obtenez le cours de l’or.

Toutefois, il faut faire des suppositions. Voulez-vous que votre masse monétaire soit adossée à 100% à l’or, ou bien 40% vous suffisent-ils ? Ou encore 20% ? Voilà des questions légitimes, dont on peut volontiers débattre.

Je les ai toutes calculées.

J’ai supposé que la masse monétaire était adossée à l’or à 40%. Certains économistes disent qu’il faudrait que ce soit supérieur, mais je pense que 40%, c’est raisonnable. Cela donnerait un cours de 10 000 $ l’once. Autrement dit, la quantité d’or, si l’on évalue ce dernier à 10 000 $ l’once, rapportée à la masse monétaire serait de 40%. C’est un ratio monnaie/or considérable.

Mais si vous voulez que la masse monétaire soit adossée à 100% à l’or, alors le cours doit être fixé à 50 000 $ l’once. Je ne suis pas en train de prédire que le cours de l’or sera à 50 000 $. Mais mes prévisions tablent sur une once d’or à 10 000 $, soit une hausse considérable par rapport à ses niveaux actuels. Je le répète, il est important de se rendre compte qu’il y a toujours assez d’or pour satisfaire les besoins du système financier. Il faut simplement que son cours soit correct.

Quoi qu’il en soit, mes recherches m’ont conduit à la conclusion suivante : la prochaine crise financière provoquera l’effondrement du système monétaire international. En disant cela, je pense en particulier à une perte brutale de confiance vis-à-vis des monnaies-papiers du monde entier. Ce ne serait pas simplement la fin du dollar… ou de l’euro… ce serait une perte brutale de confiance envers toutes les monnaies-papiers.

Dans ce cas, les banques centrales du monde entier pourraient se tourner vers l’or afin de rétablir la confiance vis-à-vis du système monétaire international. Jamais une banque centrale ne souhaiterait revenir à un étalon-or de son propre gré.

Mais dans un scénario où la confiance aurait disparu, il est probable que les banques centrales soient obligées de revenir à un étalon-or.

Mots clé : -

Jim Rickards
Jim Rickards
Rédacteur en chef de Strategic Intelligence

James G. Rickards est le rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique, la toute nouvelle lettre d’information lancée par Agora Financial aux Etats-Unis. Avocat, économiste et banquier d’investissement avec 35 ans d’expérience sur les marchés financiers de Wall Street, Jim est également l’auteur de Currency Wars et de The Death of Money, deux ouvrages devenus best-sellers du New York Times. Enfin, Jim est également chef économiste pour le fonds d’investissement West Shore Group.

Il est également rédacteur en Chef de Trades Confidentiels et Alerte Guerre des Devises.

En savoir plus sur le service d’Intelligence Stratégique.

5 commentaires pour “Ce faux argument qui pèse contre l’or”

  1. monsieur, je pense que le début du krack aura lieu le 25.7. 2016. j’avais déjà pronostiquer cette date l’ann ee passée et je m’étais trompé en fait parce-que la 4eme lune rouge à eu lieu le 28.9.2015 et donc il fallait passer cette date. Mes calculs sont numérologiques. salustations.

  2. M. Rickards: Vos calculs sur les cours de l’or, en tant qu’étalon monétaire sont parfaitement exacts. Cependant le problème de l’instabilité monétaire ne vient pas du métal choisi, voire de la monnaie papier. Il vient du désir de s’enrichir de tout gouvernant, quel que soit le régime politique en vigueur. Et du manque de moyens de contrôle des peuples gouvernés.
    Tout gouvernant est tenté, souvent pour des motifs légitimes (lutter contre la pauvreté,relancer l’économie …) de tricher avec la monnaie. On peut même se demander si sous les motifs légitimes ne se cachent pas des motifs inavouables (enrichissement personnel ou soif de pouvoir).
    Si on part de la loi de J.B. Say selon lequel toute richesse dépend d’un certain niveau de production, on constate vite que ce niveau change constamment. Les conditions météo font fluctuer les récoltes, une innovation technique ou organisationnelle améliore les rendements (informatique, travail à la chaîne…), une découverte majeure bouleverse les habitudes (pensons au nouveau monde). Les conséquences en sont difficiles à prévoir. Il est donc tentant pour une personne dirigeante d’anticiper ces créations de richesses, POUR SON PROFIT personnel et/ou politique..
    Si ces anticipations sont correctes, l’économie ne s’en porte que mieux. Si elles sont erronées, cela crée un déséquilibre économique.
    Hors depuis 1971, pour des raisons politiques, nos dirigeants baignent dans une euphorie que seule leur sécurité politique justifie. 40 ans d’erreurs réitérées de gestion économique ont abouti à la situation actuelle: masse monétaire déconnectée de la vraie richesse.
    Ne serait-il pas possible d’évaluer périodiquement le niveau exact de la richesse d’un peuple ? Je sais que le PIB est censé le faire, mais il semble bien qu’il le fasse mal.

  3. Monsieur Rickards a fait une interview en anglais de 15min/20min dispo sur le net à ce sujet.

    je l’avais retranscrite à la main car elle était dense
    (aujourd’hui je peux dire que je comprends en tant que francais 98% de ce qu’il dit en anglais…lol, en effet J R par coquetterie n’hésite pas à balancer ses phrases très vite lol)
    je la relis souvent comme je relis souvent le graph du dow annoté de 1920 / 1929 / 1938

    D’ailleurs j’aurais voulu pouvoir lui dire que je pense à 99% qu’il confond en français « numerateur » et « denominateur »

    sinon c’était avant le brexit , depuis il y a eu le départ de la condition nécessaire cité dans l’interview:
    lack of confidence=>collapse

    ps
    gastirad39

    jamais je n’ai pu lire ailleurs que chez rickards des choses et des détails aussi intéressants sur keynes churchill m^me nixon 1971

    rickards a dit que circa 1971 nixon ne comptait absolument pas abolir l’etalon or: il comptait le suspendre temporairement.
    ce détail à son importance:
    puisque j’ai bcp étudié les financiers de cette époque avec mes moyens alors
    si vous leur décriviez le monde financier dans lequel on vit ils vous certifieraient que ce monde ne peut exister.
    Par exemple buffet n’aurait jamais pensé devenir l’homme le plus riche du monde.
    Pour aller plus loin , si vous décriviez à jean monnet l’europe de bruxelles (jean monnet est un peu le fondateur de bank of america c’est un financier …) alors je pense qu’il dirait que cela ne peut pas advenir, car c’est stupide.
    Cela me rappelle l’histoire de 14/18 pour laquelle bcp d’économistes pensaient que la guerre serait courte… à cause de l’argent.

  4. Bien sûr, l’or est inaltérable, brillant et lourd. Mais il n’est pas le seul métal à posséder ces propriété. Alors pourquoi l’or seulement ?
    Il y a le platine et d’autres métaux qui sont également stockables. Est-ce parce qu’ils ne brillent pas ?
    Et pourquoi, seulement du métal, dont l’inconvénient majeur est qu’il doit être acheter au prix du marché, aux mineurs qu’ils l’extraient et qu’ils l’affinent, sauf à leur confisquer pour raison d’état.
    Quelle logique interdit de considérer tout bien matériel, pour peu qu’il soit désiré et donc, négociable, comme un actif sur lequel une monnaie s’appuierait ?
    La valeur totale des actifs négociables en permanence sur la planète est le pendant de toute la monnaie existante.

  5. Bonjour,

    Avoir de l’or a du sens au niveau patrimonial et par rapport au contexte depuis la crise des subprimes. Honnêtement, je suis un défenseur de l’or. Néanmoins, il ne faut pas avoir un raisonnement binaire en ayant une exposition majoritaire en or car le pire ne sera pas éternel.

    Par ailleurs, comme alternative au métal jaune, il y a l’argent métal. D’une part, il est accessible au termes de prix à condition de ne pas trop attendre la hausse. D’autre part, sa rareté est plus criante. Enfin, l’argent a tendance à se noircir au contact de l’air si je ne me trompe pas.

    Pour plus d’information sur l’argent métal, voici le lien dont il faudra cliquer un autre indiqué en bleu : http://www.investir-en-actions.com/argent-metal-un-placement-avenir-a-saisir-sur-le-long-terme/

    Cordialement,

    Sovanna Sek, auteur du blog Investir En Actions.

Laissez un commentaire