photo auteur
Bill Bonner
Fondateur de AGORA

Né en 1948, Bill Bonner est le fondateur d’AGORA, le plus large réseau d’entreprises indépendantes de presse spécialisée au monde.

En 1978, depuis sa ville natale, Baltimore (Maryland, Etats-Unis), Bill Bonner a voulu développer un « marché » (« Agora » en grec) des idées. Pas de l’information homogénéisée telle que les médias grand public relayent sur nos écrans et journaux, mais une source d’idées diverses avec des opinions et des avis originaux, alternatifs et surtout utiles. Bill a à cœur d’aider les lecteurs à mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent, et à agir en conséquence. Que ce soit en matière de géopolitique, de macro-économie ou tout simplement dans le domaine de l’épargne, Bill incite ses lecteurs à cultiver un esprit vif et anticonformiste.

« Parfois nous avons raison, parfois nous avons tort, mais nous sommes toujours dans le questionnement », telle est la devise de Bill.

Bill a également co-écrit des livres qui ont tous figuré dans la liste des best-sellers du New York Times et du Wall Street Journal : L’inéluctable faillite de l’économie américaine (2004), L’Empire des dettes. À l’aube d’une crise économique épique (2006) et Le Nouvel Empire des dettes. Grandeur et décadence d’une bulle financière épique (2010).

Dans son dernier livre, Hormegeddon, quand trop de bien nuit (2015), paru aux Belles Lettres (www.lesbelleslettres.com), Bill décrit ce qu’il advient lorsque l’on abuse d’une bonne chose dans les sphères de la politique, de l’économie et des affaires. En bref, trop de bien conduit au désastre.

Vous pouvez retrouver les notes de Bill au quotidien dans La Chronique Agora.

Bill Bonner ne manque pas de cojones…

Rédigé le 18 septembre 2007 par Bill Bonner | Article

Nous avons vérifié ce matin… pour être sûr. Certains de nos lecteurs américains se plaignent de notre point de vue sur l’Irak. On nous accuse d’être un lâche… une mauviette… de manquer de cojones, en d’autres termes. Nous avons dû vérifier. Et heureusement, rien n’avait changé. Puis nous nous sommes posé la question — quel est le lien ? Les mouches du coche ont-elles de plus grosses cojones que les autres gens ? Nous y revenons ci-dessous…

Naufrages d'aujourd'hui, capitaines de demain

Rédigé le 17 septembre 2007 par Bill Bonner | Article

Nous apprenons que les autorités politiques viennent au secours des grandes banques aussi rapidement que le permettent leurs seaux. Il s’agit du plus gros renflouage de ces cinq dernières années, disent les articles… les grandes banques atteignant en moyenne environ 2,7 milliards de dollars par jour en prêts de la part de la Fed. On dit que ces injections de cash sont "imposées" par la Fed elle-même… plutôt que d’être causées par le désespoir des banques. Tout de même, les récentes estimations mettent les augmentations de la devise américaine à près de 50% annuellement.

Quelques pensées en passant…

Rédigé le 30 août 2007 par Bill Bonner | Article

Rappelez-vous que le système économique actuel n’est pas du capitalisme… c’est une sorte de marxisme pour les riches… dans lequel les élites font des profits alors que les pertes sont redistribuées, réparties dans la population toute entière comme des vestes à col Mao ou le virus de la grippe. Le génie du système actuel, c’est qu’il dupe les masses, et les pousse à croire qu’elles sont capitalistes — ce qui permet aux spéculateurs et aux brasseurs d’argent de se débarrasser des risques sur leurs dos.

Système limbique

Rédigé le 20 avril 2007 par Bill Bonner | Article

Les décisions sont prises dans deux parties du cerveau, nous disent les scientifiques. La première partie, c’est le cortex latéral pré-frontal. C’est là qu’est censée se produire la pensée logique et avancée — par exemple lorsqu’une personne décide quel genre d’investissement choisir, ou quelle voiture offre le meilleur rapport qualité-prix. Plus loin dans la matière grise, on trouve un autre centre de décision, plus primitif : le système limbique, là où les véritables pensées se forment.

Alphas, betas, fripouilles et chenapans

Rédigé le 12 avril 2007 par Bill Bonner | Article

Les génies de la finance ont remanié, acheté et vendu la dette subprime jusqu’à entendre les premiers craquements signalant l’effondrement. Ils pensaient que le crédit étant bon tant que les propriétaires pouvaient payer leurs traites. Et ils ne voyaient aucune raison que les propriétaires ne puissent PAS payer leurs traites, tant qu’ils avaient un emploi. C’était là leur couleuvre — et ils l’ont avalée. Dans un monde de plein emploi, il n’y avait aucun motif de voir les prêts mal tourner — en théorie. Mais les théories apparaissent selon les besoins, lorsqu’il y a une vente à conclure.

Une théorie générale de la stupidité

Rédigé le 16 février 2007 par Bill Bonner | Article

Près d’un demi-millier de milliard de dollars de dettes viendront s’ajouter dans les deux années qui arrivent, selon le plan Bush. Mais, en 2012, les autorités promettent d’enregistrer un modeste surplus — d’un peu plus de 60 milliards de dollars. Bien entendu, cela ne sera possible que si rien ne tourne mal en Irak ou en Afghanistan (comment cela serait-il possible ?), et si l’on est d’accord pour employer des comptables qui sont également des menteurs invétérés.

La dupe du coeur

Rédigé le 29 janvier 2007 par Bill Bonner | Article

Les spectacles publics suivent des schémas prévisibles, avons-nous remarqué. Ils commencent par des mensonges… on commence en général par prétendre que c’est une Nouvelle Ere, et que les anciennes règles ne s’appliquent plus. Ensuite, on passe au stade de la farce… où le mensonge commence faire des siennes. Et finalement, tout se termine en désastre. On peut voir ce schéma se développer en Irak, par exemple, aujourd’hui. Ou durant la Seconde guerre mondiale… les mensonges d’Hitler — la supériorité raciale, le besoin de Lebensraum à l’est, etc. — ont rapidement été suivis de programmes absurdes et de retraites aux flambeaux… avant de se terminer à Stalingrad et à Berlin.

Bienvenue à Bombay

Rédigé le 14 décembre 2006 par Bill Bonner | Article

…des complexes d’appartements dont les balcons portent des affiches vantant le fait qu’"ici, les jeunes professionnels peuvent mener une vie saine"… "Effrayé par le marché boursier ?" demande une autre affiche, qui invite les clients à appeler le fonds Franklin Templeton… des Musulmanes habillées de noir de la tête aux pieds… des élégantes à la peau claire portant sari… des êtres squelettiques accroupis le long de l’autoroute… des acres et des acres de bidonvilles aux toits de tôle ondulée… "9% d’intérêt avec la Catholic Syrian Bank… dépôt minimum : 100 roupies (environ 1,5 euros)"…

De grosses petites bulles

Rédigé le 6 décembre 2006 par Bill Bonner | Article

Aux Etats-Unis, la mode de la politique a atteint son sommet sous l’administration Kennedy. Les remarques inaugurales de Kennedy — "ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous… demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays" — ont marqué un zénith historique pour cette tendance. C’était avant que la guerre au Vietnam ne s’enlise, et avant le lancement de la guerre contre la pauvreté et la guerre contre la drogue. Les gens croyaient à ces guerres — et ils ont été terriblement déçus lorsque les victoires ne se sont pas concrétisées. Aujourd’hui, évidemment, il y a la guerre contre la terreur… mais peu de gens en parlent… et aucune personne sensée ne la mentionne sans un sourire ironique. En fait, la guerre contre la terreur n’est pas du tout politique — c’est une campagne destinée à couvrir le flanc du grand empire financier. Si l’on découvrait qu’elle diminuait les dépenses de consommation, ou augmentait les taux de prêts hypothécaires, par exemple, on y mettrait fin dès demain.

Une paire d'échasses pour Ben Bernanke

Rédigé le 1 janvier 1970 par Bill Bonner | Article

Le petit nouveau à la tête de la Fed a fait savoir que l’inflation n’est "pas bienvenue". Ce terme est décrit partout comme étant "un langage de dur" ; en ce qui nous concerne, cela nous semble plutôt courtois. C’est aussi un énorme mensonge, bien entendu. Ce qui ne serait vraiment "pas bienvenu", c’est l’absence d’inflation, le manque d’augmentations dans les prix à la consommation, le durcissement soudain d’un dollar habituellement flexible.

Maman a perdu l'esprit

Rédigé le 1 janvier 1970 par Bill Bonner | Article

La semaine dernière, l’or a chuté à un plancher de deux mois. Nous ne savons pas qui remercier — des manipulateurs calculateurs ou des spéculateurs en pleine panique. Mais nous avons deux pressentiments. Pour commencer, le prix de l’or chutera probablement sous les 600 $ avant que cette correction ne prenne fin. Et deuxièmement, que quiconque vend maintenant se sentira génial la semaine prochaine — et complètement idiot l’année prochaine.

Il pourrait se passer n'importe quoi

Rédigé le 1 janvier 1970 par Bill Bonner | Article

Hier matin, nous avons appris que de nouveaux projets immobiliers majeurs sont abandonnés à Washington DC, ainsi qu’à Las Vegas et à Miami. Dans tous les Etats-Unis, il y aurait quatre millions de maisons neuves et anciennes sur le marché. Des chiffres en provenance de tous le pays nous parlent de hausse des stocks, de chute des ventes et de baisse des prix.

Eloge de la paresse

Rédigé le 1 janvier 1970 par Bill Bonner | Article

"Tout le monde peut vieillir", a déclaré la reine Elizabeth II à l’occasion de son 80ème anniversaire, "il suffit de vivre assez longtemps". Nous aurions formulé cela différemment : le secret de la vieillesse, c’est de ne pas mourir. Cela nous fait penser à une chose : bon nombre des meilleures choses dans la vie s’obtiennent simplement en ne faisant rien.

Les marchés feront ce qu'ils sont censés faire

Rédigé le 1 janvier 1970 par Bill Bonner | Article

Les marchés, eux aussi, doivent faire ce qu’ils sont "censés" faire. Lorsque les choses sont déséquilibrées, elles doivent se rééquilibrer d’une manière ou d’une autre. Lorsqu’elles sont loin de la moyenne, elles doivent y retourner. Sinon, il n’y aurait pas de moyenne vers laquelle revenir. Il n’y aurait pas de "normal", pas d’usuel, pas d’ordinaire, pas de commun, pas de standard. C’est-à-dire qu’il n’y aurait pas de schémas familiers, dans la vie. Chaque jour serait une surprise.

Les maîtres de l'univers

Rédigé le 1 janvier 1970 par Bill Bonner | Article

Cette semaine, le Maître des Maîtres de l’Univers a été officiellement accepté par le Sénat américain en tant que Maître du département du Trésor US.

La gifle

Rédigé le 1 janvier 1970 par Bill Bonner | Article

La chute du marché aurifère de ces derniers jours nous a fait le même effet que la gifle d’une maîtresse jalouse. Nous étions certain qu’il fallait faire quelque chose en retour… mais nous ne savions pas quoi. Est-ce la fin de notre histoire avec l’or ? Ou simplement le début de quelque chose de plus merveilleux encore ? Nous y avons réfléchi, et nous en sommes venu à une conclusion familière.

L'or à 3 000 $ l'once ?

Rédigé le 1 janvier 1970 par Bill Bonner | Article

"Je pense que le métal ‘devrait’ valoir environ 1 000 $ l’once actuellement pour être à peu près en équilibre avec la valeur des autres choses le dollar peut acheter", déclare notre vieil ami Doug Casey. "C’est une supposition arbitraire ; je ne connais pas de méthode exacte pour déterminer la véritable valeur de l’or en dollars. Mais en supposant que le gouvernement américain rembourse les dollars détenus par des étrangers — sans parler des Américains — à quelle hauteur faudrait-il porter le prix de l’or ?

Eternels exilés

Rédigé le 1 janvier 1970 par Bill Bonner | Article

Nous étions heureux avec la branche paléo-anarcho-chrétienne du conservatisme américain — un groupe électoral d’au moins deux ou trois personnes — puis nous découvrons que le système de santé français fonctionne en fait plutôt bien. Nous maîtrisons enfin l’analyse fondamentale des valeurs de croissance, puis nous trouvons quelqu’un qui fait mieux que nous grâce à l’astrologie védique. Si nous continuons ainsi, nous nous demandons ce qui va advenir de nous.