Le dollar n’est pas de l’argent réel… L’Amérique n’est pas une vraie république

Rédigé le 16 mars 2017 par | Bill Bonner, Deep State Imprimer

Le Deep State regroupe des membres du gouvernement, des financiers et des industriels. Il contrôle ce qui est important avec de l’argent falsifié.

Pendant vingt ans, nous avons roulé… exploré… fait des découvertes…

Nous avons commencé en supposant que nous ne « savions » rien… alors nous avons gardé les yeux bien ouverts.

Aujourd’hui, nous en savons encore moins.

Mais nous avons couvert énormément de terrain. Alors faisons une petite pause pour voir faire le point…

Les lecteurs qui viennent de rejoindre La Chronique doivent savoir où nous en sommes. Cela les aidera à comprendre ce qu’ils liront demain et à l’avenir.

Le monde de l’argent n’est pas ce qu’il est censé être

Nous explorons une région sauvage, inconnue de la plupart des humains : un monde de l’argent qui est très différent de ce qu’il est censé être. Dans la presse, dernièrement, on évoque de « fausses informations ». Eh bien, devinez quoi ? Le système monétaire est falsifié, lui aussi.

Si vous investissez… ou si vous vous apprêtez à prendre votre retraite… ou que vous vous intéressez simplement à la façon dont fonctionne le monde, écoutez bien.

Car il ne fonctionne pas de la manière dont le racontent les livres d’éducation civique… les ouvrages de vulgarisation consacrés à l’économie… ou la presse grand public. Il s’agit de quelque chose de bien plus complexe, corrompu et dangereux.

La domination des « renards » de Pareto

Commençons avec le gouvernement, qui contrôle – directement ou indirectement – environ la moitié de l’économie américaine. Au départ, il ne devait pas être aussi vaste, puissant et intrusif. Mais voilà, il n’a plus grand-chose à avoir avec le modèle décrit dans la Constitution.

Les élections ont bien moins d’importance que vous ne le pensez.

Comme l’explique Vilfredo Pareto, l’éminent économiste italien, peu importe le nom que vous donnez à votre gouvernement car, au fil du temps, de rusés initiés et arrivistes en prennent le contrôle : il les appelle les « renards ».

Il y a toujours des gens malins, capables de manipuler, contrôler et corrompre le gouvernement, et d’utiliser le pouvoir de police (les gouvernements revendiquent le monopole de l’usage de la violence) pour obtenir ce qu’ils veulent.

Que veulent ces renards ?

De l’argent. Du pouvoir. Un statut. Les choses habituelles.

Cela n’a rien de fourbe, de sinistre, ou de surprenant. Et il n’est pas nécessaire de croire à des complots pour le comprendre.

La subversion se déroule au grand jour. Mais elle est tellement différente de ce que à quoi nous nous attendons, que nous ne la voyons même pas.

C’est vraiment très simple : vous passez votre temps à gagner de l’argent. Les renards passent leur temps à imaginer une façon de vous le prendre : par la fiscalité, la législation, la réglementation, ou un ingénieux système fondé sur de l’argent bidon.

Le Deep State décide seul de ce qui est vraiment important

Le concept de Deep State a d’abord été appliqué à des pays tels que la Turquie et l’Egypte. Ce sont des endroits où les initiés de l’armée, de la police et de la sécurité ont recours à la force, vous obligent à faire ce que l’on vous dit. Les élections ont modifié les partis au pouvoir ainsi que leurs dirigeants. Mais le véritable pouvoir était ailleurs.

Certains auteurs tels que Mike Lofgren ont rendu ce terme populaire, aux Etats-Unis. Mais Logfren a une vision bien plus vaste du Deep State. Voici ce qu’il écrit :

Le Deep State… c’est l’histoire de notre époque. C’est ce fil rouge qui parcourt la Guerre contre le terrorisme et une politique étrangère militarisée, la financiarisation et la désindustrialisation de l’économie, et une structure sociale qui a produit la répartition des revenus la plus inégale [jamais constatée] en pratiquement un siècle.

Lofgren a été membre du personnel du Congrès, et titulaire d’une habilitation « top secret » pendant des dizaines d’années. Il a remarqué que les affaires suivaient leur cours quel que soit le parti qui remportait la Maison Blanche.

Progressivement, il a découvert que le spectacle public que l’on voit à la télévision, et que nous appelons « la politique », n’est qu’une modeste partie du système au gouvernement.

Les décisions importantes sont prises par les « renards » : des bureaucrates, des lobbyistes, ceux qui contribuent au financement des campagnes électorales et des entreprises fondées sur la connivence.

Ce n’est pas un hasard, par exemple, si pas un seul membre du Congrès n’a pris la peine de lire la loi relative à l’Obamacare : un programme de grande envergure qui a touché pratiquement tout le monde et transformé un septième du PIB du pays.

[NDLR : Une autre loi vient de changer et a touché le secteur pharmaceutique. Il s’agit de la légalisation de la culture du cannabis à des fins médicales. Découvrez ici quelles sont les petites entreprises de ce nouveau secteur promises à une croissance exponentielle.]

Ils savaient qu’ils ne pouvaient rien y faire.

Une association hybride de membres du gouvernement, des financiers et des industriels

Le Deep State est vaste… diffus… et adaptable. Lofgren dit qu’il s’agit d’une « association hybride » d’éléments clés du gouvernement et de certaines strates supérieures de la finance et de l’industrie.

Il est respectable, voire prestigieux, compte des professeurs d’université et des analystes membres de think-tanks, ainsi que des lobbyistes et des prestataires privés. Peu importe le passeport que vous détenez, pour quel parti vous votez, ou ce que vous pensez.

On y trouve des adeptes du social-libéralisme et des conservateurs. Des républicains et des démocrates. Des platoniciens et des aristotéliciens.

En interne, ces différents intérêts rivalisent autour de l’argent et du pouvoir.

Les « conservateurs », par exemple, veulent détourner encore plus votre argent vers les secteurs de la défense et de la sécurité. Les adeptes du « social-libéralisme » veulent favoriser leurs compères des secteurs sociaux.

Et même à l’intérieur des secteurs, il existe une concurrence. La Marine veut davantage de navires. L’Armée de l’air veut davantage d’avions. L’Armée de terre veut davantage de chars.

Comment se gagnent ces luttes, qui décide des gagnants et des perdants, c’est ce que nous verrons demain.

Mots clé : - -

Bill Bonner
Bill Bonner
Fondateur de AGORA

Né en 1948, Bill Bonner est le fondateur d’AGORA, le plus large réseau d’entreprises indépendantes de presse spécialisée au monde.

En 1978, depuis sa ville natale, Baltimore (Maryland, Etats-Unis), Bill Bonner a voulu développer un « marché » (« Agora » en grec) des idées. Pas de l’information homogénéisée telle que les médias grand public relayent sur nos écrans et journaux, mais une source d’idées diverses avec des opinions et des avis originaux, alternatifs et surtout utiles. Bill a à cœur d’aider les lecteurs à mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, et à agir en conséquence. Que ce soit en matière de géopolitique, de macro-économie ou tout simplement dans le domaine de l’épargne, Bill incite ses lecteurs à cultiver un esprit vif et anticonformiste.

« Parfois nous avons raison, parfois nous avons tort, mais nous sommes toujours dans le questionnement », telle est la devise de Bill.

Bill a également co-écrit des livres qui ont tous figuré dans la liste des best-sellers du New York Times et du Wall Street Journal : L’inéluctable faillite de l’économie américaine (2004), L’Empire des dettes. À l’aube d’une crise économique épique (2006) et Le Nouvel Empire des dettes. Grandeur et décadence d’une bulle financière épique (2010).

Dans son dernier livre, Hormegeddon, quand trop de bien nuit (2015), paru aux Belles Lettres (www.lesbelleslettres.com), Bill décrit ce qu’il advient lorsque l’on abuse d’une bonne chose dans les sphères de la politique, de l’économie et des affaires. En bref, trop de bien conduit au désastre.

Vous pouvez retrouver les notes de Bill au quotidien dans La Chronique Agora.

4 commentaires pour “Le dollar n’est pas de l’argent réel… L’Amérique n’est pas une vraie république”

  1. Impressionnant de sagesse et de lucidite

  2. eyes wide open

  3. A ma connaissance,vous êtes le seul site éditorial qui démasque aussi lucidement et intelligemment le gouvernement de l’ombre directement responsable de l’infinie misère humaine.
    J’espère simplement que ce Deep State finira par se prendre les pieds dans le tapis car il ne doit pas rester impuni.Que le destin des temps,le battement de coeur des temps lui décroche un uppercut qui le laisse K.O pour toujours.Ce sera bien sur difficile car l’illusion organisée et érigée comme modèle présenté fallacieusement comme convenable est indéfectible à elle-même.Peut-être le salut viendra t-il des peuples lorsque leur regard aura été complètement désillé et « qu’ils se lèveront tôt pour aller à la rencontre du soleil levant ».
    Puisse se réaliser ce dicton du gnostique Mani au IVième siècle de notre ére: »quand les racines de l’arbre sont visibles (ce que vous avez fait en les montrant) cet arbre doit mourir ».

  4. Bonjour à tous,

    Je suis lecteur assidu de ces chroniques et partage bien évidemment l’enthousiasme affiché par les rédacteurs de ces commentaires. Celui de M.Asselin résonne particulièrement pour moi: vous êtes un chercheur, fort probablement un gnostique et je partage avec vous cet espoir que notre réveil personnel fasse basculer ce monde malade (rien de nouveau sous le soleil) vers un nouveau paradigme…
    En unité; salut à tous

Laissez un commentaire