Parasitocratie : la Banque publique d’investissement est inutile et ruineuse

Rédigé le 17 novembre 2016 par | Banques Centrales, Simone Wapler Imprimer

Bpifrance est censée « servir l’avenir » en empruntant avec la garantie de l’Etat pour investir dans des entreprises française. Le dernier rapport de la Cour des comptes montre que ce sont plutôt ses dirigeants qui se servent…

Est-ce vraiment la fin des taux bas et du grand marché haussier obligataire ? L’inflation est-elle prête à sortir du bois et à  nous lacérer ? Nous n’avons pas les réponses. Les obligations ont atteint un support critique. Les actions bancaires remontent. M. Le Marché hésite.

Ce qui me permet de revenir à un de mes sujets de prédilection : la Parasitocratie, cette classe qui vit à nos dépens en forgeant les lois qui lui garantissent un système de rentes et de privilège.

Le temps presse, certains sont déjà positionnés…

Positionnez-vous sur la baisse de ce titre bancaire avant le
30 novembre 2016 :

Jusqu’à 740% de plus-value à la clé !
Cliquez ici pour toutes les explications.

Un  très bel exemple de Parasitocratie nous est donné par la Banque publique d’investissement.  La Cour des comptes s’est penchée sur cet établissement (né en 2012 de la fusion de plusieurs structures technocratiques) et trouve son modèle économique et financier  « fragile ».

Quel est le modèle économique de la Banque publique d’investissement ? Prendre l’argent des autres, 200 milliards d’euros d’ici à 2019 nous indique son site. Puis « l’investir » pour « servir l’avenir ». Si vous voulez renforcer votre trésorerie, créer votre société, développer votre activité, innover, exporter, renforcer votre capital, reprendre une entreprise, Bpifrance est là, à vos côtés, avec vous. Elle vous prend votre argent pour mieux vous le rendre (ou pas).

« Bpifrance accompagne les entreprises pour voir plus grand et plus loin et faire émerger les champions de demain.  De l’amorçage jusqu’à la cotation en bourse, du crédit aux fonds propres, Bpifrance offre, dans votre région, des solutions de financement adaptées à chaque étape de la vie de votre entreprise »

La différence entre Bpifrance et n’importe quelle autre banque d’affaires c’est qu’elle n’utilise pas l’argent d’actionnaires ou de déposants volontaires. Elle ne rend de comptes à personne de ses investissements. Ce n’est pas non plus une banque. Elle emprunte avec la garantie de l’État et donc de nos impôts. Or l’Etat utilise la force publique pour lever des impôts.

Ses cadres dirigeants sont des fonctionnaires, dont la plupart n’ont jamais créé une entreprise ou même simplement vécu dans le secteur privé et concurrentiel. Pourquoi, dans ces conditions,  seraient-ils plus aptes à faire « émerger les champions de demain » que des banquiers, des investisseurs privés, des business angels… bref les professionnels dont c’est le métier ? En cela le modèle économique de Bpifrance est effectivement bien faible.

Vous avez envie d’investir vous-même dans les « champions de demain », mais comment les détecter ? Regardez cette vidéo en cliquant ici.

Parasitocratie : Se servir sans servir l’avenir

Dans notre douce France, nous sommes habitués à ce capitalisme d’État et sa prétendue supériorité. Mais la Cour des comptes épingle aussi les généreux salaires que se versent les employés de Bpifrance. En langage châtié cela s’appelle « maîtrise rigoureuse des charges d’exploitation ». La masse salariale a augmenté de 7% et certains cadres dirigeants ont vu leur salaire augmenter de 40% entre 2012 et 2015, titille la Cour des comptes, avec 23% pour la seule année 2015. Dans le même temps, il y aurait un besoin de financement (= il faut remettre au pot) de 2,3 milliards d’euros !

Ce à quoi répond Bpifrance

« Les augmentations de salaires de 40% constatées par la Cour concernent des cadres qui ont été promus au comité exécutif de la banque et qui ont en conséquence bénéficié d’un rattrapage de salaire. (…)  Le comité exécutif est en moyenne moins rémunéré que celui de la SNCF, La Poste et EDF ».

Ouf, nous voilà rassurés ! Les heureux dirigeants de Bpifrance sont moins bien rémunérés que ceux de nos plus beaux fleurons du capitalisme d’État.

Mais ce n’est pas tout : la Cour des comptes déplore également « l’importance du recours à des prestataires externes, la politique immobilière «coûteuse», et le niveau «élevé» des frais de déplacement », selon Le Figaro.

Plutôt que de « servir l’avenir », il semble que Bpifrance serve surtout ses employés. Contrairement à ce que dit la Cour des comptes, ce business model là n’est pas si fragile tant que « l’argent des autres », celui de nos impôts, garantit cette gabegie. On en regretterait presque les « avions renifleurs » de Giscard d’Estaing. Notre ancien polytechnicien, président de la République, s’était alors fait fourguer un « investissement d’avenir » dans des avions capables de détecter en vol des champs pétrolifères souterrains. Les « avions renifleurs » se sont avérés être une escroquerie digne des Pieds Nickelés, payée très cher par un fleuron du capitalisme d’Etat de l’époque : Elf Aquitaine.

Mots clé :

Simone Wapler
Simone Wapler
Rédactrice en Chef de Crise, Or & Opportunités et de La Stratégie de Simone Wapler

Simone Wapler est ingénieur de formation. Elle a travaillé dans le secteur de l’ingénierie aéronautique. Cette double casquette ingénieur/analyste financier est un véritable atout qu’elle met au service des abonnés.

Elle aborde les marchés avec l’oeil du professionnel, de l’ingénieur, de l’industriel, et non celui du financier.

Son expertise, notamment dans le secteur des métaux de base et des métaux précieux, lui donne une longueur d’avance, une meilleure compréhension des vrais tenants et aboutissants du marché des ressources naturelles — un marché par ailleurs en pleine expansion, dont Simone Wapler connaît parfaitement tous les rouages, notamment au niveau de l’offre et de la demande.

Pour en savoir plus sur Crise, Or & Opportunités et La Stratégie de Simone Wapler.

2 commentaires pour “Parasitocratie : la Banque publique d’investissement est inutile et ruineuse”

  1. avions renifleur des membres du CEA dont directement deux top exec qui ont travaillé sur… la bombe. ai vérifié.

    (marrant: car cat’s craddle / oncle de donald / declaration de donald cet été / reaction immédiate de Jim)

    bpi france est une s@loperie digne des pillards de atlas shrugged:
    la semaine dernière bpi france a prêté pour des restaurants dans des bus impériaux.
    De même, la 3 ou 4ieme revolution industrielle on ne sait plus (rifkin-krugman- bullshit), devrait etre auditée par Cecile Chevré avec Agnes Molinié Verdié

    ils sont vraiment en faillite

  2. Et ce n’est pas une banque, c’est un fonds souverain façon corée du nord

Laissez un commentaire