Les programmes de relance : le vrai drame de l'économie

Rédigé le 4 juin 2011 par Bill Bonner | Bill Bonner, Inflation, dettes et récession

▪ Un nouvel acte a commencé. Les agences de notation remettent en question la valeur de la devise de réserve mondiale ; les banquiers centraux vendent la devise papier pour acheter de l’or.

L'immobilier US va mal… et les rendements obligataires ont perdu la tête

Rédigé le 3 juin 2011 par Bill Bonner | Bill Bonner, Inflation, dettes et récession

▪ Les rendements obligataires américains continuent de chuter. Le bon à 10 ans ne rapporte que cinq points de base au-dessus de 3%. Dans la mesure où les calculs gouvernementaux eux-mêmes montrent que l’inflation dépasse les 5% sur les trois derniers mois, ça nous laisse avec un rendement réel négatif de plus de 200 points de base. A quoi pensent les acheteurs d’obligations US ? Cela nous échappe.

Moody's dégrade encore la note de la dette souveraine grecque

Rédigé le 3 juin 2011 par Philippe Béchade | Inflation, dettes et récession, Philippe Béchade

Moody’s a une nouvelle fois dégradé la note de la dette souveraine de la Grèce à Caa1 mercredi soir. C’est pratiquement le pire niveau de la catégorie junk bond, il indique un risque de défaut quasi certain. Cet épisode arrive au moment même où le FMI fait savoir qu’il ne versera pas les sommes prévues dans le plan de sauvetage au mois de juin, parce que la Grèce est incapable d’apporter la preuve de sa capacité à rembourser à un horizon de 12 mois.

Qui va se substituer à la Fed après expiration du QE2 ?

Rédigé le 1 juin 2011 par Philippe Béchade | Inflation, dettes et récession, Philippe Béchade

Dans 15 jours, le QE2 aura expiré. Qui va se substituer à la Fed qui achète depuis six mois 70% des émissions du Trésor américain ?

La Grèce connaîtra-t-elle la même tragédie que l'Argentine en 2001 ?

Rédigé le 31 mai 2011 par Philippe Béchade | Inflation, dettes et récession

▪ Nous n’allons pas revenir sur la récession qui frappe la Grèce ni sur ses menues difficultés budgétaires que vous connaissez par coeur. D’autres aspects — beaucoup moins médiatisés de cette crise — nous paraissent autrement plus significatifs et alarmants.

Récession, PIB et inflation

Rédigé le 31 mai 2011 par Bill Bonner | Bill Bonner, Inflation, dettes et récession

Les Etats-Unis sont probablement à nouveau en récession. L’immobilier américain est en crise. Le chômage reste problématique. Officiellement, le taux de chômage US est aux environs des 9%. Mais le taux réel, selon le professeur Robert Shiller, de Yale, est plus proche des 16%. De nouveaux emplois sont créés. Toutefois, ils ne sont pas assez nombreux pour suivre la croissance démographique et permettre aux chômeurs de retrouver un travail.

Fin du QE2 et angoisses des dettes souveraines : les investisseurs sont paralysés

Rédigé le 28 mai 2011 par Françoise Garteiser | Inflation, dettes et récession

Les investisseurs français sont tétanisés. Pris entre les inquiétudes sur la fin toute proche du QE2, les angoisses des dettes souveraines européennes et une économie qui, décidément, n’est guère enthousiasmante, ils ne savent plus quoi faire, apparemment.

La tornade de liquidités engendrée par la Fed risque de faire de nombreuses victimes

Rédigé le 27 mai 2011 par Philippe Béchade | Inflation, dettes et récession

Le PIB américain est confirmé à +1,8% au premier trimestre 2011. Cela malgré les 75 milliards de dollars injectés chaque mois par la Fed au titre du QE2. N’oublions pas non plus les 25 milliards de dollars correspondant aux bons du Trésor arrivant normalement à échéance.

Le QE2 est un flop… et l'Union européenne ne vaut pas mieux

Rédigé le 26 mai 2011 par Bill Bonner | Bill Bonner, Inflation, dettes et récession

Vous dites que les impressions monétaires de la Fed (également connues sous le nom de QE2) ont été un succès ? Vous en êtes certain ? Voilà des mois que nous disons que ça ne fonctionnerait pas. A présent, même la presse grand public commence à piger.

Ben Bernanke soigne l'alcoolisme du système financier à coup de QE2/soda

Rédigé le 25 mai 2011 par Philippe Béchade | Inflation, dettes et récession, Philippe Béchade

Fitch a annoncé lundi soir avoir abaissé la perspective de notation de la Belgique, de stable à négative. Moody’s pourrait agir de même concernant les 14 principaux établissements financiers britanniques, compte tenu de l’incapacité du gouvernement anglais à les renflouer en cas de surgissement de nouvelles difficultés. La seule vraie question, c’est de savoir quand

Le FMI et la Fed ne réussiront pas à empêcher la douleur des dettes souveraines

Rédigé le 25 mai 2011 par Bill Bonner | Inflation, dettes et récession

« Un an après le renflouage de 110 milliards d’euros versé par l’UE/FMI, la Grèce lutte contre des revenus faibles et une profonde récession, nourrissant les spéculations sur le fait qu’elle devra restructurer sa dette pour se tirer du pétrin budgétaire qui a déclenché une crise dans la Zone euro ».

La Grande Correction, l'or et Arnold Schwarzenegger

Rédigé le 24 mai 2011 par Bill Bonner | Bill Bonner, Inflation, dettes et récession

▪ Tout ce que nous savons, en ce moment, c’est que la Grande Correction continue de faire son travail. Tous les chiffres nous disent que l’économie est faible… et va en s’affaiblissant. Les mises en chantier, la production manufacturière, la confiance des consommateurs — tous pointent vers un été long, chaud et paresseux.

Turbulences sur la Zone euro et chiffres US en berne : les marchés se reconnectent à la réalité

Rédigé le 24 mai 2011 par Philippe Béchade | Inflation, dettes et récession, Philippe Béchade

▪ Ces derniers jours, les dettes souveraines européennes ont été mises à mal. Fitch a abaissé de trois crans la notation de la dette grecque (réduite désormais à l’équivalent de junk bond) ; le placement de la dette italienne a été mis sous « surveillance négative » par Standard & Poors.

L'agence Fitch dégrade de trois crans la notation de la dette grecque

Rédigé le 23 mai 2011 par Philippe Béchade | Inflation, dettes et récession, Philippe Béchade

L’hypothèque grecque refait surface et vient jeter un voile d’incertitude sur la crédibilité de l’euro.

Un allongement de la duration de la dette souveraine émise par Athènes (pudiquement qualifiée de « réaménagement de la maturité ») risque d’être considéré comme un défaut de paiement déguisé.

Dette souveraine : Grèce, Etats-Unis, même combat

Rédigé le 23 mai 2011 par Eric J. Fry | Inflation, dettes et récession

En mai de l’année dernière, la BCE et le FMI ont uni leurs forces pour envoyer 110 milliards d’euros aux Grecs désespérés. L’Irlande a reçu un chèque de 85 milliards d’euros en novembre dernier. Et la semaine dernière, l’Union européenne et le FMI se sont mis d’accord pour envoyer 78 milliards d’euros au Portugal.

Economie mondiale : la nouvelle tragédie du siècle

Rédigé le 21 mai 2011 par Bill Bonner | Bill Bonner, Inflation, dettes et récession

▪ Nous ne vivons pas une panique ou une crise économique « normale ». Ce n’est pas non plus un coup du hasard. Pas plus qu’il ne s’agit d’une série d’événements aléatoires, imprévisibles même pour un oeil averti. Ce que nous voyons, c’est un drame épique. Un drame avec des héros et des vilains… une intrigue séculaire… une morale… des rebondissements, des retournements et des surprises.

Après la récession, après l'inflation, les Etats-Unis vont connaître la stagflation

Rédigé le 19 mai 2011 par Philippe Béchade | Inflation, dettes et récession, Philippe Béchade

La Fed publiait ce mercredi les minutes de sa dernière réunion des 26 et 27 avril dernier. Ses membres ont voté à l’unanimité le maintien de la politique de taux zéro et l’achèvement du QE2… mais les débats qui ont précédé révèlent que deux camps s’affrontent sur la question de l’inflation ainsi que du risque d’essoufflement de la reprise.

L'inflation actuelle est de la pire espèce

Rédigé le 17 mai 2011 par Bill Bonner | Bill Bonner, Inflation, dettes et récession

Le problème, avec l’inflation actuelle, c’est qu’elle est de la pire espèce : elle augmente les prix… mais pas les revenus, du moins pas aux Etats-Unis. Les revenus s’accroissent en Asie. Les gens peuvent donc y acheter plus de voitures et plus de viande — et faire grimper les prix. Les Américains paient donc des prix plus élevés… tandis que leurs revenus n’augmentent pas.