Vive la désindustrialisation !

Rédigé le 23 novembre 2016 par | Libéralisme Imprimer

La désindustrialisation est un mythe. En revanche, la disparition des emplois liés à ce secteur est – comme pour l’agriculture en son temps – une réalité. La richesse d’un pays ne se mesure pas à sa population ouvrière mais à la capacité de ses habitants à découvrir de nouvelles opportunités.

Le spectre de la désindustrialisation hante les pensées des élites du monde occidental qui redoutent le déclassement au profit des pays émergents. C’est notamment dans ce contexte que Donald Trump a été élu. Le nouveau chef de l’administration américaine accuse la concurrence internationale d’avoir détruit les emplois manufacturés et les usines jadis implantées sur le sol américain. Il a promis de réagir en érigeant davantage de barrières contre la Chine et le Mexique, alors que ces pays comptent parmi les principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis.

L’Europe connaît des discours similaires. L’idée que la désindustrialisation constitue un danger semble largement partagée au-delà des clivages partisans et des cercles politiques. L’industriel français Philippe Varin a d’ailleurs récemment donné une interview au Figaro à ce propos pour alerter sur le déclin du secteur secondaire en France. Il déclarait notamment qu' »une France sans usine serait une catastrophe ».

Ce discours alarmiste repose sur des définitions imprécises et des préjugés erronés. Il y a trois manières d’envisager la désindustrialisation : la baisse de la production industrielle en valeur absolue, la baisse de la part de l’industrie dans le PIB et la perte d’emplois industriels.

La baisse de la production industrielle est un mythe

L’évolution de la production industrielle a fait l’objet de nombreuses études. On peut citer celle de l’économiste Lionel Nesta qui, dans un article paru dans la revue Economie & Statistique de l’INSEE (numéro 438-440, 2010), s’est attaché à retracer cette évolution dans six pays développés.

Ces études montrent que les craintes liées à la désindustrialisation reposent sur des mythes. Tandis que cette menace est régulièrement évoquée depuis des décennies, on observe en réalité que la production industrielle ne faiblit pas. Il est donc faux de parler de « désindustrialisation » si, par ce terme, on entend une baisse continue de la valeur produite par le secteur industriel.

Evolution
Cliquez sur le graphique pour l’agrandir
Source : INSEE

Un secteur industriel effectivement plus faible en proportion du PIB

poids de l'industrie

Les confusions sur la désindustrialisation proviennent sans doute du fait que le secteur industriel tient une part de plus en plus faible dans le PIB en dépit de la croissance de la richesse qu’il génère en valeur absolue.

Mais l’affaiblissement du poids du secteur industriel dans l’ensemble d’une économie ne dit rien sur sa santé. Les difficultés de la France ne doivent donc rien à cette évolution.

Lorsque l’agriculture a été mécanisée après la Seconde Guerre mondiale, des emplois ont disparu. Alors que 33% des emplois étaient agricoles en 1955, depuis 2000, ils représentent moins de 5%. Entre temps, les volumes de production, eux, ont plus que doublé (Maurice Desriers, SCEES du ministère de l’Agriculture et de la Pêche, L’agriculture française depuis cinquante ans).

Le dynamisme d’une économie s’apprécie en fonction de la capacité des populations à générer de la valeur. Or l’usine n’est pas le lieu exclusif de la création de richesses.
[NDRL : Vous sentez que la robotisation et les nouvelles technologies sont des secteurs d’avenir. Vous aimeriez investir dans des entreprises innovantes capables de bousculer la donne par leur valeur ajoutée ? Notre spécialiste déniche pour vous ces pépites qui deviendront les fleurons industriels de demain. Tout est expliqué ici.]

Dans le cas des pays développés, le déclin de la part de l’industrie dans le PIB est simplement la conséquence du développement des services dans la plupart des économies occidentales.

Les destructions d’emplois industriels importent peu

L’inquiétude qui se dissimule derrière la notion de désindustrialisation est relative au déclin de l’emploi industriel. La diminution du nombre d’emplois industriels est pour le coup incontestable.

emploi

emploi industriel

Mais là encore, il est incorrect d’imputer les difficultés de la France à ce phénomène. Le progrès économique a toujours consisté à détruire les emplois devenus inutiles pour les remplacer par des postes à plus haute valeur ajoutée. La sauvegarde d’emplois industriels n’est en rien une fin en soi.

Par analogie, la révolution industrielle qui s’est opérée en Europe deux siècles plus tôt a détruit beaucoup d’emplois dans l’agriculture. Mais personne ne regrette le temps où tout le monde travaillait dans les champs : la main-d’oeuvre s’est simplement spécialisée dans des tâches plus productives.

En l’espèce, la destruction d’emplois industriels s’explique parfois par des facteurs bénins : gains de productivité, automatisation, jeu des avantages comparatifs, externalisation, tertiarisation…

De la même manière que la santé économique d’un pays ne s’apprécie pas en fonction du nombre de ses usines, elle ne se détermine pas non plus en fonction du poids de sa classe ouvrière.

Vers une économie de services ?

La désindustrialisation et la prétendue menace qu’elle impliquerait sur la prospérité des populations relèvent donc de l’illusion. Ce n’est pas aux élites du monde politique ou à celles du monde des affaires de déterminer comment doit se dérouler la division du travail.

Cette appréciation doit être laissée au marché et aux préférences des millions d’entrepreneurs et de consommateurs qui le constituent. Il n’y a donc aucune raison de privilégier le secteur industriel au détriment des autres filières de l’économie.

La santé d’une économie dépend au contraire de la liberté laissée aux individus d’entreprendre dans les domaines de leur choix. L’hypothèse d’une économie française reposant exclusivement sur des services – bien qu’improbable – ne serait pas nécessairement dommageable.

Evidemment, la capacité d’entreprendre dépend également de la qualité du système éducatif pour nous permettre d’investir librement dans les compétences qui nous paraissent utiles.

Pour permettre aux gens de s’engager sur les nouvelles opportunités technologiques et commerciales, il faut donc en découdre avec un système éducatif monopolistique visiblement resté coincé à la première révolution industrielle.

Mots clé :

Ferghane Azihari
Ferghane Azihari
Coordinateur pour Students for Liberty

Étudiant en droit et en science politique à l’université de Paris-Est Créteil Val-de-Marne, Ferghane Azihari est coordinateur local pour Students for Liberty, un réseau international destiné à promouvoir l’économie de marché.

Il est également chargé de mission pour l’École de la Liberté, une plateforme de recherche et d’éducation destinée à faire connaître la tradition libérale à travers le prisme de toutes les sciences humaines.

Il publie régulièrement pour le magazine Contrepoints en France, l’Institut Ludwig von Mises aux États-Unis. Il est également rédacteur chez Young Voices. Ses centres d’intérêt se portent plus particulièrement sur les politiques européennes, les relations internationales, la fiscalité et plus généralement les rapports entre le droit positif et la concurrence.

2 commentaires pour “Vive la désindustrialisation !”

  1. je voulais poster en lien votre article! sur
    http://www.latribune.fr/economie/france/industrie-fillon-se-trompe-sur-thatcher-sans-sourciller-619003.html

    (je vois que je viens d’être censuré ou alors mon commentaire n’a pas encore été validé)

    je disais à l’auteur (à son patron/ actionnaire en réalité anti fillon…pro macron juppe) qu’il avait oublié de mettre l’industrie financiere
    10%(?) du pib .
    qu’il n’ y avait pas de différence entre un entrepot amzn une usine foxconn dans 10ans et une salle des marchés ou l’on brasse du papier.
    et qu’il avait completement oublié, malheureusement pour lui, que tatcher a eu le Brent

  2. M.Azihari: La désindustrialisation ne peut se réduire à un mécanisme de marché et au jeu de la libre concurrence. Tout simplement parce qu’en régime Parasitocrate monsieur le Marché n’est pas libre et que la concurrence est faussée par le Créditisme.
    Vous semblez convaincu que la modernisation, la robotisation de la production agricole et industrielle sont de purs choix économiques. Moi je pense que ces choix furent d’abord politiques.
    Constatons d’abord que les secteurs concernés furent avant tout ceux des petits producteurs, des petits entrepreneurs indépendants. Aux petites entreprises agricoles ou industrielles, Il faut ajouter, dès les années 1960 le petit commerce et les pêcheurs. Les Parasites s’attaquèrent donc au départ à des gens non organisés. Ils les engagèrent dans une course effrénée à la rentabilité et à grossir pour atteindre la masse critique. Très vite on en vint à l’endettement de ces entreprises fragiles, car coincées entre la concurrence et la dette. A partir des années 1970, avec le Créditisme, l’Etat disposa d’un arsenal sans limite pour les manipuler et les éliminer. De plus, on fit intervenir les supermarchés et la mondialisation pour achever le travail. Constatons aussi que cette mondialisation fut le résultat d’accords signés par des Parasites.
    Constatons aussi que des secteurs aussi archaïques que l’enseignement, les emplois de bureaux (administrations, PTT, Sécu, santé …) ne furent pas concernés par cette recherche de rentabilité avant la percée de l’informatique. Ces secteurs créèrent donc beaucoup d’emplois au moment même où les premiers en perdaient. Mais cela ne concernait pas les mêmes emplois. En gros, les secteurs qui rentabilisaient étaient masculins et ceux qui embauchaient féminins. Un secteur en particulier vaudrait d’être étudié de près : les banques. A la fois vecteurs du Créditisme, d’emplois surtout féminins et de propagande Parasitaire (le compte en Banque, symbole de réussite sociale).
    La Mondialisation « écrasait les prix » comme disait Leclerc et favorisait la consommation, pilule sucrée pour faire avaler la case chômage.
    Parlons du chômage. Quel est le prix réel de la désindustrialisation ? Et de ses effets induits mondialisation- chamboulements sociaux-chômage …Sans doute faudrait-il ajouter aussi drogue, suicides, émigration et maintenant terrorisme.
    Certes la production, donc le PIB, ne reculèrent pas. Certes, tout progrès technique entraîne des mutations sociales, des adaptations inévitables. Mais ce ne furent pas le Marché et la liberté d’entreprendre qui étaient à l’œuvre.
    Sinon comment expliquer l’accroissement prodigieux des richesses des initiés et la chute du niveau général du Peuple.
    Voilà pourquoi la « mâle blanc hétéro » a voté Trump massivement et souvent sa femme avec lui, voire des « minorités » noires ou latinos. Pour Trump …ou contre le Deep State ?

Laissez un commentaire