Démondialisation et guerre des fraises

Rédigé le 21 mars 2017 par | Liberalisme, Simone Wapler Imprimer

Lundi, les médias commentaient le dernier communiqué du G20. « Le traditionnel consensus des plus grandes économies en faveur du libre-échange et contre le protectionnisme appartient au passé » note Le Monde.

Retour aux octrois, aux monnaies locales, à l’obscurantisme. Grave recul de l’ultra-libéralisme ?

Mardi, un entrefilet dans Le Figaro nous confirme la menace : « un producteur picard de fraises attaque l’Espagne pour concurrence déloyale ». La Camarosa, la fraise espagnole, se vend en effet 2 € le kilo à Rungis et la fraise bio picarde 8 € le kilo. C’est très injuste.

Notre producteur est allé en territoire ennemi.

euros gaspillés

Taxe foncière : trop d’erreurs !

Ne payez plus les yeux fermés – grâce à quelques techniques simples et légales, vérifiez votre feuille d’imposition… pour économiser des centaines d’euros année après année.

Tout est ici.

Suite à sa visite de plantations en Andalousie, notre héros combattant a constaté que la Camarosa, la fraise locale, est empoisonnée. Les producteurs espagnols utilisent des traitements interdits par Bruxelles en raison de leur forte toxicité. Claude Terlet (c’est son nom). a remarqué un bidon made in China d’endosulfan. En plus, les Chinois produisent de l’endosulfan à 3 € le litre seulement, nous apprend Le Figaro (salauds de Chinois, toujours dans les mauvais coups).

Remarquez le courage notre combattant : il n’attaque pas un producteur en particulier, mais l’Espagne. Rien que ça !

fraises Source Wikimedia commons

La lecture d’un tel drame ne peut laisser insensible.

Bruxelles a certainement décidé d’interdire ces substances à bon escient en raison de nombreuses victimes. De nombreux cas d’intoxication grave, de cancers, de cécité ont dû être signalés après l’ingestion de fraises espagnoles par de malheureux consommateurs ignorants. [NDLR : Aux Etats-Unis, la culture du cannabis vient d’être rendue légale dans plusieurs Etats. Ceci ouvre des perspectives de croissance exponentielle à certaines petites entreprises du secteur pharmaceutique. Découvrez lesquelles et comment y investir en cliquant ici.]

Mais, soudain, le doute m’assaille.

Le motif de « concurrence déloyale » invoqué par le plaignant paraît un peu léger face à l’empoisonnement voire aux meurtres avec préméditation que commettent ces producteurs de fraises peu scrupuleux.

Ou bien ces organochlorés sont réellement dangereux et toxiques. Ceux qui l’utilisent à de mauvais dosages sont emprisonnés et condamnés pour empoisonnement ou tentatives d’empoisonnement.

Ou bien ce n’est pas le cas. Des fonctionnaires européens, qui n’ont jamais approché un potager de leur vie, régissent l’utilisation de produits auxquels ils ne connaissent rien dans le cadre d’une activité qu’ils ignorent.

Dans ce cas, on laisse le consommateur choisir s’il préfère payer le supplément fraises bio picarde car il estime que la fraise espagnole est fade, cotonneuse ou creuse. S’il préfère les fraises de son potager ou celles de son voisin ou de la marchande du marché locale qui n’ont aucun label, on lui fiche la paix !

« Si l’on ne fait rien, il n’y aura bientôt plus de producteurs de fraises en France », selon le plaignant.

C’est donc bien ça, il ne s’agit pas d’un danger sanitaire mais d’une pure guerre commerciale. Tant qu’à faire, notre Picard aurait pu aussi plaider que l’Andalousie bénéficiant d’un ensoleillement plus favorable que la Picardie devrait être taxée pour avantage concurrentiel en matière de culture de fraises. Ou bien demander une subvention européenne pour compenser le manque d’ensoleillement de la Picardie.

En réalité, le libre-échange n’existe plus dans nos contrées. Ce qui existe, en revanche, c’est un empilage de lois, normes, réglementations, taxes et barrières protectionnistes dans un espace donné pour établir un même jeu faussé pour tous. Ces réglementations ne sont pas faites pour les individus mais pour le profit de la Parasitocratie.

Il sera intéressant de voir, au printemps prochain, si les Britanniques produisent des fraises et si nous pourrons y goûter…

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’oeil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

2 commentaires pour “Démondialisation et guerre des fraises”

  1. Les fraises dans ma région Picardie oui elles sont plus savoureuses que celles d’Espagne ! On peut même les cueillir là où on les achète nos fraises !

  2. Eh bien ! oui,il faudra bien que le libre échange sauvage s’arrete un jour :il y a des gagnants mais aussi beaucoup de perdants ! A qui a profité l’ultra libéralisme ? à toute la parasitocratie représentant les grandes entreprises internationales ,les politiques et les grands commis de l’état ( de droite ou de gauche: ils mangent dans la meme gamelle)….bien évidement ,tous ces responsables souhaitent que tout cela continue…la soupe est bonne…..Mais attention….la tempete TRUMP , le BREXIT et les élections en Europe pourraient bien contrecarrer tous les espoirs de cette parasitocratie …et c’est tant mieux….car il faut un réequilibrage économique qui permettra une meilleure répartition du travail et des revenus qui vont avec….Les fraises espagnoles sont un exemple ,et il y en a malheureusement beaucoup d’autres et il est temps de se reprendre ;c’est à dire de reprendre les commandes laissées à des gens qui n’ont vu que leur interets immédiats sans se soucier des peuples.Attention la coupe peut déborder un jour !!! cela est arrivé en France en1789…….

Laissez un commentaire