En marche vers une mortelle contraction du crédit ?

Rédigé le 4 avril 2017 par | Dette, Simone Wapler Imprimer

Comme vous le savez, cher lecteur, nous vivons dans un système monétaire qui est le « créditisme ». L’argent existe majoritairement sous forme de crédit. Les autorités voudraient d’ailleurs que « majoritairement » devienne « exclusivement » et souhaiteraient abolir totalement l’usage des espèces.

Les autorités ont tort car ce système est vicié. Autrefois, lorsque la monnaie représentait la richesse déjà créée, l’économie dans son ensemble était peu dépendante du cycle de crédit.

Maintenant, avec le créditisme, toute contraction du crédit se transforme en contraction de la masse monétaire. Moins de crédit = moins de monnaie. Ce qui veut dire que toute contraction du crédit entraîne, au mieux, une récession ou, au pire, une dépression. Avec plus de 200 000 Mds$ de crédit (trois fois la taille de l’économie mondiale), préparez-vous au pire. C’est ce qu’explique Bill Bonner dans sa chronique du jour.

+ 3 496 euros… ou + 11 119 euros : où en sont vos investissements ?

Découvrez un moyen simple et efficace de faire fructifier votre épargne : ne vous contentez plus de 0,75% de votre Livret A… alors que vous pourriez engranger +15% par an en moyenne !

Tout est expliqué ici.

La récession survient quand peu de gens sont concernés par la contraction du crédit. Imaginons, par exemple, que le crédit automobile diminue ; a priori, seul le secteur automobile sera concerné et il y aura récession.

La dépression frappe quand tout le monde est concerné. Imaginons que le crédit automobile, le crédit immobilier, les allocations publiques… se contractent simultanément ; alors, tout le monde est concerné et il y a dépression.

C’est ce que craignent de plus en plus d’observateurs…

Récemment, en Europe, Benoît Coeuré – considéré comme le numéro 2 de la Banque centrale européenne – a averti les gouvernements : les taux bas ne seraient pas éternels. Comprendre : la période des crédits pas chers pour financer les déficits des Etats est révolue, les déficits deviendront de plus en plus coûteux. Donc les Etats auront moins d’argent à redistribuer.

Le monde de l’économie réelle se prépare déjà à cette hausse des taux. Ainsi, Le Figaro du jour nous signale : « première baisse des renégociations des crédits immobiliers… ». Les Français renégociaient leurs vieux prêts pour profiter de la baisse des taux mais ce n’est plus le cas. La hausse des taux est dans l’air, ce qui signifie qu’il y aura moins de crédits et moins d’acheteurs potentiels pour un même bien immobilier.

Le Figaro

Par ailleurs, l’emprunt à taux fixe est une « exception française ». Dans l’immense majorité des pays, les dettes privées sont contractées à taux variable. Dès que la banque centrale relève son taux directeur, l’ensemble des crédits déjà contractés devient plus cher. C’est ce qui explique les tensions actuelles sur le crédit automobile aux Etats-Unis dont vous parlait Bill Bonner.

La dépression pourrait devenir mondiale.

Baignant et se complaisant dans une bienheureuse ignorance, la plupart de nos candidats à la magistrature suprême prétendent avoir des solutions.

Les souverainistes monétaires pensent que le créditisme est mieux lorsqu’il est national et qu’il suffit d’imprimer son propre argent pour devenir riche. Direction le Venezuela, dont Jean-Luc Mélenchon est un grand admirateur.

Mélenchon

D’autres pensent qu’il suffit de transformer la France en Guyane de l’Allemagne. Nous pourrions vivre des subventions, il suffit de « mutualiser les dettes » et l’Allemagne (qui a accès au crédit pas cher) paiera.
[NDLR : Tant que le système monétaire reste fondé sur le « créditisme », les élus changent mais l’arnaque reste la même. Les belles promesses électorales et le train de vie de la Parasitocratie sont financés par la ruine de la classe moyenne et des épargnants. Regardez bien les faits et prenez les mesures qui s’imposent pour protéger votre épargne de la débâcle qui s’annonce quelle que soit l’issue du scrutin. Tout est ici.]

Si jamais vous décidez que vous avez du temps de cerveau disponible pour regarder le « débat » télévisé de ce soir… essayez de souffler aux animateurs la questions suivantes (à poser à chaque candidat qui brandit ses solutions magiques) : pourquoi personne n’y a pensé avant, à votre super bonne idée ?

Voyez-vous, cher lecteur, les très, très, très bonnes idées sont rares. Quand c’est le cas, elles sont très, très, très vite adoptées. Elles deviennent universelles.

Un candidat (Jacques Cheminade, HEC, ENA) a l’ambition de coloniser la planète Mars. Si c’est vraiment le chemin de la prospérité, pourquoi diantre personne n’y a-t-il pensé avant ?

Va pour coloniser Mars à crédit… Tant qu’à faire, embarquons Mélenchon et Chavez dans le vaisseau spatial.

En attendant ce merveilleux moment, Le Mogambo Guru vous conseille un truc très terre à terre pour contrer la destruction monétaire qui s’annonce.

Mots clé : - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’oeil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Laissez un commentaire