EasyJet, symbole du Brexit et des difficultés à venir

Rédigé le 29 juin 2016 par | Liberalisme Imprimer

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, je vais m’éloigner de la fiscalité pour parler d’un titre — et d’un secteur que je connais assez bien pour y avoir fait de longues études avant de me diriger vers le notariat : le transport aérien.

EasyJet, tout un symbole du Brexit

easyJet (comme Ryannair mais qui est irlandais) bénéficie du mouvement de libéralisation totale du ciel européen initié dès le milieu des années 1990 et qui s’est achevé par le 3e paquet de 1996.

Que dit ce texte européen ?

En substance, il prévoit simplement que les accords bilatéraux entre États qui fixent les quotas de sièges, les droits de trafic et libertés dans le cadre de la Convention de Chicago, ne s’appliquent pas au sein de l’UE.

Dès lors, les droits de trafic et tout ce qui va avec, sont libres dans l’UE. Toute compagnie anglaise ou allemande peut transporter qui elle veut où elle veut dans l’Union comme s’il s’agissait de son pays d’origine.

Parmi les droits libérés, il y a ce que l’on appelle la 5e liberté de l’air qui prévoit que dans un accord bilatéral, comme il y avait dans l’Union Européenne en 1996, une compagnie aérienne peut faire du cabotage : c’est-à-dire qu’une compagnie A d’un pays A peut aller dans le pays B et offrir des routes internes au pays B… et concurrencer les compagnies locales nationales.

 

— ALERTE BREXIT — Que faire de vos investissements maintenant ?

Votre épargne bancaire est-elle en sécurité ? Qu’en est-il du secteur de l’assurance-vie, en première ligne en cas de secousse européenne ? Votre contrat est-il bien protégé ?

Toutes les réponses — et une stratégie à appliquer sans attendre — en cliquant ici.

Or la libéralisation de 1996 (3e paquet) n’impose plus aucune restriction en termes de 5ème liberté notamment. De la sorte, easyJet a pu offrir des liaisons internes à la France par exemple en faisant du Paris-Toulouse, du Paris-Nice et écrémer ainsi les meilleures lignes (les plus rentables) d’Air France. easyJet a fait de même en Allemagne, Italie. Etc…

La Grande-Bretagne ne pourra plus profiter des textes européens et devra renégocier, un à un, des traités avec les pays de l’UE

Que va-t-il se passer désormais pour EasyJet ?

Son business model s’appuie donc essentiellement la suppression de toute restriction et surtout de la 5ème liberté.

Que va-t-il se passer désormais ? La Grande-Bretagne ne pourra plus profiter des textes européens, et devra renégocier un à un des traités avec les pays de l’Union dans le cadre très balisé de la Convention de Chicago.

Vu les dégâts qu’easyJet a fait dans les marchés continentaux de l’UE (chute de la part de marché intérieur d’Air France, Alitalia, Lufthansa, Ibéria, TAP, etc.), il y a fort à parier que les accords futurs avec la Grande-Bretagne hors de l’UE n’incluront pas de droits de 5e liberté au profit de la Grande Bretagne. L’occasion sera trop belle pour les politiques de débarrasser les compagnies historiques de leur plus terrible concurrent !

Au surplus, easyJet a une flotte neuve, renouvelée récemment. La vie commerciale d’un avion est d’environ 30 ans dans les pays du Nord. De tels investissements sont à amortir…

Je pronostique qu’easyJet voit son avenir s’assombrir à moyen terme et doive réduire fortement sa voilure. Un sort plus funeste est aussi dans le champ des possibles, tout dépend du point-mort opérationnel de la compagnie, une donnée en général confidentielle…

 

EASYJET

Quoiqu’il en soit, si vous avez des actions EasyJet… vendez-les !

Mots clé : -

Fabrice Coletto
Fabrice Coletto

6 commentaires pour “EasyJet, symbole du Brexit et des difficultés à venir”

  1. Easy Jet représente à mes yeux tout ce que je déteste dans les multinationales: Concurrence déloyale, suppression d’emplois stables pour favoriser les emplois précaires, dumping salarial, irrespect des employés et des clients devenus « vaches à lait », « optimisation fiscale » pour ne pas parler d’évasion fiscale, aucune création de richesse sauf pour une poignée de directeurs, absence d’innovation utile, abus de la technologie pour des innovations techniques futiles, surconsommation boostée, gaspillage, pollution.
    Easyjet fait partie de ces multinationales qui décrivent la précarité comme suite dans la nov’ langue: « Masses aliénées, anomiques, anxieuses et en colère » pour cacher la situation qu’ils créent en mettant au chômage des millions de gens qui tombent en précarité.

  2. Petit détail qui a son importance et que votre rédacteur à oublié de prendre en compte et de mentionner, le marché du transport aérien Européen est accessible aux pays membres de l’association Européenne de Libre Échange (https://fr.wikipedia.org/wiki/Association_europ%C3%A9enne_de_libre-%C3%A9change)
    Donc pas besoin de faire partie de l’Europe, exemple les cies Norvégiennes et Suisses exploitent des lignes au sein de l’Europe alors que la Norvège et la Suisse ne font pas partie de l’union européenne !

  3. Easy Jet à peut être mangé son pain blanc et ses concurrents européens ne lui feront pas de cadeau. Ce sera un retour de bâton pour cette compagnie qui utilise toutes les ficelles du libéralisme et dans le même temps rançonne les régions qui doivent lui distribuer des subventions publiques pour garder ses faveurs dans l’ouverture de désertes aériennes et également mène la vie dure à ses employés, mais je ne suis pas d’accord avec le côté « vache à lait » de sa clientèle qui avant son succès était traie bien plus sévèrement par les compagnie nationale en situation de monopole. La déréglementation à quand même rendue le transport aérien beaucoup plus abordable ce qui n’est pas non plus tres écologiquement responsable !

  4. N’empêche que EasyJet est toujours à l’heure et jamais en grève !

  5. Totalement d’accord avec Jean-François et qui plus est, le fait d’écarter easy jet va permettre à ses salopards d’Air France d’augmenter les tarifs. Maintenant toutes celles et ceux qui critiquent Easy jet sont certainement les premiers à utiliser cette compagnie et ça c’est bien Français. N’est ce pas Mesdames et Messieurs les « biens-pensants » et donneurs de leçons.

  6. POurquoi easyjet ne deviendrait pas irlandaise ? plus de problème européen et délocaliser un siège social ne prend pas beaucoup de temps.

Laissez un commentaire