Faut-il vraiment baisser les charges sociales ?

Rédigé le 21 décembre 2016 par | Libéralisme Imprimer

Les échéances électorales réaniment les débats sur la compétitivité de l’économie française. Les charges sociales qui pèsent sur le travail occupent une place centrale dans ces discussions. Ces charges sont régulièrement accusées d’être trop lourdes en plombant la rentabilité et la compétitivité des entreprises. Les propositions d’allégement se multiplient. Mais ces suggestions passent à côté de l’essentiel.

Rappelons tout d’abord quelques éléments basiques. Les cotisations sociales sont des sommes prélevées à la source sur le salaire des travailleurs pour financer la protection sociale : retraite, assurance maladie, chômage, accidents… Mais la distinction opérée entre les cotisations salariales et les cotisations patronales relève d’un artifice comptable, sans fondement économique puisque ces deux prélèvements ont la même incidence fiscale et se répercutent essentiellement sur la rémunération de l’employé.

La différence entre charges patronales et salariales n’est qu’un mythe politique

L’intérêt de cette distinction est politique. Elle permet d’entretenir l’illusion d’un modèle social fondé sur une redistribution acquise au terme d’une lutte acharnée contre les puissants. La mythologie sociale-démocrate sur les « droits sociaux » s’en trouve confortée, tout comme la légitimité d’un pouvoir politique qui usurpe son statut de protecteur des plus faibles.

En réalité, il n’en est rien. C’est le travailleur seul qui finance sa protection sociale. Et il le fait dans des proportions qu’il connaît mal en raison de l’opacité qui caractérise le financement des services sociaux. L’administration n’a pas intérêt à se montrer transparente dans la mesure où la piètre performance de ses services serait mise à nu, ce qui changerait sans doute notre opinion sur « le modèle social que le monde nous envie ».

Sur 218 euros de salaire, 118 euros partent en charges sociales que vous ne contrôlez pas

Il existe fort heureusement quelques organisations qui s’attachent à rétablir la transparence. C’est notamment le cas de l’Institut Molinari qui calcule régulièrement l’écart entre ce que verse l’employeur pour son salarié et ce que touche réellement le travailleur. En 2015 l’Institut a calculé que 118 euros partait dans les caisses de la Sécurité sociale chaque fois que le salarié moyen touchait 100 euros nets.

Les cotisations sociales constituent donc essentiellement du salaire différé. Quiconque proclame qu’il faut baisser les charges sociales milite en réalité pour la baisse des salaires. Or personne n’est légitime à proclamer que les salaires sont trop élevés. La logique de marché implique au contraire de laisser le prix des services s’établir librement entre les parties contractantes.

La libéralisation des assurances sociales permettrait de gagner du pouvoir d’achat

Le problème des cotisations sociales est donc tout autre : il ampute le pouvoir d’achat réel des salariés qui se voient obligés d’affecter la moitié de leur rémunération pour renflouer des caisses de la Sécurité sociale insuffisamment performantes. Il conviendrait au contraire de soumettre ces caisses à un régime de libre-concurrence pour laisser les employés affecter le fruit de leur travail librement.

Les salariés seraient libres de s’assurer, ou pas, contre les risques de chômage et de maladie en fonction de leurs préférences et au prix qui leur paraîtrait juste. Ils seraient libres de capitaliser pour assurer leurs vieux jours.
[NDLR : La retraite par répartition est un système à bout de souffle. Vous devez déjà compter sur votre épargne pour vous assurer une retraite décente. Savez-vous qu’avec 200 euros par mois dès maintenant vous pouvez vous constituer une retraite de ministre et avoir des revenus complémentaires dépassant 11 000 euros par mois ? Comment ? En suivant la méthode que notre spécialiste Eric Lewin vous expose ici.]

Les salariés retrouveraient ainsi la faculté d’épargner de manière plus productive pour s’assurer plus efficacement contre les aléas de la vie. Ils ne seraient plus obligés de déléguer leur protection sociale à une administration qui ne cesse d’être de plus en plus gourmande et intrusive tout en dégradant chaque jour la qualité de ses prestations.

Mots clé :

Ferghane Azihari
Ferghane Azihari
Coordinateur pour Students for Liberty

Étudiant en droit et en science politique à l’université de Paris-Est Créteil Val-de-Marne, Ferghane Azihari est coordinateur local pour Students for Liberty, un réseau international destiné à promouvoir l’économie de marché.

Il est également chargé de mission pour l’École de la Liberté, une plateforme de recherche et d’éducation destinée à faire connaître la tradition libérale à travers le prisme de toutes les sciences humaines.

Il publie régulièrement pour le magazine Contrepoints en France, l’Institut Ludwig von Mises aux États-Unis. Il est également rédacteur chez Young Voices. Ses centres d’intérêt se portent plus particulièrement sur les politiques européennes, les relations internationales, la fiscalité et plus généralement les rapports entre le droit positif et la concurrence.

5 commentaires pour “Faut-il vraiment baisser les charges sociales ?”

  1. Savez-vous qu’avec 200 euros par mois dès maintenant vous pouvez vous constituer une retraite de ministre et avoir des revenus complémentaires dépassant 11 000 euros par mois ?
    Et moi je suis évêque!

  2. « Avec 200e d’économie par mois ,vous vous constituez une retraite de ministre »……..Comment peut on écrire pareille absurdité ? fort heureusement la France a conservé et conservera son systeme de retraite par repartition qui est une assurance contre la misere…….notre pays conservera aussi son systeme de protection sociale,dans l’intéret de la population ; la population n’est pas dupe et tout un chacun sait bien qu’ il doit y avoir des reformes pour éviter le gaspillage des ressources communes et remettre le bateau à flots…..Le peuple de France sait bien tout cela (il a son histoire) et résistera aux sirenes du libéralisme sauvage ,jamais à court d’idées pour detruire l’existant et ramasser le pactole au profit d’une mini élite de requins assoiffés d’euros et de dollars immédiatement planqués dans les paradis fiscaux……

  3. Je vous invite à vous renseigner sur les systèmes d’autres pays avant de vous réjouir du système français.

    Ex. Suisse
    62 caisses d’assurance privée
    Cotisation mensuelle 300€
    le médecin gagne 130€ pour une consultation

    France
    Une poignée de caisses publique
    Cotisation mensuelle 14% du salaire + 15.5% CSG/CRDS sur le capital
    Le médecin gagne 23€ pour une consultation

    Ou passe l’argent ???

  4. L’assurance privée…le saint Graal de la main invisible du marché.

    Pour info: une très grande part des dépenses de santé est aujourd’hui prise en charge hors sécu, via des assurances privées appelées pour la plupart mutuelles, qui sont concurrentes et en très grands nombre……ce qui n’a absolument pas fait baisser les cotisations, bien au contraire.

    Dans les pays où les assurances privées ont un rôle encore plus important (les USA par exemple), les dépenses de santé sont beaucoup plus élevées que chez nous.

    Et je ne vous parle même pas des « profils à risque » (malades chroniques, diabétiques, cardiaques,…) dont les primes d’assurance privées sont hors de portée de la plupart des bourses, à l’instar de votre assureur auto privé qui augmente ses tarifs tous les ans et vous radie au bout de trois sinistres non responsables….

  5. Baisser les cotisations sociales, c’est appauvrir le salarié au seul profit des bénéfices optimisés (le salarié sera appeler à financer le manque à gagner – double pénalité, véritable partage en entreprise : les doubles profits aux actionnaires et les doubles pénalités au=x salariés.. Où voyez vous une discrimination inégale?).
    L’injustice serait de doubler pour les uns et le statu quo pour les autres!

    http://wp.me/p4Im0Q-1sl

Laissez un commentaire