Merci Mario !

Rédigé le 9 mars 2018 par | Banques Centrales, Liberalisme Imprimer

Mario Draghi a parlé, Donald Trump aussi… et c’est ainsi qu’on fait grimper les marchés, de nos jours.

Quelques notes à la volée pour aujourd’hui, cher lecteur, votre correspondante ayant une matinée… compliquée.

Pas aussi compliquée que celle de Donald Trump, toutefois. Quasiment en même temps qu’il prenait rendez-vous – une date historique – avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, le président américain a rendu définitivement officielle son intention d’appliquer des taxes douanières de 25% sur l’acier et 10% sur l’aluminium.

Un bol d’air pour l’industrie américaine ? Nous en doutons fort, à la Chronique, comme nous vous le disons depuis quelques jours.

A présent, un cabinet de consultants en commerce international, Trade Partnership, vient ajouter quelques chiffres à nos explications. Voici ce qu’en dit le site ABC News :

« [Trade Partnership] a publié lundi un rapport estimant que les taxes douanières proposées – 25% sur les importations d’acier et 10% sur l’aluminium – mèneraient à une perte nette de près de 146 000 emplois, en tenant compte d’une augmentation de 33 000 emplois dans les secteurs de l’acier et de l’aluminium. Ils ont utilisé le même modèle, pour parvenir à ces estimations, que celui utilisé par le département du Commerce pour justifier les taux de ces taxes ».

Quand on vous disait que ce n’était pas une bonne idée…

L’avancée technologique la plus importante  de ces 58 dernières années

Ce n’est PAS le bitcoin…

… Mais sans elle, aucune cryptomonnaie ne pourrait exister.

Ses applications sont infinies – tout comme les possibilités de profits :

Ces 3 valeurs à elles seules pourraient vous rapporter jusqu’à +7 520% de plus-values.

Pour tout savoir, cliquez ici – mais n’attendez pas pour agir : cette technologie est à un tournant de son évolution… et devrait connaître une envolée spectaculaire en 2018.

Quoi qu’il en soit, les marchés se sont repris, depuis la chute qui a suivi l’annonce de Trump. Ils ont été bien aidés par Mario Draghi, président de la BCE, qui a prononcé hier une petite phrase reprise et épluchée par tous les analystes, suite à la réunion de mars de la Banque centrale européenne :

« Il n’y a pas eu de discussion sur une autre modification de la politique monétaire ».

Vous pensez que c’est franchement peu à se mettre sous la dent, cher lecteur ? Je vous comprends – mais ni vous ni moi ne sommes des institutions financières dépendant au dernier degré de la dette et de l’argent facile.

Ce que l’industrie financière retient de cette petite phrase, donc, c’est que si la BCE semble bien avoir « lâché » son biais extrêmement accommodant, elle n’envisage toutefois aucune accélération ou durcissement de son resserrement.

Il n’en fallait pas plus pour que les marchés respirent plus aisément : certes, le programme de désintoxication à la dette n’est pas annulé… mais ils ne devront pas renoncer à leur dose plus rapidement que prévu.

C’est ainsi qu’on fait grimper les marchés, de nos jours : non pas avec une économie solide ou à des entreprises en croissance… mais par la grâce d’une parole banale de fonctionnaire surpayé.

Mots clé : -

Françoise Garteiser
Françoise Garteiser
Directrice de la rédaction pour La Chronique Agora

Françoise Garteiser est Directrice de la rédaction pour La Chronique Agora. Elle se charge de la diffusion de cette lettre d’information contrarienne et politiquement incorrecte. Du choix des textes au respect de la ligne éditoriale – en passant par la traduction des notes provenant de nos partenaires à l’étranger et des interventions ponctuelles au sein de la lettre quotidienne, elle s’assure qu’aucun grain de sable ne vient empêcher le bon fonctionnement des rouages de La Chronique Agora. Vous pouvez également retrouver Françoise Garteiser toutes les semaines dans La Chronique du week-end, billet d’humeur envoyé le samedi.

2 commentaires pour “Merci Mario !”

  1. « la grâce d’une parole banale de fonctionnaire surpayé ». En fait, Draghi n’a touché que 396900€ bruts en 2017, équivalent à un directeur anonyme dans une grande entreprise privée. C’est une goutte d’eau dans l’océan de liquidités qu’il a déversé sur le marché. Ou alors avez-vous enfin pu recueillir des informations sur ses comptes numérotés ? Même avec 1% de commission, 6 fois moins qu’un agent immobilier de province, il doit bien lui rester 20Mds €.

  2. Je pense que vous confondez les « marchés » avec les interventions(achats) des banques centrales

Laissez un commentaire