Disruptif, le mot clé de cette bulle de tout

Rédigé le 25 octobre 2017 par | A la une, Krach boursier imminent, Simone Wapler Imprimer

Les valorisations ne sont plus faites par les profits. L’important est d’être « disruptif », et non pas de gagner de l’argent puisque celui-ci est gratuit et en quantité illimitée.

Le bureau Agora parisien est situé dans le quartier de l’Opéra.

De multiples pâtés de maisons sont investis par les grandes banques.

A l’heure du déjeuner, une foule d’employés se déverse sur les trottoirs.

« C’était du temps où le bitcoin valait 0,015 ; tu te souviens ?« 

La Russie la déteste… et l’Arabie Saoudite plus encore

Découvrez la substance mystérieuse qui fait trembler les puissances pétrolières mondiales — et pourrait vous rapporter des gains spectaculaires : il suffit de mettre cette valeur en portefeuille.

Cliquez ici pour en savoir plus.

Nous nous croisions, je n’entendis donc pas le reste de la conversation entre ces deux jeunes hommes travaillant probablement pour une banque.

Dans ce quartier des grands boulevards, les rues regorgent d’offres de restauration : bistros traditionnels, sandwicheries, salades-bar, boulangeries avec rayons traiteurs, sushis japonais, restauration coréenne, vietnamienne, chinoise…

Pas un seul de ces établissements n’accepte de bitcoin.

Quelle est cette monnaie qui ne permet d’acheter que des choses virtuelles ? Doit-on lui accorder tellement d’importance ? Est-ce simplement une monnaie surréaliste dans un monde d’économie irréelle ?

Un monde où :

Dans ces conditions, qu’une monnaie virtuelle avec laquelle on ne peut rien acheter de concret puisse valoir cinq onces d’or qui s’échangent sur tous les continents contre quelque chose, n’est finalement pas choquant.

Combien de temps ce monde surréaliste peut-il encore faire illusion ? Nous n’en avons aucune idée. Nous avons vu hier un gérant obligataire penser qu’il y en avait encore pour cinq ou six ans.

David Einhorn, président de Greenlight Capital (7 Mds$ sous gestion), développe une idée intéressante dans sa dernière lettre à ses clients :

« Ce n’est pas parce qu’Amazon peut déstabiliser les bénéfices de certains qu’Amazon peut capter un flux de ces mêmes profits. Pour le moment, le marché n’est pas d’accord. Peut-être que simplement être ‘perturbateur’ (disruptif) lui paraît suffisant.

[…] Durant sa conférence de présentation des résultats du deuxième trimestre, le directeur général de Netflix a indiqué : ‘dans un certain sens, une trésorerie nette négative indique que Netflix est capable de modifier l’économie des monologues comiques en faveur des comédiens’.

[…] Etant donné la performance de certaines actions, nous nous demandons si le marché n’a pas adopté un autre modèle d’évaluation pour calculer la valeur d’une action. La valeur n’aurait plus rien à voir avec les bénéfices actuels ou futurs mais dériverait de la faculté d’une entreprise d’être ‘perturbatrice’, de provoquer des changements sociaux, ou de faire avancer de nouvelles technologies, même si ce faisant elle dégagera des pertes dans le présent et le futur. »

Einhorn a raison. J’ai traduit « disruptive » par « perturbateur », mais « disruptif » est un mot qui revient de plus en plus fréquemment dans les médias.

Evolution depuis 2004 de la fréquence de recherche du mot "disruptif" dans Google

Disruptif était auparavant en français un mot technique pour désigner une décharge électrique produisant une étincelle. Cet engouement des medias pour ce néologisme (lorsqu’il est appliqué à tout et n’importe quoi) est un signe. Un signe de bulle. Ce mot magique justifie désormais les valorisations les plus folles.

Cher lecteur, nous sommes à la croisée des chemins.

Ou vous continuez à investir dans cette économie irréelle dans laquelle le profit n’est plus une mesure du succès. Pourquoi pas étant donné que l’argent n’y coûte rien, qu’il est gratuit et en quantité illimitée. Dans un sens, cette économie irréelle a sa logique.

Ou vous trouvez prudent de ne pas mettre votre épargne au service de ces mirages car vous pensez qu’un jour l’économie réelle prendra le dessus. Vous préférez mettre votre épargne gagnée à la sueur de votre front au service de la sueur de l’économie réelle. Dans l’économie réelle l’argent gagné a le pouvoir d’acheter de vraies choses. Le profit est la mesure du succès, les rendements ne peuvent pas être négatifs et la banque centrale ne vous finance pas vos emprunts.

Cette économie est aujourd’hui en manque d’argent car elle n’a pas accès à la fausse monnaie des banques centrales et aux taux zéro. Ce sont les multinationales cotées et les banques qui profitent des rachats obligataires des banques centrales mais pas les petites entreprises.

De multiples entrepreneurs qui opèrent sur des marchés concurrentiels et non subventionnés ont des idées, des clients qui payent pour leurs produits et services qu’ils ont librement choisis parmi d’autres. Ils engrangent des bénéfices et ils cherchent des capitaux pour se développer, avoir plus de clients, plus de bénéfices et donc plus de dividendes ou de vraie plus-value pour vous. Vous pouvez acheter une part de telles entreprises pour cinq fois ses bénéfices réels d’aujourd’hui et l’aider à grandir.

Comment financer cette économie là, comment choisir de telles entreprises ? Rendez-vous ici.

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

3 commentaires pour “Disruptif, le mot clé de cette bulle de tout”

  1. J’ai lu votre publicité sous-jacente. Déjà, en tant qu’associé, je ne verrais pas l’intérêt d’ouvrir le capital à des inconnus, et encore moins des particuliers dégarnis, alors que j’aurais besoin de stabilité (problème de la clause de solidarité du pacte d’actionnaires). Et en tant qu’acheteur potentiel de votre lettre d’investissement, je me poserais des questions sur sa pérennité alors que vos capitaux propres sont négatifs depuis 2004 (comment est-ce possible ?).
    Mais chacun est libre de ses choix financiers.
    Dans un prochain article, il faudra développer l’histoire de la réduction d’IR de 18KE.

  2. Dépenser ses bitcoins

    https://bitcoin.fr/depenser-ses-bitcoins/

  3. @david je permets depuis 2013 à des inconnus de financer mon développement, j’ai commencé par emprunter à 26.8% (2%/mois), puis 21.6% (5%/trimestre), pour passer à 20%, 12% et maintenant 8%.

    Nous venons de dépasser les 700’000€ de CA par mois, en progression de 2%/mois, croissance que nous devons limiter pour ne pas manquer de trésorerie.

    J’ai versé 40000€ d’intérêts en 2016, c’est le prix de mon indépendance et le seul moyen que j’ai trouvé pour continuer à développer mon activité.

Laissez un commentaire