Au cœur du Projet Prophesy

Rédigé le 30 janvier 2018 par | A la une, Investissement Imprimer

Après les attentats du 11 septembre 2001, la CIA m’a chargé de créer un système ayant un but crucial : prédire l’avenir.

C’est pour cette raison qu’il a été appelé « Project Prophesy » – « projet Prophétie », en français.

Le projet Prophesy a été lancé en tant qu’étude stratégique sous la direction d’un vétéran de la CIA, Randy Tauss, qui était aussi trader en options expérimenté.

On m’a demandé de rejoindre le groupe en partie à cause de mon expérience dans la banque islamique au Pakistan.

Ils ont estimé que cela pourrait être utile pour comprendre l’état d’esprit de potentiels traders terroristes. J’ai ensuite été nommé comme l’un des deux chargés de projet rendant compte à Tauss.

En 2004, j’ai contribué à développer le prototype opérationnel d’une machine dédiée au Projet Prophesy. Elle s’appuyait sur l’intelligence artificielle, les mathématiques appliquées, les flux d’actualité, les flux de cotations boursières, l’informatique et la vigilance humaine. Nous recherchions des signes de trading fait par des initiés de l’activité terroriste.

Un attentat déjoué

Nous avons développé le projet Prophesy dans le plus grand secret ; une bonne partie de ce travail est classée top secret. Mais je peux vous dire que le 7 août 2006, le système Prophesy a détecté des signaux avertissant d’une attaque terroriste imminente.

Trois jours plus tard, à Londres, un projet visant à faire exploser 10 avions de ligne américains a été mis au jour. 24 extrémistes pakistanais ont été arrêtés.

Puis, en 2007, le système a repéré un krach imminent sur les marchés boursiers et immobiliers.

J’ai présenté mes conclusions aux responsables du Trésor US, mais ils ont ignoré mes avertissements. Nous savons tous ce qui s’est passé ensuite…

A ce moment-là, nous étions prêts à construire une version plus avancée du système pour la CIA ; nous avons donc demandé des fonds supplémentaires.

Mais la CIA avait décidé de ne pas donner suite à ce projet, principalement pour des raisons politiques.

Ils s’inquiétaient en effet de l’image négative que pourrait avoir un tel système, s’il donnait l’impression que les services secrets passaient au peigne fin les carnets d’ordres boursiers des citoyens.

Cela n’a jamais été le cas : nous utilisions des flux de cotations en accès libre pour obtenir nos pistes initiales, suite à quoi nous suivions la procédure légale en vigueur. Mais la possibilité de publicité négative était là, et la CIA ne voulait pas prendre ce risque.

Un potentiel d’anticipation exceptionnel

Après 2008, je suis passé à d’autres choses mais je n’ai jamais perdu de vu le potentiel d’anticipation que nous avions découvert avec le projet Prophesy.

J’ai appris que les techniques ainsi développées étaient utiles bien au-delà du domaine du contre-terrorisme. Elles pouvaient être utilisées pour toutes sortes de menaces géopolitiques pesant sur les marchés des capitaux (cliquez ici pour en savoir plus sur le sujet).

Le projet Prophesy utilise des techniques spécifiques pour transformer ce que nous savons – et ne savons pas – en un véritable « itinéraire » d’hypothèses. Nous remontons ensuite le fil pour déterminer la meilleure marche à suivre en fonction de ces hypothèses.

Si vous savez où regarder et comment analyser les données, vous pouvez en apprendre long sur les futurs mouvements des marchés financiers. Une bonne partie de ces éléments peut être obtenues directement des actions des initiés, étant donné qu’ils ont accès à des informations confidentielles que les investisseurs particuliers n’ont pas.

Les outils que j’ai développés pour le Projet Prophesy peuvent détecter les manoeuvres des initiés, donnant ainsi aux investisseurs particuliers les mêmes avantages que les initiés.

Ils peuvent vous avertir d’événements politiques et économiques surprenants avant qu’ils ne se produisent, permettant aux investisseurs « ordinaires » d’anticiper les grands mouvements de marché… et leur donnant ainsi la possibilité d’engranger des gains moyens de 15 760 $ toutes les deux semaines !

Après que les bureaucrates ont ignoré mes avertissements en 2007 et l’effondrement financier qui s’en est suivi, je me suis juré de transmettre mes découvertes directement aux investisseurs particuliers.

Le fait est que vous ne pouvez pas compter sur le gouvernement pour veiller à vos propres intérêts ou agir pour votre bien.

C’est pour cette raison que j’ai repris le projet Prophesy aujourd’hui – afin d’aider à fournir aux investisseurs particuliers ce dont ils ont besoin pour éviter les catastrophes financières et profiter d’informations normalement réservées aux initiés.

Depuis 2008, la science a largement dépassé ce que nous avions à notre disposition à la CIA à l’époque, grâce aux avancées de l’informatique, de l’intelligence artificielle et des sciences de la complexité, entre autres choses.

J’emploie la science et la technologie les plus récentes pour donner à mes lecteurs l’intelligence boursière qui peut faire la différence entre une retraite confortable et une retraite précaire.

Plus d’explications en cliquant ici.

Jim Rickards
Jim Rickards
Rédacteur en chef de Strategic Intelligence

James G. Rickards est le rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique, la toute nouvelle lettre d’information lancée par Agora Financial aux Etats-Unis. Avocat, économiste et banquier d’investissement avec 35 ans d’expérience sur les marchés financiers de Wall Street, Jim est également l’auteur de Currency Wars et de The Death of Money, deux ouvrages devenus best-sellers du New York Times. Enfin, Jim est également chef économiste pour le fonds d’investissement West Shore Group.

Il est également rédacteur en Chef de Trades Confidentiels et Alerte Guerre des Devises.

En savoir plus sur le service d’Intelligence Stratégique.

Mots clé : -

2 commentaires pour “Au cœur du Projet Prophesy”

  1. Si je comprends bien il faut remercier Randy Tauss, ex ou toujours agent de la CIA sur les bienfaits de ses actions? Nous savons tous les bienfaits mondiaux que la CIA a apportés depuis sa création…. et surtout en restant très « fumeux » sur les « techniques algorithmiques et d’IA » utilisées dans le projet « Project Prophesy »… qui n’en est plus au stade de projet mais bel et bien au stade « d’application ».

  2. Je suis très dubitatif sur ce prétendu algorithme. Cela ressemble étrangement à ce qu’aurait Développé un certain Martin Armstrong( d’ailleurs sont site n’est plus accessible).
    Qui plagie qui?
    Quel intérêt aurait Jim Rickards à donner le résultat de ses prophéthies.
    Vendre du vent ou amener les moutons à réaliser ses objectifs de cours .En s’essayant positionné avant et vendre quand le reste du troupeau achète.
    Dans l’attente, d’une réponse éclairante et honnête.
    Cordialement,
    Pascal Aznar

Laissez un commentaire