L’Ordre Exécutif 6102 et le début de grands désordres…

Rédigé le 28 septembre 2018 par | Defaut américain, Dette, Or et Argent Imprimer

En 1933, Roosevelt a limité par décret le droit d’accès à l’or des citoyens ordinaires et légitimé le remboursement des dettes en monnaie dévaluée.

Aujourd’hui, nous nous sommes réveillé à Buenos Aires, avec un déplaisant mal de tête… et une hypothèse déprimante :

Premièrement, peu importe que Kavanaugh siège ou non à la Cour Suprême : un crapaud de plus venu du Deep State, cela ne changera rien.

Deuxièmement, la Cour Suprême manque à son devoir depuis ces 80 dernières années.

Pendant des années, elle détournait son regard tandis que l’Etat dépouillait une catégorie de citoyens (les travailleurs ordinaires) et en récompensait une autre (l’élite).

Troisièmement, par conséquent, l’empire américain est confronté à une crise monétaire catastrophique… qui s’accompagnera probablement de schismes intérieurs, de troubles sociaux et de dangereuses luttes politiques.

Commençons en observant le nouveau lien entre temps et argent.

Comment le temps perd de son pouvoir d’achat

Si vous avez un emploi payé à l’heure, quelqu’un qui a de l’argent peut vous acheter votre temps. Voilà ce que cela signifie vraiment, de dire que quelqu’un est « riche » : il a plus de temps, car non seulement il peut employer son propre temps, mais aussi le vôtre.

En 1971, quelqu’un qui détenait 1 000 $ d’actions pouvait s’acheter à peu près 250 heures d’un travailleur moyen. Aujourd’hui, ces 1 000 $ d’actions valent environ 28 000 $… Ce qui, selon le taux horaire moyen actuel, lui permet de s’acheter 1 077 heures d’un travailleur moyen. Soit quatre fois plus qu’en 1971.

Autrement dit, comparé au travailleur salarié, le capitaliste est quatre fois plus riche.

Si vous inversez, c’est à peu près la même chose. En 1971, un travailleur moyen aurait dû travailler 212 heures pour s’acheter 30 actions de l’Indice Dow Jones Industrial Average. Aujourd’hui, son temps vaut nettement moins : il doit trimer 1 000 heures pour s’acheter ces mêmes 30 actions.

Voilà pourquoi les adeptes du social-libéralisme râlent à propos des « inégalités »… Et voilà pourquoi, probablement, Donald J. Trump a été élu. Peu de gens ont fait le calcul, mais beaucoup d’entre eux ont pensé qu’il y avait anguille sous roche.

Ils avaient raison.

Beaucoup d’entre eux — y compris le président — ont pointé du doigt quelque chose… Mais ce n’était pas la bonne anguille !

Ils pensaient que c’étaient les étrangers, qui leur avaient fait du mal : les Chinois avec leurs « pratiques commerciales déloyales »… les Mexicains « qui se déversent à la frontière et volent nos emplois », c’était le discours patriote.

De leur côté, les investisseurs, les riches, les compères et les initiés se sont crus malins. Ils ne l’avaient pas volé, leur argent, croyaient-ils, en finançant les entreprises américaines… et en allouant soigneusement de précieux capitaux à des sociétés qui les méritaient, dirigées par des as de la gestion d’entreprise.

Mais les dés étaient pipés.

L’Ordre Exécutif 6102

Comment les dés ont-ils été pipés ?

En 1933, cette question est arrivée pour la première fois devant la Cour Suprême. L’Ordre exécutif 6102, de Franklin Roosevelt, avait interdit aux citoyens de détenir de l’or, excepté en toute petites quantités.

Elle est arrivée entre les mains des juges de la Cour Suprême dans le cadre d’une série de litiges appelés les « Dossiers de la Clause Or ». « Mais de quelle partie de la Constitution le président avait-il pu tirer ce pouvoir ? » se demandaient les gens.

A l’époque, certains investisseurs se souvenaient encore que l’Etat peut agir de façon irresponsable, avec le dollar, comme l’a fait Lincoln pendant la Guerre de Sécession.

Alors dans certains contrats, ces « Clause Or » les protégeaient en prévoyant un remboursement en or. La suppression de cette « Clause Or » signifiait que l’on supprimait la possibilité de se prémunir contre l’inflation… et que l’on modifiait considérablement les termes du contrat.

Les Juges de la Cour Suprême ont laissé faire. Notre confrère, Dan Denning, nous raconte cette histoire :

« … D’abord, permettez-moi de citer de brefs passages de l’opinion dissidente du Juge McReynolds. Ils reflètent l’esprit de son objection, ainsi que la relation entre une monnaie saine et la liberté politique. Voici ce qu’a écrit McReynold :

‘Les hommes justes observent avec aversion le désaveu et la spoliation des citoyens par leur souverain ; mais il nous est demandé d’affirmer que la Constitution accorde le pouvoir d’accomplir ces deux choses. Il n’existe aucune délégation de pouvoir de la sorte ; et nous ne pouvons croire que les rédacteurs clairvoyants qui oeuvraient en espérant établir la justice et protéger les bienfaits de la liberté, aient pensé que le gouvernement envisagé aurait le pouvoir d’annihiler ses propres obligations et de détruire les droits mêmes qu’il s’efforçait de protéger. Non seulement il n’existe aucune permission relative à ces agissements mais ils sont interdits. Aucun argument, aussi abondant soit-il, ne peut les rendre conformes à notre charte.’

 McReynold poursuit en précisant que lorsque vous achetez une obligation ou accordez un prêt, ‘le créancier consent à accepter et le débiteur s’engage à restituer la chose prêtée ou son équivalent’. Comme l’Ordre Exécutif de Roosevelt signifiait que les sociétés pouvaient être remboursées en dollars dévalués au lieu de pièces d’or ou d’équivalent-or de la valeur du prêt d’origine, McReynold a reconnu qu’il s’agissait d’un défaut de paiement de facto.

La ‘Clause Or’ garantissant que les créanciers soient remboursés en or, ou en équivalent-or, ’empêche l’emprunteur de s’acquitter de sa dette en monnaie dévaluée' ».

Et le Congrès l’a laissé passer, lui aussi. Ensuite, alors qu’il faisait toujours partie de la minorité, McReynold a compris ce qui se tramait. L’Etat lui-même en serait peut-être le principal bénéficiaire. Le Congrès pourrait emprunter… et puis faire disparaître sa propre dette grâce à l’inflation :

« Nous avons affaire, ici, à un étalon dévalué, adopté dans le but précis de détruire certaines obligations. De tels agissements arbitraires et tyranniques sortent du cadre du pouvoir parlementaire tel que reconnu jusqu’ici. Le pouvoir accordé au Congrès pour qu’il crée des obligations ayant cours légal en période de paix découle du pouvoir d’emprunter de l’argent ; il ne peut être étendu à une démarche de destruction de tous les crédits. […]

Il serait monstrueux que le gouvernement déclare que nous avons violé notre contrat mais que nous échappons aux conséquences grâce à nos propres lois. Sur les questions concernant l’obligation contractuelle, le gouvernement ne peut légiférer aux fins de s’excuser lui-même. […]

Quelle que soit la situation à laquelle nous sommes confrontés actuellement, elle est le résultat de tentatives visant à détruire des engagements légitimes par des mesures législatives ; et nous pensons que la Cour devrait désapprouver cela en termes clairs. […]

La perte de notre réputation concernant le respect de nos engagements nous apportera des humiliations incessantes, le chaos moral et juridique à venir sera effroyable. »

L’humiliation en marche

 Une fois la « Clause Or écartée », la voie était libre. L’Etat a lancé une succession de programmes qui se mêlaient de tous les aspects de la vie des gens.

Désormais, lors de chaque transaction, un troisième larron était presque toujours là : le régulateur fédéral.

Dès les années 1950, les guerres bidon ont commencé, également — des guerres majeures — sans aucune déclaration ni financement émanant du Congrès.

Dès les années 1960, l’équipe de Johnson a déclenché une guerre totale au Vietnam (un pays qui n’avait ni la capacité, ni l’intention, de nuire aux Etats-Unis).

Et en plus, elle a lancé la Guerre contre la Pauvreté… destinée à créer une « Great Society« , où les agneaux cohabiteraient avec les loups, et où tout serait plus facile dans tous les ghettos.

Mais l’humiliation se préparait. Bientôt, il est devenu clair que l’Etat allait manquer d’argent.

Cette fois, c’est l’équipe de Nixon qui s’est défilée. Au lieu d’admettre qu’elle avait trop dépensé, Nixon a rompu le dernier lien avec l’argent réel : la possibilité, pour les gouvernements étrangers, de convertir leurs dollars en or à l’échéance promise.

Désormais, l’Etat passait au tout-papier. Leur argent n’était plus rien que des bouts de papier adossés à ce qui serait bientôt le plus grand débiteur du monde.

Désormais, plus rien ne pouvait les arrêter. Et rien ne pouvait stopper le chaos que McReynolds avait vu arriver.

[NDLR : Notre insider du Deep State américain, Jim Rickards, pense que les élites internationales nous conduisent à la faillite. Découvrez comment en lisant son livre qui vous sera envoyé gratuitement, en cliquant ici.]

 

 

Soyez le premier informé des dernières news La Chronique Agora directement dans votre boîte mail

Bill Bonner
Bill Bonner
Fondateur de AGORA

Né en 1948, Bill Bonner est le fondateur d’AGORA, le plus large réseau d’entreprises indépendantes de presse spécialisée au monde.

En 1978, depuis sa ville natale, Baltimore (Maryland, Etats-Unis), Bill Bonner a voulu développer un « marché » (« Agora » en grec) des idées. Pas de l’information homogénéisée telle que les médias grand public relayent sur nos écrans et journaux, mais une source d’idées diverses avec des opinions et des avis originaux, alternatifs et surtout utiles. Bill a à cœur d’aider les lecteurs à mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, et à agir en conséquence. Que ce soit en matière de géopolitique, de macro-économie ou tout simplement dans le domaine de l’épargne, Bill incite ses lecteurs à cultiver un esprit vif et anticonformiste.

« Parfois nous avons raison, parfois nous avons tort, mais nous sommes toujours dans le questionnement », telle est la devise de Bill.

Bill a également co-écrit des livres qui ont tous figuré dans la liste des best-sellers du New York Times et du Wall Street Journal : L’inéluctable faillite de l’économie américaine (2004), L’Empire des dettes. À l’aube d’une crise économique épique (2006) et Le Nouvel Empire des dettes. Grandeur et décadence d’une bulle financière épique (2010).

Dans son dernier livre, Hormegeddon, quand trop de bien nuit (2015), paru aux Belles Lettres (www.lesbelleslettres.com), Bill décrit ce qu’il advient lorsque l’on abuse d’une bonne chose dans les sphères de la politique, de l’économie et des affaires. En bref, trop de bien conduit au désastre.

Vous pouvez retrouver les notes de Bill au quotidien dans La Chronique Agora.

Mots clé : - - -

3 commentaires pour “L’Ordre Exécutif 6102 et le début de grands désordres…”

  1.  » Autrement dit, comparé au travailleur salarié, le capitaliste est quatre fois plus riche. »

    Je n’ai pas vraiment compris la logique dans le fait de comparer l’évolution du capital sur une période de 50 ans d’un mec qui aurait pris son épargne pour l’investir dans un fond indiciel (c’est à dire un actif adossé à des entreprises qui produisent de la richesse, donc nécessairement à long terme le cours va monter, ca a toujours été le cas dans l’histoire, étalon or ou pas) avec l’évolution du salaire immédiatement perçu par un employé (souvent c’est le même mec) pour avoir vendu son temps contre de l’argent à un moment t.

    En plus le prix des actions ne peut pas vraiment être exprimé en terme de dollars. L’indice monte dans le temps simplement parce qu’une large part des bénéfices accumulés est réinvestie pour permettre aux sociétés qui le composent de se développer. Si ces bénéfices avaient été intégralement distribués l’indice n’aurait pas du tout augmenté dans les mêmes proportions.

  2. @Sébastien Maurice

    Vous observez que :

    « L’indice monte dans le temps simplement parce qu’une large part des bénéfices accumulés est réinvestie pour permettre aux sociétés qui le composent de se développer. Si ces bénéfices avaient été intégralement distribués l’indice n’aurait pas du tout augmenté dans les mêmes proportions. »

    Je crois qu’aujourd’hui si les indices montent, c’est surtout grâce à la planche à billets de la FED !

  3. @ Hannibal Pantalacci

    Et bien mettez la courbe du SP500 en parallèle avec celle des bénéfices des sociétés américaines.
    Par ailleurs le QE c’est fini depuis bien longtemps aux USA, on est passé en phase de réduction de la taille du bilan et de hausse des taux.

Laissez un commentaire