Pendant ce temps là, du côté des banques centrales…

Rédigé le 4 mai 2017 par | Banques Centrales, Simone Wapler Imprimer

Le « duel » Macron – Le Pen ne fut pas sanglant, loin de là, et les escarmouches verbeuses seront bien vite oubliées.

Le nerf de la guerre c’est l’argent… et l’Etat français n’en a pas assez, il lui en faut toujours plus tout en promettant des baisses d’impôts.

La solution, ridiculement simpliste de Marine Le Pen consiste à le fabriquer en France. Le prix à payer est l’inflation et la dévaluation, impôts payés par tout le monde.

La solution, beaucoup plus sophistiquée, d’Emmanuel Macron repose sur une fabrication de monnaie délocalisée à la Banque centrale européenne avec le consentement tacite de l’Allemagne. L’impôt à payer est la rémunération nulle de l’épargne.

Marine Le Pen préfère l’impôt-inflation qui lessive tout le monde. Emmanuel Macron préfère essorer la classe moyenne qui met de l’argent de côté. Ses amis banquiers et grands industriels, proches de la source du crédit infini et gratuit, s’en tirent avantageusement.

Dans les deux cas, la création monétaire – qu’elle soit nationale ou européenne – n’enrichit personne (ou seulement une infime couche de la population), ne pousse pas les entreprises à investir et à embaucher. Ni Le Pen ni Macron n’ont de solutions sur ces sujets, ils n’ont que des promesses de plus de subventions.

Mais le spectacle peut continuer, car la Banque centrale européenne fait « tout ce qu’il faut » pour cela.

Plus que 3 jours… Dans quelques jours, nous irons voter… et il sera trop tard pour vous positionner sur les 3 valeurs « spécial Présidentielles » sélectionnées par Eric Lewin.Allez-vous manquer cette opportunité ? Jusqu’à +190% de gains potentiels sont à la clé : agissez vite — cliquez ici.

Ainsi, Mario Draghi a soutenu la dette française en avril, rachetant plus d’obligations françaises et italiennes et dérogeant à sa clé de répartition classique. En effet, lorsque la BCE se livre à de tels achats, elle doit respecter une proportion équivalente à la taille de tous les pays. Si Mario Draghi veut acheter une pincée de dette espagnole, il doit acheter une cuillerée de dette italienne, une louche de dette française et une soupière de dette allemande.

Selon Reuters, en avril, la BCE a dérogé à sa recette de cuisine monétaire et a forcé la dose sur les dettes italiennes et françaises. Résultat, l’écart de taux d’emprunt entre la France et l’Allemagne s’est resserré alors qu’il commençait à se creuser dangereusement.

Taux d’emprunt à 10 ans de la France en bleu et de l’Allemagne en rouge :

Taux d'emprunt à 10 ans de la France en bleu et de l'Allemagne en rouge :

L’élection d’Emmanuel Macron signifiera plus de tout cela, les taux devraient rester bas au moins jusqu’en 2018 (fin programmée du programme de rachats de la BCE) et le rendement net de votre épargne financière rester négatif ou nul.

Evidemment, le moyen de retrouver un peu de rendement consiste à voir du côté des monnaies étrangères.

La Fed américaine ne rachète plus d’obligations américaines et a commencé à relever ses taux directeurs. Hier, elle a confirmé qu’elle les maintenait dans la fourchette 0,75% – 1%. Mais malgré une création monétaire sans précédent historique, la croissance américaine s’est affichée à 0,7% seulement, rythme jugé par la Fed décevant mais transitoire. La Banque centrale américaine a indiqué qu’elle préférerait à l’avenir revendre une partie de ses obligations en stock plutôt que de relever son taux directeur ce qui renchérit le crédit. [NDLR : Notre spécialiste Jim Rickards a mis au point un système de trading sur le marché des changes pour profiter des manoeuvres des banques centrales. Ce système IMPACT est dérivé d’un logiciel utilisé par la CIA. Découvrez ici son potentiel et les plus-values qu’il peut vous faire engranger.]

Pour nous, épargnants, la quête du rendement se complique et devient de plus en plus délicate. Mais vous n’imaginiez quand-même pas que les banques centrales oeuvraient pour notre bien…

Mots clé : - - -

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’œil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

Visitez le site officiel de Simone Wapler : www.Simone Wapler.fr

2 commentaires pour “Pendant ce temps là, du côté des banques centrales…”

  1. Mme Wapler:
    Le prix à payer par la méthode Macron est une inflation encore pire, mais remise à + tard ! (avec dette !) Et un retour à l’esclavage pour le peuple exploité par ses nouveaux maîtres financiers apatrides
    Il s’agit toujours d’un système gagnant-perdant, avec destruction programmée des droits sociaux des travailleurs jusqu’à retour à l’esclavage ou à la famine. Pour des Parasites apatrides, seule compte la loi du profit maximum. Le sort des exploités leur est indifférent puisqu’ils peuvent changer de peuple à exploiter.
    Les mondialistes sont bien plus dangereux pour les peuples qu’ils exploitent que les nobles ou les Rois d’autrefois. Ceux-ci avaient intérêt à ce que leurs sujets propèrent pour être puissants. Un mondialiste n’a aucun intérêt à voir prospérer ceux qu’il exploite, car il peut changer d’exploités à volonté pour améliorer ses revenus.
    L’affaire Whirlpool d’Amiens est emblématique. Cette multinationale apatride possède des usines dans le monde entier. En 2006, elle a détruit 4500 emplois en Amérique du Nord d’où elle est originaire.
    En 2008, elle a signé un accord gagnant-gagnant avec les syndicats. Les salariés s’engageaient à renoncer à 14 jours de RTT / an. Whirlpool, s’engageait (par une clause pénale) à les indemniser du montant de leurs efforts en cas de départ. (y avait-il aussi des subventions régionales ou départementales ?)
    Aujourd’hui, la Cour d’Appel d’Amiens juge excessives ces indemnités, pourtant librement signées.
    Le départ de Whirlpool est justifié par un moindre coût de production des Polonais (-7,5%). Mais rien ne l’empêchera de rééditer la manœuvre dans quelques années.
    Ainsi en utilisant le droit et sa puissance financière, une multinationale apatride peut, par étapes démanteler toute protection sociale de ses salariés.
    Point d’orgue de l’affaire : Whirlpool vient de distribuer 10% de plus à ses actionnaires.
    De plus, elle utilise aussi le droit pour imposer ses brevets (ou ceux qu’elle achète).
    Avec de tels moyens, peut-il encore exister une « libre concurrence » ?

  2. Mme Wapler:
    Avec Macron, le prix à payer est une inflation encore pire, mais remise à plus tard ! (avec dette !) Et un retour à l’esclavage pour le peuple exploité par ses nouveaux maîtres financiers apatrides.
    Il s’agit toujours d’un système gagnant-perdant, avec destruction programmée des droits sociaux des travailleurs jusqu’à retour à l’esclavage ou à la famine. Pour des Parasites apatrides, seule compte la loi du profit maximum. Le sort des exploités leur est indifférent puisqu’ils peuvent changer de peuple à exploiter.
    Les mondialistes sont bien plus dangereux pour les peuples qu’ils exploitent que les nobles ou les Rois d’autrefois. Ceux-ci avaient intérêt à ce que leurs sujets propèrent pour être puissants. Un mondialiste n’a aucun intérêt à voir prospérer ceux qu’il exploite, car il peut changer d’exploités à volonté pour améliorer ses revenus.
    L’affaire Whirlpool d’Amiens est emblématique. Cette multinationale apatride possède des usines dans le monde entier. En 2006, elle a détruit 4500 emplois en Amérique du Nord d’où elle est originaire.
    En 2008, elle a signé un accord gagnant-gagnant avec les syndicats. Les salariés s’engageaient à renoncer à 14 jours de RTT / an. Whirlpool, s’engageait (par une clause pénale) à les indemniser du montant de leurs efforts en cas de départ. (y avait-il aussi des subventions régionales ou départementales ?)

Laissez un commentaire