1 660 Mds€ pour la bande à Draghi et 35 Mds€ d’impôts en plus pour vous

Rédigé le 12 avril 2017 par | Banques Centrales, Simone Wapler Imprimer

Depuis 2011, la « bande à Draghi » s’est mis 1 660 Mds€ dans les poches. Aujourd’hui encore, c’est 80 Mds€ par mois qui sont généreusement distribués par la Banque centrale européenne et permettent des délits d’initiés, c’est-à-dire des achats d’obligations de grandes entreprises européennes en placement privés.

Et pour nous ? Rien. Pas une miette…

Pour nous, seulement un racket fiscal de 35 Mds€ d’impôts en plus.

Votre Livret A vous rapporte 0,75% par an alors que l’inflation est de 1,1%. Le rendement de l’assurance-vie baisse et sera en 2017 inférieur à 1,8%. Acquérir un toit coûte de plus en plus cher, les jeunes générations ne peuvent pas se loger. Les loyers de cet appartement que vous donnez en location couvrent à peine les charges et les impôts. Les pensions de retraite restent bloquées depuis 2016. Nos dépenses contraintes – EDF, gaz, téléphonie, assurances, charges de copropriété… – n’arrêtent pas d’augmenter. La « Sécu » rembourse de moins en moins de choses. Les mutuelles coûtent de plus en cher. Nous passons de plus en plus de temps à nous plier à des règlements, lois contraintes, démarches administratives stériles, des demandes absurdes…

Nos impôts s’envolent.

« La France reste championne de la fiscalité pesant sur les ménages, selon l’OCDE », titrent Les Echos.

charges Cliquez sur le graphique pour l’agrandir

Nos impôts s’envolent, mais où vont donc les milliers de milliards de la Banque centrale européenne ?

Des profits à trois chiffres grâce à ce secteur surprenant ! Cliquez ici pour découvrir une industrie en plein envol… et qui pourrait rapporter des plus-values sans précédent aux investisseurs qui sauront se positionner à temps.Pour en faire partie, c’est par ici.

Politiciens, doctes économistes payés par les banques, les politiciens ou l’Etat, et grands medias subventionnés par les contribuables nous expliquent que c’est pour la croissance et la stabilité du système financier.

C’est faux.

Il s’agit simplement de prolonger un schéma qui enrichit la Parasitocratie — et qui repose d’abord sur un système bancaire frauduleux et protège les emprunteurs insolvables.

On vous fait croire que vos dépôts en banques, devenus aussi les dépôts d’un emprunteur, sont toujours à vous. Mais vos 100 €, par le miracle d’une licence bancaire, deviennent aussi les 100 € d’un heureux emprunteur. Ainsi 200 € sont immédiatement « disponibles » (au 2 € de « réserves obligataires » près). Evidemment, si tout le monde veut son argent, l’escroquerie est découverte. C’est pour cela qu’il faut sauver les banques ! Pas vos dépôts mais bien les banques et surtout les gros emprunteurs. Car ces derniers ont emprunté pour dépenser, ils ont vraiment besoin de cet argent. Il faut donc faire croire que ces emprunteurs sont solvables et paieront un jour. Sinon, vous vous méfieriez, vous voudriez reprendre vos 100 € et ne plus les laisser traîner en banque…

Mais ce n’est pas tout. Au coeur de ce système se trouve aussi une autre fraude dont on parle encore moins. Ces gros emprunteurs, ce sont les gouvernements. De déficit en déficit, malgré son record du monde de la fiscalité, l’Etat français est devenu insolvable. Dès que les taux vont remonter, cela deviendra criant.

Les élections se suivent, les présidents changent, l’arnaque reste la même.

Que se produira-t-il ? La Banque centrale européenne imprimera peut-être encore plus, mais vous aurez encore plus d’impôts et zéro rendement sur votre épargne.

Ou bien les Français voteront pour la poursuite de l’arnaque de l’euro en monnaie locale. Vous aurez encore plus d’impôts et votre épargne sera nationalisée.

Il n’y aurait donc pas de bonnes solutions ?

Si, mais à titre individuel. La solution n’est pas dans l’Etat ou un « homme providentiel ». La solution est de ne surtout pas compter là-dessus. Essayez de vous « débancariser » au maximum, d’avoir les placements les plus individualisés possibles. Oubliez le retour sur capital, pensez à préserver votre capital. La quête du rendement devra attendre que la situation soit vraiment assainie.

Mots clé : -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

Laissez un commentaire