Après l’octobre noir…

Rédigé le 2 novembre 2018 par | Dette, Indices, marches actions, strategies, Simone Wapler Imprimer

Les marchés actions font la une des medias mais les choses sérieuses se passent sur le marché obligataire qui va continuer à broyer du noir.

Les Echos du jour reviennent sur l’octobre noir des marchés actions.

Octobre 2018 pourrait bien dater la fin du plus long marché haussier de l’histoire boursière. Avec une chute de 6,64%, le S&P 500 a réalisé son pire mois depuis 7 ans. Le Nasdaq a, lui, lâché 9,20%, son plus fort repli mensuel depuis novembre 2008. Les Bourses européennes ont été entraînées dans la chute. Le CAC 40 a perdu 7,28%, sa plus mauvaise performance depuis août 2015.

Le quotidien publie un graphique montrant toutefois que la « fin du plus long marché haussier de l’histoire boursière » n’est pas jusqu’à présent une mort violente. D’autres chutes furent nettement plus sévères comme celle d’octobre 1987.

 

graphe - Les Echos - indice S&P 500

 

En revanche, la somme volatilisée est énorme : 8 000 milliards de dollars selon Bloomberg. Bien que, comme le dit l’adage, « qui n’a pas vendu, n’a pas perdu ». Tout au moins, pas encore perdu…

+450% !

Notre spécialiste Ray Blanco a dénoué une magnifique plus-value cette semaine – alors même que les marchés sont en pleine déconfiture.

Son portefeuille compte encore des gains latents de l’ordre de +69%, +59% ou +90% : n’attendez pas pour profiter de ses recommandations à votre tour…

Il suffit de cliquer ici.

 

Mais, comme vous le savez, les choses sérieuses ne se passent pas sur les marchés actions. Elles se passent sur les marchés obligataires et sur le front de la monnaie et les causes de ces mouvements sont politiques.

Si les actions américaines baissent, c’est parce que la politique monétaire américaine se normalise. Autrement dit, les taux montent et la Fed n’achète plus d’obligations de l’Etat américain.

Bill Bonner vous explique que la moitié de la dette mondiale, à savoir environ 130 000 milliards de dollars, va se trouver en défaut, ne sera pas remboursée.

Les Etats-Unis veulent emprunter plus pour dépenser plus alors que les taux d’intérêt montent.

L’Italie veut emprunter plus alors que le pays est en panne de croissance. Malgré la politique de la Banque centrale européenne, les taux d’emprunt de l’Etat italien sont sous pression.

Les Echos, sur ce sujet :

« La croissance est l’un des facteurs de risque les plus importants pour le pays, car elle peut compromettre la trajectoire de dette rapportée au PIB dans les prochaines années et, in fine, pousser les investisseurs à demander une rémunération plus élevée pour acheter des obligations italiennes », explique Nomura. Les chiffres dévoilés le 30 octobre ont conforté ces craintes : après plus de trois ans de croissance, le PIB italien est resté stable au troisième trimestre.

L’Italie peut faire basculer l’ensemble du marché obligataire de la Zone euro et l’euro lui-même. Les élections européennes de mai seront cruciales.

Enfin, tout le monde oublie pour le moment les camarades capitalistes chinois. Les statistiques économiques chinoises relèvent des fake news. Le PIB chinois incorpore des villes fantômes sans habitant. Le bilan des banques chinoises pèse le triple du PIB chinois[1]. Une somme faramineuse pour un système bancaire totalement opaque à la comptabilité fantaisiste. Environ 7 000 milliards de dollars des emprunts les plus risqués sont en Chine alors que le PIB de la Chine est de 9 000 milliards de dollars. Depuis le sommet de début 2018, les actions chinoises ont perdu 37%.

Si vous avez des liquidités à placer, attendez. Maintenant n’est certainement pas un bon moment pour faire vos acquisitions.

Si vous êtes déjà investi en actions, il est temps de vous alléger – si vous ne l’avez pas déjà fait- en profitant des rebonds.

Diversifiez vos liquidités hors euro avec de la livre, du franc suisse,…

Et n’oubliez pas l’assurance anti krach obligataire : un peu d’or.

130 000 milliards de dollars de surendettement vont partir en fumée, cela va faire des dégâts.

[NDLR : C’est le Deep State, les banquiers centraux, qui prétendent contrôler le marché de l’argent et de la dette et qui nous acheminent vers une débâcle sans précédent… mais vous pourriez en profiter, grâce à un initié du système : pour recevoir ses conseils, cliquez ici.]

[1] Pour mémoire, au moment de la crise de la dette en euro de 2012, le bilan des banques européennes pesait 2,75 fois le PIB de l’Union européenne.

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Mots clé : - - -

Un commentaire pour “Après l’octobre noir…”

  1. “Far more money has been lost by investors preparing for corrections, or trying to anticipate corrections, than has been lost in corrections themselves.” Peter Lynch

     » The key to making money in stocks is not to get scared out of them.  » Peter Lynch

     » If you’re in the market, you have to know there’s going to be declines. And they’re going to cap and every couple of years you’re going to get a 10 percent correction. When they’re gonna start, no one knows. If you’re not ready for that, you shouldn’t be in the stock market. Do you have the stomach for these kinds of declines? And what’s your timing like? Is your horizon one year? Is your horizon ten years or 20 years? What the market’s going to do in one or two years, you don’t know. Time is on your side in the stock market.  » Peter Lynch

Laissez un commentaire