L’euro poignardé par son père

Rédigé le 21 octobre 2016 par | Banques Centrales, Cash - Cashless, Simone Wapler Imprimer

Un des pères fondateurs de l’euro, Otmar Issing, économiste allemand réputé, estime que la monnaie unique est condamnée. Dans une interview donnée au magazine Central Banking, il prévoit que l’euro va s’effondrer comme un château de cartes.

Les difficultés de Deutsche Bank ravivent les tensions en Zone euro. Le répit de la banque allemande n’est que provisoire. Des investisseurs qataris, réunis autour du cheikh Hamad ben Jassiom al-Thani, ont indiqué qu’ils pourraient porter leur participation à 25% contre 10% actuellement. Deutsche Bank espère par ailleurs pouvoir réduire le montant de son amende américaine de 14 milliards de dollars et se passer d’une augmentation de capital.

Mais…

Derrière Deutsche Bank, il y a Commerzbank qui n’est guère en forme. Une partie des banques européennes est plombée par les activités de marché et produits dérivés. Une autre partie est plombée par les prêts non performants. Malgré les protestations véhémentes des intéressées, toutes les banques européennes sont sous-capitalisées par rapport à leurs homologues anglo-saxonnes.

En 1948, ils ont divisé votre monnaie par deux… En 1957, ils ont récidivé — et l’ont divisée par 10… En 2002, ils ont fait disparaître vos francs…

En 2016… ils viennent prendre votre cash !

Et si vous avez un compte en banque — que ce soit à la Société Générale, à la BNP, au Crédit Lyonnais ou même à la Banque Postale, il n’y a aucune issue…

ou presque : cliquez ici pour en savoir plus.

Mon collègue britannique Tim Price est très pessimiste sur les banques italiennes. Il fait remarquer que les prêts non performants des banques britanniques se montent à moins de 1,5% du montant de leurs portefeuilles, tandis que c’est 18% pour les banques italiennes !

les prêts non performants des banques britanniques se montent à moins de 1,5% du montant de leurs portefeuilles, tandis que c'est 18% pour les banques italiennes

Et lorsque la croissance n’est pas au rendez-vous, les emprunteurs défaillants se multiplient. La hausse des taux longs devient mortelle pour tous ceux qui sont en quête de refinancement.

Les marchés financiers se sont attaqués aux banques maillons faibles de l’euro — mais bientôt ce sera l’euro lui-même qui se retrouvera en première ligne. L’euro n’a plus aucun garde-fou. Le pacte de stabilité a été jeté aux orties, et la volonté politique a disparu. La politique monétaire de Mario Draghi protège le marché des obligations souveraines, permettant ainsi aux gouvernements dispendieux d’emprunter toujours plus pour pas cher.

« L’idée d’instaurer un mécanisme de contrôle de la politique fiscale des Etats membres au travers du pacte de croissance et de stabilité a plus ou moins échoué. La discipline du marché est détruite par les interventions de la BCE. Donc il n’y a plus de contrôle des déficits ni par la politique, ni par les marchés. Tous les éléments sont en place pour arriver au désastre de l’union monétaire. »

La disparition de la monnaie unique provoquerait des pertes très importantes dans les établissements bancaires qui sont incapables de les supporter.

Le désastre arrivera-t-il par une banque et un besoin de sauvetage national ou par la volonté d’un pays de retourner à la « souveraineté monétaire », c’est à dire aux déficits financés par la planche à billets nationale et au protectionnisme ?

C’est un peu comme si on vous posait la question de savoir si vous préféreriez le garrot ou la guillotine. Dans les deux cas, il est important de prendre dès à présent vos dispositions pour ne pas vous faire prendre dans la débâcle de l’euro.

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’oeil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

2 commentaires pour “L’euro poignardé par son père”

  1. « En 1948, ils ont divisé votre monnaie par deux » le lien pub

    pas en allemagne occidentale.
    Je souligne par forfanterie ce point car je pense que la reforme monetaire en allemagne d’apres guerre va etre reetudiée sous tous ses angles.
    Professeur Rickards doit l’avoir étudiée…

  2. oui l’€uro a piégé ses pairs et ses mères. La monnaie unique s’est faite multiple. Ce fut l’opération des pains démultipliés.
    La prochaine fois, avant de vouloir faire une monnaie unique, faites d’abord un ensemble unique (mêmes valeurs partout, sociales, économiques, philosophiques, religieuses, politiques,….)
    Je doute fort qu’il y ait une prochaine fois avant longtemps, très longtemps….

    http://wp.me/p4Im0Q-1l8

Laissez un commentaire